Jean de La Ceppède



 
Vers la plage rosine où le Soleil s’élève
Loin d’Acre et de Sion le chemin d’un Sabbath,
Vis à vis du Calvaire un autre mont s’élève
Toujours vert des honneurs du Minervé combat.
 
Ces feuilleux arbrisseaux ennemis du débat,
Ce mont qui dans Cédron ses racines abreuve,
Où l’humble solitude aux soucis donne trève,
Étaient de notre Amant le coutumier ébat.
 
Il y avait au pied de ce mont une terre
Dite Gethsemani, et dedans un parterre
Où le Sauveur s’en va loin du peuple et du bruit.
 
Ô voyage, ô village, ô jardin, ô montagne
Si dévot maintenant le Sauveur j’accompagne
Permettez qu’à ce coup je goûte votre fruit.
 



Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 15 juillet 2014 à 11h13

Intrusion
-----------

Par les chemins étroits je voyage sans trêve,
Je ne ralentis point quand l’orage s’abat.
J’arpente les régions du Grand Pays du Rêve,
Le silence est si grand !  J’entends mon coeur qui bat.

Le faune en ces grands bois ne prend point ses ébats,
Le troll n’y chante point sa cantilène brève ;
L’ondine et le lutin n’y tiennent nul débat,
L’ondin ne trace point de rimes sur la grève.

Mais par-delà ces lieux sombres et solitaires
Se trouve le Jardin qui premier fut sur Terre :
Plein de curiosité, j’en approche, sans bruit.

L’effroi glace mon coeur ; la crainte m’accompagne.
J’entre en ce bel enclos, derrière la montagne,
Et j’y vois un serpent méditant sur un fruit.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 9 juin 2016 à 18h19

Cinq morues volantes
------------------

C’est la morue d’azur qui voyage sans trêve,
Espérant, grâce à ça, rompre son célibat ;
De gueules, la morue vers le ciel d’or s’élève,
Qui veut, avec un ange, engager un combat.

C’est la morue de pourpre, aimant trop les débats,
Qui ne connaît point l’art de la sentence brève ;
Mais la morue de sable, approchant de la grève,
À l’ombre d’une roche abrite ses ébats.

La morue de sinople émigre en Angleterre
Afin d’y méditer dans un lieu solitaire,
Trouvant que les morues, ses soeurs, font trop de bruit.

Leur mère était, dit-on, la morue de montagne
Qui baronne fut faite, au temps de Charlemagne,
Pour lui avoir offert un grand panier de fruits.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lа Fоntаinе : Lа Βеsасе

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оubli dеs mоrts

Lаfоrguе : Соmplаintе du fœtus dе pоètе

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lоrsquе је t’аi соnnuе аuх Îlеs dе lа Sоndе...»

Ρоnсhоn : Ρаrtiе dе сhаssе

Jаmmеs : Lеs Νègrеs

☆ ☆ ☆ ☆

Sсhwоb : Βоuts rimés

Du Βеllау : «Jе nе tе priе pаs dе lirе mеs éсrits...»

Viviеn : «Ρаrlе-mоi, dе tа vоiх pаrеillе à l’еаu соurаntе...»

Ρоnсhоn : Сhаnsоn dе printеmps

Hеrvillу : Βuсоliquе Νоirе

Νоuvеаu : Αu muséе dеs аntiquеs

Hеrvillу : Sur lеs bоrds du Sаubаt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Αu сiеl (Αpоllinаirе)

De Сосhоnfuсius sur L’Αmbitiоn tаnсéе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сосhоnfuсius sur Lа Сhаssе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Vinсеnt sur Élоgе à lа јеunе fillе (Sеgаlеn)

De Dupаnlоup sur Ρаrtiе dе сhаssе (Ρоnсhоn)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Τhundеrbird sur Sur un tоmbеаu (Τristаn L'Hеrmitе)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Lilith sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz