La Fontaine

Fables choisies mises en vers [Livres I-VI], 1668


Le Pot de terre et le Pot de fer


 
                  Le Pot de fer proposa
                  Au Pot de terre un voyage.
                  Celui-ci s’en excusa ;
                  Disant qu’il serait que sage
                  De garder le coin du feu ;
                  Car il lui fallait si peu,
                  Si peu, que la moindre chose
                  De son débris serait cause.
                  Il n’en reviendrait morceau.
                  Pour vous, dit-il, dont la peau
                  Est plus dure que la mienne,
                  Je ne vois rien qui vous tienne.
                  Nous vous mettrons à couvert,
                  Repartit le Pot de fer.
                  Si quelque matière dure
                  Vous menace d’aventure,
                  Entre deux je passerai,
                  Et du coup vous sauverai.
                  Cette offre le persuade.
                  Pot de fer son camarade
                  Se met droit à ses côtés.
                  Mes gens s’en vont à trois pieds
                  Clopin clopant comme ils peuvent,
                  L’un contre l’autre jetés,
                  Au moindre hoquet qu’ils treuvent.
Le pot de terre en souffre : il n’eut pas fait cent pas
Que par son compagnon il fut mis en éclats,
                  Sans qu’il eût lieu de se plaindre.
Ne nous associons qu’avecque nos égaux ;
                  Ou bien il nous faudra craindre
                  Le destin d’un de ces pots.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 21 décembre 2013 à 11h16

Le bonhomme de neige a vu l’épouvantail
Qui se morfondait, seul, au fond d’un pâturage.
Il lui dit : Partons donc, tous les deux, en voyage,
L’hiver n’est pas pour toi la saison du travail.

Mais, comme aucun des deux ne portait de chandail,
Ils ont fait un grand feu, pour avoir du chauffage.
L’un brûle, l’autre fond, ne laissant, quel dommage,
Que de petits morceaux de leur bel attirail.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Christian le 22 décembre 2013 à 13h30

:) ça me fait penser à cet autre :

Le bonhomme de neige et l’épouvantail
conversent à travers
l’espace déchiré de cris d’enfants

- Viens avec nous dit le bonhomme de neige
Habille-toi de blanc
et tu verras venir à toi les enfants
Reste pas là tout seul
à gémir dans le vent

- J’attends le printemps dit l’épouvantail
pour y veiller sur les légumes
en faisant peur aux oiseaux
pour veiller sur les poireaux

- Viens avec nous dit le bonhomme de neige
Habille-toi de blanc
C’est la fête et pas souvent
que l’hiver nous donne des jeux amusants
que l’hiver nous donne des chants

- J’attends le printemps dit l’épouvantail
Il m’a promis de venir bientôt
donner de la graine aux poireaux
si je dispersais les moineaux

- Viens avec nous
Habille-toi de blanc
Profite tant qu’il est temps...

Mais soudain ils s’arrêtent
de discutailler dans le vent
Un pylône électrique vient de s’avancer
énorme
menaçant
Et le bonhomme de neige
et l’épouvantail de paille
le zyeutent
inquiets
qui déroule ses fils de vent

Dans l’espace glacé blessent des cris d’enfants

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Riсhеpin : Βеrсеusе

Dеrèmе : «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...»

Соppéе : «Quеlquеfоis tu mе prеnds lеs mаins еt tu lеs sеrrеs...»

Τоulеt : Éléphаnt dе Ρаris.

Μаllаrmé : «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...»

Riсtus : Βеrсеusе pоur un Ρаs-dе-Сhаnсе

Klingsоr : À lа сhаndеllе

Τоulеt : «С’étаit sur un сhеmin сrауеuх...»

Lа Fоntаinе : «Αimоns, fоutоns, се sоnt plаisirs...»

Μаrоt : Αnnе, pаr јеu, mе јеtа dе lа nеigе

☆ ☆ ☆ ☆

Dеlillе : Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ...

Τоulеt : «Lе соuсоu сhаntе аu bоis qui dоrt....»

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Μаеtеrlinсk : «Ιls оnt tué trоis pеtitеs fillеs...»

Rоllinаt : Βаlzас

Μаrоt : Sur quеlquеs mаuvаisеs mаnièrеs dе pаrlеr

Соppéе : «Εn plеin sоlеil, lе lоng du сhеmin dе hаlаgе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Τrоp tаrd (Sullу Ρrudhоmmе)

De Εsprit dе сеllе sur Sur lе présеnt d’un vаsе dе сristаl (Βеrtаut)

De Сосhоnfuсius sur «Соmmе un nаvirе еn mеr аu fоrt dе lа tоurmеntе...» (Fiеfmеlin)

De Jаdis sur Τоmbеаu : «Lе nоir rос соurrоuсé quе lа bisе lе rоulе...» (Μаllаrmé)

De Сосhоnfuсius sur Νuit blаnсhе (Sаmаin)

De Сосhоnfuсius sur Βоuquеtièrе (Соppéе)

De Jаdis sur Βrumаirе (Βlémоnt)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Сhristiаn sur Οrаisоn du sоir (Rimbаud)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Lе Rоsе (Gаutiеr)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

De Vinсеnt sur Lе Dоrmеur du vаl (Rimbаud)

De Sаint Τripоdе sur Lеs Litаniеs dе Sаtаn (Βаudеlаirе)

De Εхасt pоdе sur Lа Rоsе (Αсkеrmаnn)

De Εsprit dе сеllе sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе