Jean de La Ceppède



 
Cette rouge sueur goutte à goutte roulante
Du corps de cet athlète en ce rude combat
Peut être comparée à cette eau douce et lente
Qui la sainte montagne en silence rebat.
 
L’aveugle-né (qui mit tous les siens en débat
Pour ses yeux) fut lavé de cette eau doux-coulante,
Et dans le chaud lavoir de cette onde sanglante
Toute l’aveugle race en liberté s’ébat.
 
Et l’un et l’autre bain ont redonné la vue,
Siloé du pouvoir dont le Christ l’a pourvue,
Et cettui-ci de sang de son propre pouvoir.
 
Aussi ce rare sang est la substance même
De son cœur, qui pour faire à nuit ce cher lavoir
Fond comme cire au feu de son amour extrême.


Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 19 juillet 2015 à 11h30

Vagabondage d’un lion
---------------------------

Le roi des animaux suit la route brûlante,
Laissant pour aujourd’hui la chasse et le combat ;
Son corps avance au gré de sa démarche lente
Que rythme, au fil du temps, son puissant coeur qui bat.

Ce n’est le temps de rire, ou le temps du débat :
Tout au long du sentier, la rivière est coulante,
Où s’amuse la carpe, où la truite s’ébat ;
L’averse de juillet fait reverdir les plantes.

Cette sombre forêt, dont il aime la vue,
Est d’un aimable ombrage abondamment pourvue ;
Que lui importe, alors, tout son royal pouvoir ?

Voici ce qu’il ressent : un abandon extrême,
Un chroniqueur a dit qu’on a pu le voir, même,
Apporter quelques fleurs aux filles du lavoir.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 14 avril 2018 à 12h11

Hicusleo
-----------

En cet être bizarre est une âme brûlante ;
Son corps est effrayant, mais inapte au combat.
Son esprit flotte au gré de sa démarche lente,
Nul n’entend les secrets de son vieux coeur qui bat.

Il aime les sonnets, plutôt que les débats :
Mais tout au long du jour, sa parole est coulante,
Où s’amuse la farce, où le rire s’ébat ;
Ses propos amusants font reverdir les plantes.

Sa petite maison, dont il aime la vue,
Est de livres, peut-être, abondamment pourvue ;
Que lui importe, alors, la quête du pouvoir ?

Il se repose ainsi dans l’abandon extrême,
La tavernière a dit qu’on a pu le voir, même,
Aller chercher de l’eau dans un vieil abreuvoir.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 14 avril 2018 à 12h17



*************
Titre :

Hircusleo

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vаlérу : Αu plаtаnе

Βruаnt : À lа Βаstосhе

Hugо : Lе Dоigt dе lа fеmmе

*** : «Lе pаuvrе lаbоurеur...»

Villоn : Βаllаdе [du соnсоurs dе Βlоis]

Grévin : Villаnеsquе

*** : Lе Grаnd Соmbаt dе Lеса соntrе Μаndа pоur lеs bеаuх уеuх dе Саsquе d’Οr

Ρоnсhоn : Smоking

Сrоs : Βаllаdе dе lа ruinе

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

☆ ☆ ☆ ☆

Βаudеlаirе : «Τu mеttrаis l’univеrs еntiеr dаns tа ruеllе...»

Dumаs : Lа Βеllе Ιsаbеаu

Vеrhаеrеn : Un sоir : «Αvес lеs dоigts dе mа tоrturе...»

Hugо : «Jе prеndrаi pаr lа mаin...»

Vеrhаеrеn : Αrt flаmаnd

Déguignеt : «С’еst à vоus, mеs éсrits, qu’аuјоurd’hui је m’аdrеssе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Du Βеllау : «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...»

Ρrivаt d’Αnglеmоnt : À Yvоnnе Ρеn-Μооr

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur À Lоuis ΙΙ dе Βаvièrе (Vеrlаinе)

De Сосhоnfuсius sur «Εn сhоisissаnt l’еsprit vоus êtеs mаlаpprisе...» (Rоnsаrd)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Jаdis sur À lа Βаstосhе (Βruаnt)

De Сосhоnfuсius sur Lе Rоssignоl еt lа Grеnоuillе (Rоussеаu)

De Jаdis sur Lеs Βеrgеrs (Hеrеdiа)

De Jаdis sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De ΒiΒpаtаpоuètе sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De аrаmis sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur «Dоulсin, quаnd quеlquеfоis је vоis сеs pаuvrеs fillеs...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz