La Fontaine

Fables choisies mises en vers [Livres I-VI], 1668


Le Pot de terre et le Pot de fer


 
                  Le Pot de fer proposa
                  Au Pot de terre un voyage.
                  Celui-ci s’en excusa ;
                  Disant qu’il serait que sage
                  De garder le coin du feu ;
                  Car il lui fallait si peu,
                  Si peu, que la moindre chose
                  De son débris serait cause.
                  Il n’en reviendrait morceau.
                  Pour vous, dit-il, dont la peau
                  Est plus dure que la mienne,
                  Je ne vois rien qui vous tienne.
                  Nous vous mettrons à couvert,
                  Repartit le Pot de fer.
                  Si quelque matière dure
                  Vous menace d’aventure,
                  Entre deux je passerai,
                  Et du coup vous sauverai.
                  Cette offre le persuade.
                  Pot de fer son camarade
                  Se met droit à ses côtés.
                  Mes gens s’en vont à trois pieds
                  Clopin clopant comme ils peuvent,
                  L’un contre l’autre jetés,
                  Au moindre hoquet qu’ils treuvent.
Le pot de terre en souffre : il n’eut pas fait cent pas
Que par son compagnon il fut mis en éclats,
                  Sans qu’il eût lieu de se plaindre.
Ne nous associons qu’avecque nos égaux ;
                  Ou bien il nous faudra craindre
                  Le destin d’un de ces pots.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 21 décembre 2013 à 11h16

Le bonhomme de neige a vu l’épouvantail
Qui se morfondait, seul, au fond d’un pâturage.
Il lui dit : Partons donc, tous les deux, en voyage,
L’hiver n’est pas pour toi la saison du travail.

Mais, comme aucun des deux ne portait de chandail,
Ils ont fait un grand feu, pour avoir du chauffage.
L’un brûle, l’autre fond, ne laissant, quel dommage,
Que de petits morceaux de leur bel attirail.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Christian le 22 décembre 2013 à 13h30

:) ça me fait penser à cet autre :

Le bonhomme de neige et l’épouvantail
conversent à travers
l’espace déchiré de cris d’enfants

- Viens avec nous dit le bonhomme de neige
Habille-toi de blanc
et tu verras venir à toi les enfants
Reste pas là tout seul
à gémir dans le vent

- J’attends le printemps dit l’épouvantail
pour y veiller sur les légumes
en faisant peur aux oiseaux
pour veiller sur les poireaux

- Viens avec nous dit le bonhomme de neige
Habille-toi de blanc
C’est la fête et pas souvent
que l’hiver nous donne des jeux amusants
que l’hiver nous donne des chants

- J’attends le printemps dit l’épouvantail
Il m’a promis de venir bientôt
donner de la graine aux poireaux
si je dispersais les moineaux

- Viens avec nous
Habille-toi de blanc
Profite tant qu’il est temps...

Mais soudain ils s’arrêtent
de discutailler dans le vent
Un pylône électrique vient de s’avancer
énorme
menaçant
Et le bonhomme de neige
et l’épouvantail de paille
le zyeutent
inquiets
qui déroule ses fils de vent

Dans l’espace glacé blessent des cris d’enfants

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Lе Νаin

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Саmillе Μаuсlаir

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Dеlillе : Lе Соin du fеu

Lаfоrguе : Dаns lа ruе

Sаtiе : Lе Τrаînеаu

Τаilhаdе : Ιnitiаtiоn

Du Βеllау : «Νоuvеаu vеnu, qui сhеrсhеs Rоmе еn Rоmе...»

Μilоsz : «Sur mа guitаrе dоnt lеs ассоrds...»

☆ ☆ ☆ ☆

Du Βеllау : «Μаudit sоit millе fоis lе Βоrgnе dе Libуе...»

Hugо : Répоnsе à un асtе d’ассusаtiоn

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Gréсоurt : Lе biеn viеnt еn dоrmаnt

Vitré : «Μоn âmе еst un rоsеаu fаiblе, sес еt stérilе...»

Hugо : À dеs оisеаuх еnvоlés

Diеrх : Εn сhеmin

Rоllinаt : Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs

Сrоs : Sоir

Βеаumаrсhаis : Αu bаs dеs stаtuеs dе Ρlаtоn еt dе l’еsсlаvе Сimbаlеnо

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sсènе d’аtеliеr : «Sасhаnt qu’Εllе еst futilе, еt pоur surprеndrе à l’аisе...» (Сrоs)

De Jаdis sur Sоnnеt bоuts-rimés (Gаutiеr)

De Сосhоnfuсius sur Lе Ρаrеssеuх (Sаint-Αmаnt)

De Jаdis sur Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs (Rоllinаt)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сосhоnfuсius sur Αutаnt quе Vаliаnе аvаit dе bеаutés (Μаrbеuf)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Jаdis sur «Vоus sоuviеnt-il dе l’аubеrgе...» (Τоulеt)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De аrаmis sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе