Jules Jouy


Les Cinq


 
 

(Air de la Légende de Saint-Nicolas.)


 
 
Dans un beau pays, très lointain,
Où c’est la nuit, quand c’est matin
Partirent cinq frêles marmots,
Pour tuer les grands animaux.
 
Il était cinq petits enfants
Qui chassaient les gros éléphants.
 
Un jour, n’en croyant pas leurs yeux,
Ils en aperçurent un vieux.
Sur la plaine il était si grand,
Qu’il masquait le soleil levant.
 
Il était cinq petits enfants
Qui chassaient les gros éléphants.
 
Afin de lui faire du mal,
Ils rampèrent vers l’animal ;
Puis s’assirent sur leur séant,
Autour de l’énorme géant.
 
Il était cinq petits enfants
Qui chassaient les gros éléphants.
 
Ils avaient pris sur les chemins,
Des cailloux trop lourds pour leurs mains,
Qu’ils jetèrent, le jour durant,
Sur le colosse indifférent.
 
Il était cinq petits enfants
Qui chassaient les gros éléphants.
 
Voyant qu’il ne se bougeait point,
Les gosses, lui montrant le poing,
S’en approchèrent pas à pas,
Afin d’achever son trépas.
 
Il était cinq petits enfants
Qui chassaient les gros éléphants.
 
Tous les cinq, l’un l’autre s’aidant,
À grand peine, sans accident,
Pour prendre leur gibier trop gros;
Ils lui montèrent sur le dos.
 
Il était cinq petits enfants
Qui chassaient les gros éléphants.
 
Soudain, le géant remua ;
Chaque petit enfant tomba ;
Et le colosse était si grand
Qu’ils se tuèrent en tombant.
 
L’éléphant mange, sans remords ;
Et les petits enfants sont morts.
 

21 août 1887.

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 6 décembre 2012 à 11h32

Lorsque Saint Nicolas était dans son berceau,
Il était fort, déjà, comme sont les taureaux ;
Héroïque, vraiment, fut sa chère nourrice,
Subissant de l’enfant les incessants caprices.

Lorsque Saint Nicolas montait sur un bateau,
Grenouilles et poissons, qui le voyaient si beau,
Ainsi que les hérons et que les écrevisses,
Accompagnaient l’esquif en cortège complice.

Saint Nicolas, plutôt que les plaisirs mondains,
Aimait la compagnie des oiseaux du jardin,
Leur offrant un perchoir solide, en arc de cercle.

Le grand Saint Nicolas, couché dans son cercueil,
Conservait cependant la grâce d’un chevreuil,
Quel regret nous avions de fermer le couvercle.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Sаint-Ρоl-Rоuх : Rоsсаnvеl

Lа Μоnnоуе : Lе Βоn Μénаgеr

Sаmаin : Lа Vасhе

Βruаnt : Lеs Lоupiоts

Соrbièrе : Çа ?

Rоllinаt : L’Ιdiоt

Rоllinаt : Lа Βаignеusе : «Αu fоnd d’unе bаignоirе еllе аdmirе sеs hаnсhеs...»

Fréminе : «Νоus buviоns du Sаutеrnе еt nоus mаngiоns dеs huîtrеs...»

Fréminе : «Νоus buviоns du Sаutеrnе еt nоus mаngiоns dеs huîtrеs...»

Τоulеt : «Ρuisquе tеs јоurs nе t’оnt lаissé...»

☆ ☆ ☆ ☆

Hоudаr dе Lа Μоttе : Lеs Αmis trоp d’ассоrd

Gаlоу : Lа Sоurсе

Gоudеаu : Lа Rоndе du rеmоrds

Vеrlаinе : «Lа “grаndе villе”. Un tаs сriаrd dе piеrrеs blаnсhеs...»

Vоltаirе : Lе Μоndаin

Jаmmеs : Τu sеrаis nuе sur lа bruуèrе

Rоllinаt : Lе Dоutе

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Dоuсеur du sоuvеnir (Rоdеnbасh)

De Сосhоnfuсius sur «L’hоmmе qui gît еn се liеu...» (Μауnаrd)

De Jаdis sur «Αu Τеmplе quе bâtit lе Rоi pаisiblе еt sаgе...» (Lе Fèvrе dе Lа Βоdеriе)

De Сосhоnfuсius sur Εllе соupе lа têtе à Hоlоphеrnе (Lе Μоinе)

De Jаdis sur «Αуаnt lе dоs аu fеu...» (Lе Hоuх)

De Сосhоnfuсius sur Lа Grаndе Сhаmbrе (Vеrhаеrеn)

De Αrсhivistе sur Lе Μénétriеr (Μеrrill)

De Vinсеnt sur Μаlgré tоut (Сrоs)

De Τhundеrbird sur Εn rеvеnаnt dе Sаint-Μаrtin (Fоrt)

De Αdа еn Hérаldiе sur Αntоinе еt Сléоpâtrе (Hеrеdiа)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Αdа еn Hérаldiе sur Lе Суgnе (Vаlérу)

De Un mаndаrin sur Lе Соrbеаu еt lе Rеnаrd (Lа Fоntаinе)

De Сurаrе- sur «À lа nuе ассаblаntе tu...» (Μаllаrmé)

De Εsprit dе сеllе sur «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...» (Lа Сеppèdе)

De Αdа еn Hérаldiе sur Sur mоn livrе (Lе Ρеtit)

De Un lесtеur sur «L’аrbrе qui mеt à сrоîtrе, а lа plаntе аssuréе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Sur unе Сhutе саuséе pаr un béliеr (Соllеtеt)

De Jеаn dе Lа Quаrаntаi sur Lа Сigаlе еt lа Fоurmi (Lа Fоntаinе)

De Vinсеnt sur Sоnnеt à l’Αndrоgуnе : «Τа rоуаlе јеunеssе...» (Viviеn)

De Ρéguуfuсius sur L’Αvеuglе (Ρéguу)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе