Étienne Jodelle



 
Dès que ce Dieu sous qui la lourde masse,
De ce grand Tout brouillé s’écartela,
Les cieux plus hauts clairement étoila,
Et d’animaux remplit la terre basse :
 
Et dès que l’homme au portrait de sa face
Heureusement sur la terre il moula,
Duquel l’esprit presqu’au sien égala,
Heurant ainsi sa plus prochaine race :
 
Hélas ! ce Dieu, hélas ! ce Dieu vit bien
Qu’il deviendrait cet homme terrien,
Qui plus en plus son intellect surhausse.
 
Donc tout soudain la Femme va bâtir,
Pour asservir l’homme et l’anéantir
Au faux cuider d’une volupté fausse.
 



Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 5 janvier 2017 à 12h00

Tératoptère
----------------

Ah, quel oiseau ! formidable est sa masse ;
De quatre becs, Nature l’affubla,
Ce dont, jamais, son coeur ne se troubla,
Ni ne broncha son cerveau de limace.

Il voit le ciel avec ses quatre faces,
Qu’au temps jadis, déjà, il contempla,
Et dans lequel, sans doute, il s’accoupla
En vol plané, comme ceux de sa race.

Il ne connaît ni le mal, ni le bien,
Mais on dirait qu’il ne manque de rien,
Car l’univers tous ses désirs exauce.

Vous demandez à quoi cet oiseau sert :
Je vous réponds qu’il a fort tendre chair,
J’en ai mangé, mardi dernier, en sauce.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 30 novembre 2017 à 12h16

Monachusromulus et Remusmonachus
-----------------------------------------

De vêtements, ils n’en ont pas des masses,
Tout juste ceux dont on les affubla :
Ce dont, jamais, leur coeur ne se troubla,
Ni ne changea leur bienveillante face.

Ils voient le ciel, et le vent qui les glace ;
Ce même ciel que Benoît contempla ;
Ils voient aussi le paysage plat
Où les saisons ne laissent nulle trace.

Sans rechercher ni le mal, ni le bien,
Nous pouvons voir qu’ils ne manquent de rien,
Car l’univers tous leurs désirs exauce.

Vous demandez à quoi leur ordre sert :
Je vous réponds que cela n’est pas clair,
Chacun des deux fit de l’autre la fosse.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 4 novembre 2019 à 11h26

Piaf-Modeste
------------

Ce bel oiseau modestement s’efface,
La vanité jamais ne l’accabla ;
Seule, une oiselle, un jour, son coeur troubla,
Mais guère plus qu’un nuage qui passe.

C’est un rêveur, ce n’est pas un rapace,
La lune au ciel souvent il contempla ;
Presque amoureux de ce visage plat,
Il dit un mot de prière, à voix basse.

L’obscurité, dont il se trouve bien,
Cette forêt, pour lui c’est mieux que rien,
Il fait des voeux que le hasard exauce.

Il est patient dans la saison d’hiver
Car, il le sait, tout redeviendra vert,
Cette espérance, elle au moins, n’est pas fausse.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Esprit de celle le 4 novembre 2019 à 22h29

Mi-rage Ni Dieu -

Né dans la pourpre il voile sa face
Et la miss Vénus se prend 1 canon
Se prend un râteau crénom de non !
Sans comprendre goutte à la mélécasse *. .

Je vais me coucher . . sans finir ce sans sonnet assonant ce son né qui me hante ce sonnet qui nous lie . . point ne sonnez . . chuuut je dors déjà -


*mélécasse (ou mêlécasse ou mêlé-casse), c’est, incontestablement cette fois, une abréviation de mélécassis, une boisson associant ou mêlant de l’eau-de-vie et de la liqueur de cassis.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βruаnt : À lа Glасièrе

Αpоllinаirе : Un pоèmе

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Riсhеpin : Βеrсеusе

Dеrèmе : «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...»

Соppéе : «Quеlquеfоis tu mе prеnds lеs mаins еt tu lеs sеrrеs...»

Τоulеt : Éléphаnt dе Ρаris.

Μаllаrmé : «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...»

Riсtus : Βеrсеusе pоur un Ρаs-dе-Сhаnсе

☆ ☆ ☆ ☆

Βruаnt : À lа Glасièrе

Dеlillе : Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ...

Τоulеt : «Lе соuсоu сhаntе аu bоis qui dоrt....»

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Μаеtеrlinсk : «Ιls оnt tué trоis pеtitеs fillеs...»

Rоllinаt : Βаlzас

Μаrоt : Sur quеlquеs mаuvаisеs mаnièrеs dе pаrlеr

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Sоnnеur (Μаllаrmé)

De Jаdis sur Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ... (Dеlillе)

De Сhristiаn sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Dаns un pеsаnt rеpоs d’аprès-midi vеrmеil...» (Vеrhаеrеn)

De Сосhоnfuсius sur «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Νоblеs еt vаlеts (Νеrvаl)

De Jаdis sur «Εn plеin sоlеil, lе lоng du сhеmin dе hаlаgе...» (Соppéе)

De Сhristiаn sur Âmе dе nuit (Μаеtеrlinсk)

De Εsprit dе сеllе sur Sur lе présеnt d’un vаsе dе сristаl (Βеrtаut)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Lе Rоsе (Gаutiеr)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

De Vinсеnt sur Lе Dоrmеur du vаl (Rimbаud)

De Sаint Τripоdе sur Lеs Litаniеs dе Sаtаn (Βаudеlаirе)

De Εsprit dе сеllе sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе