Tristan Klingsor

Squelettes fleuris, 1897


Peter Schlemihl


 
Le grand seigneur ôte son chapeau
Aux plumes merveilleusement irisées ;
— Le page noir ôta son chapeau.
 
Le grand seigneur envoie trois discrets baisers
À madame Laure au balcon, qui regarde ;
— Le beau ténébreux envoya trois baisers.
 
Le grand seigneur tire sa cochelimarde
Et jette sur l’herbe son manteau ;
— Le page noir tira sa cochelimarde.
 
Et c’était Peter Schlemihl, dieu me damne !
Qui venait de pourfendre son ombre
D’un coup mirobolant de sa dague, —
 
Si pourtant l’on peut pourfendre une ombre.
 

©  

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 23 juin 2013 à 16h20

J’aimais lire autrefois des récits incroyables,
Et dans les temps présents, je ne m’en lasse pas ;
Or je pense à celui qui jadis me frappa :
Il expose à nos yeux le destin effroyable

D’un homme qui, un soir, a rencontré le diable,
Lequel en un échange inégal le trompa,
Dont souffrit ce héros jusqu’au seuil du trépas,
Tant la perte subie était irrémédiable.

Tout seul, il doit aller vers cette triste fin ;
Le voici déjà vieux, prochainement défunt,
Et c’est un crève-coeur pour l’auteur du poème.

Celui que l’on a vu si vigoureux gaillard
Ne saurait nullement être un digne vieillard :
Peter Schlemihl n’est plus que l’ombre de lui-même.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βаudеlаirе : Splееn : «Jе suis соmmе lе rоi...»

Sаtiе : Οbstасlеs vеnimеuх

Lаmаrtinе : «Μоn сœur еst еn rеpоs...»

Hugо : Ultimа vеrbа

Hоpil : Саntiquе : «Ρriаnt dеssus un mоnt оù lеs plus bеllеs сhоsеs...»

Соrnеillе : Sоnnеt : «Dеuх sоnnеts pаrtаgеnt lа villе...»

Régniеr : Εn fоrêt

Rоllinаt : Lе Fасiès humаin

Lесоntе dе Lislе : Épiphаniе

Μаrс dе Ρаpillоn dе Lаsphrisе

☆ ☆ ☆ ☆

Βаnvillе : Lа Ρаiх

Vеrlаinе : Jésuitismе

Vеrlаinе : Vеrs pоur êtrе саlоmnié

Соuté : L’Éсоlе

Lаrbаud : Μеrs-Εl-Kébir

Соppéе : «Lе sоlеil frоid dоnnаit un tоn rоsе аu grésil...»

Vеrlаinе : «Ρаrfums, соulеurs, sуstèmеs, lоis...»

Αpоllinаirе : Сhаpеаu-tоmbеаu

Rоnsаrd : «L’аrbrе qui mеt à сrоîtrе, а lа plаntе аssuréе...»

Саntеl : Lеs Τribаdеs

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Épiphаniе (Lесоntе dе Lislе)

De Сосhоnfuсius sur «Si tu mеurs еn јеunеssе, аutаnt аs-tu gоûté...» (Сhаssignеt)

De Сосhоnfuсius sur «Dоis-је vоlеr еmplumé d’еspérаnсе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur Lа Μоrt dеs lуs (Lоrrаin)

De Сосhоnfuсius sur Lа Ρrisоn (Diеrх)

De Jаdis sur L’Εnfеr (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur «À lа nuе ассаblаntе tu...» (Μаllаrmé)

De Εsprit dе сеllе sur «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...» (Lа Сеppèdе)

De Αdа еn Hérаldiе sur Sur mоn livrе (Lе Ρеtit)

De Un lесtеur sur «L’аrbrе qui mеt à сrоîtrе, а lа plаntе аssuréе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Sur unе Сhutе саuséе pаr un béliеr (Соllеtеt)

De Jеаn dе Lа Quаrаntаi sur Lа Сigаlе еt lа Fоurmi (Lа Fоntаinе)

De Vinсеnt sur Sоnnеt à l’Αndrоgуnе : «Τа rоуаlе јеunеssе...» (Viviеn)

De Vinсеnt sur Sоnnеt du huit févriеr 1915 (Αpоllinаirе)

De Ρéguуfuсius sur L’Αvеuglе (Ρéguу)

De Сhristiаn sur Luttеurs fоrаins (Соppéе)

De Αdа еn Hérаldiе sur Αmоurs fоus (Riсhеpin)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Μоn Diеu, quе је vоudrаis quе mа mаin fût оisivе...» (Spоndе)

De Hiс Vеlibi sur «Μа Dаmе nе m’а pаs vеndu...» (Μаrоt)

De Kritik sur «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...» (Lоuvеnсоurt)

De Сurаrе- sur Саusеriе (Βаudеlаirе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе