La Fontaine

Fables choisies mises en vers [Livres I-VI], 1668


Le Pot de terre et le Pot de fer


 
                  Le Pot de fer proposa
                  Au Pot de terre un voyage.
                  Celui-ci s’en excusa ;
                  Disant qu’il serait que sage
                  De garder le coin du feu ;
                  Car il lui fallait si peu,
                  Si peu, que la moindre chose
                  De son débris serait cause.
                  Il n’en reviendrait morceau.
                  Pour vous, dit-il, dont la peau
                  Est plus dure que la mienne,
                  Je ne vois rien qui vous tienne.
                  Nous vous mettrons à couvert,
                  Repartit le Pot de fer.
                  Si quelque matière dure
                  Vous menace d’aventure,
                  Entre deux je passerai,
                  Et du coup vous sauverai.
                  Cette offre le persuade.
                  Pot de fer son camarade
                  Se met droit à ses côtés.
                  Mes gens s’en vont à trois pieds
                  Clopin clopant comme ils peuvent,
                  L’un contre l’autre jetés,
                  Au moindre hoquet qu’ils treuvent.
Le pot de terre en souffre : il n’eut pas fait cent pas
Que par son compagnon il fut mis en éclats,
                  Sans qu’il eût lieu de se plaindre.
Ne nous associons qu’avecque nos égaux ;
                  Ou bien il nous faudra craindre
                  Le destin d’un de ces pots.
 

Commentaire(s)
Déposé par Cochonfucius le 21 décembre 2013 à 11h16

Le bonhomme de neige a vu l’épouvantail
Qui se morfondait, seul, au fond d’un pâturage.
Il lui dit : Partons donc, tous les deux, en voyage,
L’hiver n’est pas pour toi la saison du travail.

Mais, comme aucun des deux ne portait de chandail,
Ils ont fait un grand feu, pour avoir du chauffage.
L’un brûle, l’autre fond, ne laissant, quel dommage,
Que de petits morceaux de leur bel attirail.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Christian le 22 décembre 2013 à 13h30

:) ça me fait penser à cet autre :

Le bonhomme de neige et l’épouvantail
conversent à travers
l’espace déchiré de cris d’enfants

- Viens avec nous dit le bonhomme de neige
Habille-toi de blanc
et tu verras venir à toi les enfants
Reste pas là tout seul
à gémir dans le vent

- J’attends le printemps dit l’épouvantail
pour y veiller sur les légumes
en faisant peur aux oiseaux
pour veiller sur les poireaux

- Viens avec nous dit le bonhomme de neige
Habille-toi de blanc
C’est la fête et pas souvent
que l’hiver nous donne des jeux amusants
que l’hiver nous donne des chants

- J’attends le printemps dit l’épouvantail
Il m’a promis de venir bientôt
donner de la graine aux poireaux
si je dispersais les moineaux

- Viens avec nous
Habille-toi de blanc
Profite tant qu’il est temps...

Mais soudain ils s’arrêtent
de discutailler dans le vent
Un pylône électrique vient de s’avancer
énorme
menaçant
Et le bonhomme de neige
et l’épouvantail de paille
le zyeutent
inquiets
qui déroule ses fils de vent

Dans l’espace glacé blessent des cris d’enfants

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lоuÿs : Lеs Sоins јаlоuх

Βоuilhеt : À unе fеmmе

Τristаn L’Hеrmitе : Lа Βеllе еn dеuil

Rоdеnbасh : Vеilléе dе glоirе

Rоdеnbасh : Rеnоnсеmеnt

Rоdеnbасh : Sоlitudе

Βеrtrаnd : Sоnnеt : «À lа Rеinе dеs Frаnçаis...»

Lоrrаin : Déсаdеnсе

Lоrrаin : Αbаndоnnéе

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

☆ ☆ ☆ ☆

Αrvеrs : Sоnnеt à mоn аmi R...

Βоuilhеt : Vеrs à unе fеmmе

Lа Fоntаinе : Lе Сосhоn, lа Сhèvrе еt lе Μоutоn

Lа Сеppèdе : «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...»

Lа Сеppèdе : «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...»

Lаfоrguе : L’hivеr qui viеnt

Vаuquеlin dеs Yvеtеаuх : «Αvесquеs mоn аmоur nаît l’аmоur dе сhаngеr...»

Βruаnt : Fаntаisiе tristе

Βеrtrаnd : Lа Rоndе sоus lа сlосhе

Ρоpеlin : Τurеlаirе, turеlurе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Frаnçоis Соppéе

De Сосhоnfuсius sur À unе fеmmе (Βоuilhеt)

De Сосhоnfuсius sur Lа Βеllе еn dеuil (Τristаn L'Hеrmitе)

De Μаdаmе_Βrigittе- sur Vеrs à unе fеmmе (Βоuilhеt)

De Сurаrе- sur «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...» (Lа Сеppèdе)

De Εsprit dе сеllе sur «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...» (Lа Сеppèdе)

De Jаllе dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Wоtаn dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Lа Rоndе sоus lа сlосhе (Βеrtrаnd)

De Βаilеу sur Соntrе Sаbidius : «D’un gâtеаu trоp brûlаnt...» (Dubоs)

De Jеhаn sur Соnsеil (Βаnvillе)

De Jеhаn sur Lа Μоrt еt lе Μаlhеurеuх. Lа Μоrt еt lе Βûсhеrоn (Lа Fоntаinе)

De Jеhаn sur Εn јustiсе dе pаiх (Rоllinаt)

De Jеhаn sur Μаtеlоts (Соrbièrе)

De Сurаrе- sur L’Αmbitiоn tаnсéе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Βlоndеl sur Τеrrе dе Frаnсе (Fаbié)

De Τоrсhоnfuсius sur Lе Сосhоn, lа Сhèvrе еt lе Μоutоn (Lа Fоntаinе)

De Lilith sur «Ô Déеssе, qui pеuх аuх prinсеs égаlеr...» (Du Βеllау)

De Μаlеpеur sur «Jе plаntе еn tа fаvеur сеt аrbrе dе Суbèlе...» (Rоnsаrd)

De Сliеnt sur Sоnnеt du huit févriеr 1915 (Αpоllinаirе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе