La Fontaine

Fables choisies mises en vers [Livres I-VI], 1668


La Cigale et la Fourmi


 
La Cigale, ayant chanté
        Tout l’été,
Se trouva fort dépourvue
Quand la bise fut venue.
Pas un seul petit morceau
De mouche ou de vermisseau.
Elle alla crier famine
Chez la Fourmi sa voisine,
La priant de lui prêter
Quelque grain pour subsister
Jusqu’à la saison nouvelle.
Je vous paierai, lui dit-elle,
Avant l’août, foi d’animal,
Intérêt et principal.
La Fourmi n’est pas prêteuse ;
C’est là son moindre défaut.
Que faisiez-vous au temps chaud ?
Dit-elle à cette emprunteuse.
Nuit et jour à tout venant
Je chantais, ne vous déplaise.
Vous chantiez ? j’en suis fort aise.
Eh bien : dansez maintenant.
 

Commentaire(s)
Déposé par Françoise Sagan le 30 décembre 2012 à 12h56

La Fourmi, ayant stocké
Tout l’hiver
Se trouva fort encombrée
Quand le soleil fut venu :
Qui lui prendrait ces morceaux
De mouches ou de vermisseaux ?
Elle tenta de démarcher
Chez la Cigale sa voisine,
La poussant à s’acheter
Quelque grain pour subsister
Jusqu’à la saison prochaine.
« Vous me paierez, lui dit-elle,
Après l’août, foi d’animal,
Intérêt et principal. »
La Cigale n’est pas gourmande :
C’est là son moindre défaut.
« Que faisiez-vous au temps froid ?
Dit-elle à cette amasseuse.
- Nuit et jour à tout venant
Je stockais, ne vous déplaise.
- Vous stockiez ? j’en suis fort aise ;
Eh bien ! soldez maintenant. »

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Jean Rousselot le 25 octobre 2013 à 18h43

La cigale ayant chanté
Tout l’été
Moyennant de gros cachets
Dans les casinos chics du midi de la France,
Se trouva tellement pourvue
Lorsque la bise fut venue
Qu’elle chercha quelqu’un pour gérer ses finances
Pendant que tout l’hiver il lui faudrait dormir.
Elle passa une annonce.
La fourmi d’accourir :
- Je m’y connais, dit-elle, et puis vous garantir
Que de vos capitaux vous ne perdrez pas une once.
- Et pour les intérêts ? demande la chanteuse
Qui déjà dort plus qu’à demi.
- Cent pour cent, répond la fourmi.
Trouvant la chose merveilleuse,
L’autre lui remet son argent
Et va se coucher en bâillant.

Et puis l’hiver s’en vient
Qui jamais n’a fait grâce à la moindre cigale.
De tout ce bien volé, la fourmi se régale
S’offre des meubles, des parfums
Des robes de soie, des bijoux d’or fin.
Elle est sur le point d’acheter
Une auto des plus confortables
Quand, sans même la voir, un être fourmidable
(C’est l’homme dont je veux parler)
Écrabouille la misérable.

Moralité ? Je n’en vois qu’une :
Pas d’avenir pour la fortune
Quoi qu’on fasse pour l’acquérir.
Mieux vaut chanter pour son plaisir.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Raymond Queneau le 25 février 2015 à 12h25

La Fourmi et la Ccigale

Une fourmi fait l’ascension
d’une herbe flexible
elle ne se rend pas compte
de la difficulté de son entreprise

elle s’obstine la pauvrette
dans son dessein délirant
pour elle c’est une Everest
pour elle c’est un Mont Blanc

ce qui devait arriver arrive
elle choit patatratement
une cigale la reçoit
dans ses bras bien gentiment

eh dit-elle point n’est la saison
des sports alpinistes
(vous ne vous êtes pas fait mal j’espère ?)
et maintenant dansons dansons
une bourrée ou la matchiche

(Battre la campagne)

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par William Triest le 13 avril 2016 à 17h44

La Cigale argentine

La cigale ayant chanté
                   Tout l’été
Et la fourmi ne cessant de faire
Des provisions pour l’hiver
"Chantez, chantez, c’est même très beau
"Mais l’hiver viendra, tard ou tôt".
                   Lui dit
                   La fourmi.

Quand la bise fut venue,
La fourmi au moins n’était pas dépourvue.
Qu’importe s’il n’y avait plus un petit morceau
De mouche ou de vermisseau.
Voilà la fourmi qui à son aise s’installe
Rêvant des beaux chants de la cigale
                   Au coin du feu
Mais qui pense au diable y voit sa queue.

Est-ce la bise qui souffle plus fort ?
Non, il y a quelqu’un dehors
Et la fourmi, comme nous d’ailleurs, pense
Que c’est la cigale affamée qui vient tenter sa chance.

Mais voilà que d’une superbe limousine
Descend la cigale enveloppée de zibeline

                   Elle sourit
                   Et dit
                   À la fourmi

"Ma chère, tant de conseils tu m’as donnés
"Que j’ai pris pour toi une très grande amitié
"Pour quoi je te veux le plus grand bien
"Et avant de partir savoir qu’il ne te manque rien".

                   La fourmi
                   (Et nous aussi)
                   Reste comme éblouie
                   Et dit
"Chez moi j’ai de tout, ne t’en fais pas
"Mais dis-moi, tu t’en vas ?"

"Tout cet été, insouciante, j’ai chanté
"Et en automne j’ai fait un long-play
"Qui se vend, ma chère, comme des petits-pains
"Je vais chanter en Europe, je pars demain".

                   La fourmi
                   Réfléchit
                   Et dit

"Si tu vas en France, fais-moi ce plaisir
"Interromps si tu dois tes loisirs
"Mais trouve-moi, trouve-moi ce con de Lamartine
"Et de ma part, froidement, tu l’assassines".

                   "La Fontaine, ma chère"

"Eh bien, si ce n’est lui ce sera son frère".

(Le Triest Fou-Rire, Buenos Aires, 1980)

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par pich24 le 29 janvier 2017 à 11h54

CIGALE - FOURMI

Le fatrable est une fable sous forme de fatras (la forme seulement) en :
A(vers1)B(vers2) - A(vers1)ABAABBABAB(vers2).

En ménestrel des champs, la cigale déchante
Quand l’avare fourmi lui dit de changer d’air.

En ménestrel des champs la cigale déchante
Lorsqu’au bout de l’été, sa rengaine estivante
N’obtient plus, en vivats, qu’un succès doux-amer ;
Si le grain qu’empochait sa voix cymbalisante
Ne se récolte plus de façon suffisante,
Mendier, pourquoi pas ? L’insecte n’est pas fier ;
Par amour, son prochain va l’aider pour l’hiver.
Or, voilà ce qu’allègue une fourmi méchante :
« Vous pensez aujourd’hui ce qu’il fallait hier ! »
« Mais, répond la diva, durant l’été je chante ! »
Quand l’avare fourmi lui dit de changer d’air.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 3 avril 2018 à 12h51

Fourmi de gueules
-----------

De gueules, la fourmi s’avance
Vers une cigale qui danse :
« Vous voyez que c’est mieux ainsi,
Je l’ai dit, c’est une évidence.»

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βаudеlаirе : Lе Соuсhеr du Sоlеil rоmаntiquе

Αpоllinаirе : Dаns lе јаrdin d’Αnnа

Μаllаrmé : Sоnnеt : «Sur lеs bоis оubliés quаnd pаssе l’hivеr sоmbrе...»

Αutrаn : Lа Βоhèmе

Rоnsаrd : «Jе nе sеrаis mаrri, si tu соmptаis mа pеinе...»

Βlаisе Сеndrаrs

Сеndrаrs : Соntrаstеs

Hеrvillу : Ρuérilités

☆ ☆ ☆ ☆

Αutrаn : Βibliоthèquеs

Αutrаn : Ρrudеnсе dе lа Grеnоuillе

Αubigné : Εхtаsе

Αutrаn : Sévigné

Νеrvаl

Μоréаs : Μusiquе lоintаinе

Μоréаs : «Ô mеr immеnsе...»

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе pоrtе аu grоs оrtеil un аnnеаu d’оr mаssif...»

Соppéе : «L’éсоlе. Dеs murs blаnсs, dеs grаdins nоirs, еt puis...»

Rоnsаrd : «Αmоur, је nе mе plаins dе l’оrguеil еndurсi...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sur lеs débuts d’Αminа Βоsсhеtti (Βаudеlаirе)

De Сосhоnfuсius sur Lеs Соrbеаuх (Νеlligаn)

De Сосhоnfuсius sur «Si nоtrе viе еst mоins qu’unе јоurnéе...» (Du Βеllау)

De Αmigо* sur Dаns lе јаrdin d’Αnnа (Αpоllinаirе)

De Ρоrсus Сum Librо sur Lupеrсus (Hеrеdiа)

De Μаlvinа sur «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...» (Μаllаrmé)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Lеs Ρоrсs : «Αvес lеurs grоins...» (Vеrhаеrеn)

De gаutiеr sur Lеs Αssis (Rimbаud)

De Lа Μusérаntе sur L’Éсhеllе (Αutrаn)

De Didiеr СΟLΡΙΝ sur «Αmоur, је nе mе plаins dе l’оrguеil еndurсi...» (Rоnsаrd)

De Μаriа sur «Αprès unе јоurnéе dе vеnt...» (Rilkе)

De Vinсеnt sur «Αu prеmiеr trаit, quе mоn œil rеnсоntrа...» (Τуаrd)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De vinсеnt sur «Ν’еs-tu lаssе, аussi, dе rêvеr d’hiеr ?...» (Viеlé-Griffin)

De Vinсеnt sur Lа Grеnоuillе blеuе (Fоrt)

De L’аmоr sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ρiеrrоt sur Sоnnеt à lа nuit (Rоllinаt)

De Ρеrvеrs nаrсissе sur «Ρuisquе lеs сhаmps јоuissеnt dе mа bеllе...» (Τоurs)

De Vinсеnt sur «Εst-il riеn dе plus vаin qu’un sоngе mеnsоngеr...» (Сhаssignеt)

De Сhristiаn sur Lеs Ρоrсs (Vеrhаеrеn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе