La Fontaine

Fables choisies mises en vers [Livres VII-XI], 1678


Les Poissons et le Cormoran


 
Il n’était point d’étang dans tout le voisinage
Qu’un Cormoran n’eût mis à contribution.
Viviers et réservoirs lui payaient pension :
Sa cuisine allait bien ; mais, lorsque le long âge
              Eut glacé le pauvre animal,
              La même cuisine alla mal.
Tout Cormoran se sert de pourvoyeur lui-même.
Le nôtre, un peu trop vieux pour voir au fond des eaux,
              N’ayant ni filets ni réseaux,
              Souffrait une disette extrême.
Que fit-il ? Le besoin, docteur en stratagème,
Lui fournit celui-ci. Sur le bord d’un étang
              Cormoran vit une Écrevisse.
Ma commère, dit-il, allez tout à l’instant
              Porter un avis important
              À ce peuple. Il faut qu’il périsse :
Le maître de ce lieu dans huit jours pêchera.
              L’Écrevisse en hâte s’en va
              Conter le cas : grande est l’émute.
              On court, on s’assemble, on députe
              À l’Oiseau : Seigneur Cormoran,
D’où vous vient cet avis ? Quel est votre garant ?
              Êtes-vous sûr de cette affaire ?
N’y savez-vous remède ? Et qu’est-il bon de faire ?
Changer de lieu, dit-il. Comment le ferons-nous ?
N’en soyez point en soin : je vous porterai tous,
              L’un après l’autre, en ma retraite.
Nul que Dieu seul et moi n’en connaît les chemins :
              Il n’est demeure plus secrète.
Un Vivier que nature y creusa de ses mains,
              Inconnu des traîtres humains,
              Sauvera votre république.
              On le crut. Le peuple aquatique
              L’un après l’autre fut porté
              Sous ce rocher peu fréquenté.
              Là Cormoran le bon apôtre,
              Les ayant mis en un endroit
              Transparent, peu creux, fort étroit,
Vous les prenait sans peine, un jour l’un, un jour l’autre.
              Il leur apprit à leurs dépens
Que l’on ne doit jamais avoir de confiance
              En ceux qui sont mangeurs de gens.
Ils y perdirent peu, puisque l’humaine engeance
En aurait aussi bien croqué sa bonne part ;
Qu’importe qui vous mange ? homme ou loup ; toute panse
              Me paraît une à cet égard ;
              Un jour plus tôt, un jour plus tard,
              Ce n’est pas grande différence.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βаudеlаirе : Lе Соuсhеr du Sоlеil rоmаntiquе

Αpоllinаirе : Dаns lе јаrdin d’Αnnа

Μаllаrmé : Sоnnеt : «Sur lеs bоis оubliés quаnd pаssе l’hivеr sоmbrе...»

Αutrаn : Lа Βоhèmе

Rоnsаrd : «Jе nе sеrаis mаrri, si tu соmptаis mа pеinе...»

Βlаisе Сеndrаrs

Сеndrаrs : Соntrаstеs

☆ ☆ ☆ ☆

Ρеrgаud : Lеs Hibоuх

Hеrеdiа : Βrеtаgnе

Rоdеnbасh : Lеs Сlосhеs

Βаudеlаirе : «Соmbiеn durеrоnt nоs аmоurs ?...»

Αutrаn : Βibliоthèquеs

Αutrаn : Ρrudеnсе dе lа Grеnоuillе

Αubigné : Εхtаsе

Αutrаn : Sévigné

Νеrvаl

Μоréаs : Μusiquе lоintаinе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Rоi Rеnаud (***)

De Сосhоnfuсius sur Ρеrséе еt Αndrоmèdе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur «Fаitеs-mоi сhеvаliеr, ассоlеz-mоi, mа bеllе...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Αmigо* sur Dаns lе јаrdin d’Αnnа (Αpоllinаirе)

De Ρоrсus Сum Librо sur Lupеrсus (Hеrеdiа)

De Μаlvinа sur «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...» (Μаllаrmé)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Lеs Ρоrсs : «Αvес lеurs grоins...» (Vеrhаеrеn)

De gаutiеr sur Lеs Αssis (Rimbаud)

De Lа Μusérаntе sur L’Éсhеllе (Αutrаn)

De Didiеr СΟLΡΙΝ sur «Αmоur, је nе mе plаins dе l’оrguеil еndurсi...» (Rоnsаrd)

De Μаriа sur «Αprès unе јоurnéе dе vеnt...» (Rilkе)

De Vinсеnt sur «Αu prеmiеr trаit, quе mоn œil rеnсоntrа...» (Τуаrd)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De vinсеnt sur «Ν’еs-tu lаssе, аussi, dе rêvеr d’hiеr ?...» (Viеlé-Griffin)

De Vinсеnt sur Lа Grеnоuillе blеuе (Fоrt)

De L’аmоr sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ρiеrrоt sur Sоnnеt à lа nuit (Rоllinаt)

De Ρеrvеrs nаrсissе sur «Ρuisquе lеs сhаmps јоuissеnt dе mа bеllе...» (Τоurs)

De Vinсеnt sur «Εst-il riеn dе plus vаin qu’un sоngе mеnsоngеr...» (Сhаssignеt)

De Сhristiаn sur Lеs Ρоrсs (Vеrhаеrеn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе