La Fontaine

Fables choisies mises en vers [Livre XII], 1693


Le Cerf malade


 
En pays pleins de Cerfs un Cerf tomba malade.
            Incontinent maint Camarade
Accourt à son grabat le voir, le secourir,
Le consoler du moins ; multitude importune.
            Eh ! Messieurs, laissez-moi mourir.
            Permettez qu’en forme commune
La Parque m’expédie, et finissez vos pleurs.
            Point du tout : les Consolateurs
De ce triste devoir tout au long s’acquittèrent ;
            Quand il plut à Dieu s’en allèrent.
            Ce ne fut pas sans boire un coup,
C’est-à-dire sans prendre un droit de pâturage.
Tout se mit à brouter les bois du voisinage.
La pitance du Cerf en déchut de beaucoup ;
            Il ne trouva plus rien à frire.
            D’un mal il tomba dans un pire,
            Et se vit réduit à la fin
            À jeûner et mourir de faim.
            Il en coûte à qui vous réclame,
            Médecins du corps et de l’âme.
            Ô temps, ô mœurs ! J’ai beau crier,
            Tout le monde se fait payer. 
 

Commentaire (s)
Déposé par Jadis le 25 août 2019 à 14h40

Le Cerf et l’Ornithorynque
----------------------------------

Un noble Cerf, épris de faste et d’apparat,
Et trouvant le temps long dans sa demeure agreste,
Souhaita recevoir – mais brillamment ; au reste,
Que l’assistance fût nombreuse et admirât
Sa prodigalité. Enfin, il crut bien faire
       D’inviter tous les Mammifères.
Ceux-ci, fort alléchés, comme on le pense bien,
Accoururent avec la plus grande obligeance
       Au jour dit par Son Excellence.
La fête fut exquise et du meilleur maintien :
Le Lièvre y devisait avec l’Hippopotame,
Le Loup avec l’Agneau, l’Ane avec le Lion ;
Le Chat philosophait avec componction,
Et le Singe faisait des courbettes aux dames.
La chère était friande, et la beauté du lieu
Charmait les esprits. Bref, tout allait pour le mieux,
               Quand parut, sans crier gare
               Et venant de Tasmanie,
               Certain Castor ovipare
       Qui, bousculant la compagnie,
       Se précipita de bon cœur
       Sur le buffet et les liqueurs.
On l’y vit déployer un zèle si extrême
Que bientôt il fut saoul comme Bacchus lui-même.
Il plongeait à grand bruit son rostre de canard
Dans les mets les plus fins et les plus délectables,
       Tout en martelant sur la table
De sa queue aplatie un fox-trot goguenard ;
Et, joyeux, éructant avec l’accent angliche,
De sa patte palmée alla jusqu’à flatter
La croupe de l’hôtesse, en lui criant : – Ça biche ?
La dame s’émouvant, le mari alerté
       A la fin voulut protester :
– Monsieur, ne pourriez-vous... Mais à cette apostrophe
               Répliqua le malotru :
               – Cousin, vous êtes cocu,
Vos dix-cors en font foi : vous en avez l’étoffe.
       Il n’y a pas plus c... qu’un Cerf,
Et quant à moi, je reprendrais bien du dessert.

Moralité :

       Jouez l’amphitryon si vous le désirez ;
       Soyez pourtant mieux inspiré :
       Cette fable vous en convainque,
       N’invitez pas l’Ornithorynque.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Lе Νаin

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Саmillе Μаuсlаir

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Dеlillе : Lе Соin du fеu

Lаfоrguе : Dаns lа ruе

Sаtiе : Lе Τrаînеаu

Τаilhаdе : Ιnitiаtiоn

Du Βеllау : «Νоuvеаu vеnu, qui сhеrсhеs Rоmе еn Rоmе...»

Μilоsz : «Sur mа guitаrе dоnt lеs ассоrds...»

☆ ☆ ☆ ☆

Μussеt : Sur unе mоrtе

Du Βеllау : «Μаudit sоit millе fоis lе Βоrgnе dе Libуе...»

Hugо : Répоnsе à un асtе d’ассusаtiоn

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Gréсоurt : Lе biеn viеnt еn dоrmаnt

Vitré : «Μоn âmе еst un rоsеаu fаiblе, sес еt stérilе...»

Hugо : À dеs оisеаuх еnvоlés

Diеrх : Εn сhеmin

Rоllinаt : Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs

Сrоs : Sоir

Cоmmеntaires récеnts

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Сосhоnfuсius sur Sur lе pаssаgе dе lа Μеr Rоugе (Drеlinсоurt)

De Сосhоnfuсius sur Sсènе d’аtеliеr : «Sасhаnt qu’Εllе еst futilе, еt pоur surprеndrе à l’аisе...» (Сrоs)

De Jаdis sur Sоnnеt bоuts-rimés (Gаutiеr)

De Сосhоnfuсius sur Lе Ρаrеssеuх (Sаint-Αmаnt)

De Jаdis sur Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs (Rоllinаt)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Jаdis sur «Vоus sоuviеnt-il dе l’аubеrgе...» (Τоulеt)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе