La Fontaine

Fables choisies mises en vers [Livres I-VI], 1668


Testament expliqué par Ésope


 
          Si ce qu’on dit d’Ésope est vrai,
          C’était l’oracle de la Grèce,
          Lui seul avait plus de sagesse
Que tout l’Aréopage. En voici pour essai
          Une histoire des plus gentilles,
          Et qui pourra plaire au lecteur.
 
          Un certain Homme avait trois filles,
          Toutes trois de contraire humeur :
          Une buveuse, une coquette,
          La troisième avare parfaite.
          Cet Homme, par son testament,
          Selon les lois municipales,
Leur laissa tout son bien par portions égales,
          En donnant à leur Mère tant,
          Payable quand chacune d’elles
Ne posséderait plus sa contingente part.
          Le Père mort, les trois femelles
Courent au Testament sans attendre plus tard.
          On le lit ; on tâche d’entendre
          La volonté du Testateur ;
          Mais en vain : car comment comprendre
          Qu’aussitôt que chacune Sœur
Ne possédera plus sa part héréditaire,
          Il lui faudra payer sa Mère ?
          Ce n’est pas un fort bon moyen
          Pour payer, que d’être sans bien.
          Que voulait donc dire le Père ?
L’affaire est consultée, et tous les Avocats,
          Après avoir tourné le cas
          En cent et cent mille manières,
Y jettent leur bonnet, se confessent vaincus,
          Et conseillent aux Héritières
De partager le bien sans songer au surplus.
          Quant à la somme de la Veuve,
Voici, leur dirent-ils, ce que le Conseil treuve :
Il faut que chaque sœur se charge par traité
          Du tiers, payable à volonté,
Si mieux n’aime la Mère en créer une rente
          Dès le décès du Mort courante.
La chose ainsi réglée, on composa trois lots :
          En l’un, les maisons de bouteille,
          Les buffets dressés sous la treille,
La vaisselle d’argent, les cuvettes, les brocs,
          Les magasins de malvoisie,
Les esclaves de bouche, et, pour dire en deux mots,
          L’attirail de la goinfrerie ;
Dans un autre celui de la coquetterie :
La maison de la ville et les meubles exquis,
          Les Eunuques et les Coiffeuses,
                      Et les Brodeuses,
          Les joyaux, les robes de prix.
Dans le troisième lot, les fermes, le ménage,
          Les troupeaux et le pâturage,
          Valets et bêtes de labeur.
Ces lots faits, on jugea que le sort pourrait faire
          Que peut-être pas une Sœur
          N’aurait ce qui lui pourrait plaire.
Ainsi chacune prit son inclination ;
          Le tout à l’estimation.
          Ce fut dans la ville d’Athènes
          Que cette rencontre arriva.
          Petits et grands, tout approuva
Le partage et le choix. Ésope seul trouva
          Qu’après bien du temps et des peines
          Les gens avaient pris justement
          Le contre-pied du testament.
Si le défunt vivait, disait-il, que l’Attique
          Aurait de reproches de lui !
          Comment ! ce peuple qui se pique
D’être le plus subtil des peuples d’aujourd’hui
A si mal entendu la volonté suprême
    D’un Testateur ! Ayant ainsi parlé,
          Il fait le partage lui-même,
Et donne à chaque Sœur un lot contre son gré,
          Rien qui pût être convenable,
          Partant rien aux Sœurs d’agréable :
          À la Coquette, l’attirail
          Qui suit les personnes buveuses ;
          La Biberonne eut le bétail ;
          La Ménagère eut les coiffeuses.
          Tel fut l’avis du Phrygien,
          Alléguant qu’il n’était moyen
          Plus sûr pour obliger ces filles
          À se défaire de leur bien,
Qu’elles se marieraient dans les bonnes familles,
          Quand on leur verrait de l’argent ;
          Paieraient leur Mère tout comptant ;
Ne posséderaient plus les effets de leur Père,
          Ce que disait le testament.
Le peuple s’étonna comme il se pouvait faire
          Qu’un homme seul eût plus de sens
          Qu’une multitude de gens.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Frаnсis Jаmmеs

Τоulеt : «Dеssоus lа соurtinе mоuilléе...»

Du Βеllау : «Qui а nоmbré, quаnd l’аstrе, qui plus luit...»

Μussеt : Соnsеils à unе Ρаrisiеnnе

Rоllinаt : Βаllаdе du саdаvrе

Βеllеаu : Dеsсriptiоn dеs vеndаngеs

Βruаnt : À Μоntpеrnаssе

Βruаnt : À lа Βаstillе

Lаfоrguе : Αvеrtissеmеnt

Fоurеst : Lа Νégrеssе Βlоndе

☆ ☆ ☆ ☆

Ρаtriаt : «Αсhètе qui vоudrа lе Саmеmbеrt trоp dоuх...»

Βаudеlаirе : À unе Ρаssаntе

Βаtаillе : Lе Μоis mоuillé

Βаïf : «Si се n’еst pаs аmоur, quе sеnt dоnquеs mоn сœur ?...»

Βruаnt : Ρhilоsоphе

Siеfеrt : Ρеtit еnfаnt

Οsmоnt : Sоirs d’ехil

Villiеrs dе L’Ιslе-Αdаm : Éblоuissеmеnt

*** : Τаisеz-vоus

Lа Villе dе Μirmоnt : «Ρаr un sоir dе brоuillаrd, еn un fаubоurg du nоrd...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Μаdаmе sе lеvаit un bеаu mаtin d’Été...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur Un Fаntômе (Βаudеlаirе)

De Сосhоnfuсius sur «Αllеz, mеs vеrs, еnfаnts d’un dеuil tаnt еnnuуеuх...» (Jоdеllе)

De ΟUSSΕΝΙ sur «Étrаngеr, је sеns bоn...» (Τоulеt)

De piсh24 sur Lе Liоn еt lе Rаt. Lа Соlоmbе еt lа Fоurmi (Lа Fоntаinе)

De Сurаrе- sur Lе Сhênе еt lе Rоsеаu (Lа Fоntаinе)

De Сhristiаn sur Αutоmnе (Αpоllinаirе)

De piсh24 sur Τаisеz-vоus (***)

De piсh24 sur Si tu viеns (Dеlаruе-Μаrdrus)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs sur «Sаns sоupirеr vivrе iсi је n’аi pu...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur «L’аutоmnе suit l’été еt lа bеllе vеrdurе...» (Grévin)

De Сurаrе- sur Rеmоntrаnсе à un Ρоètе buvеur d’еаu (Соllеtеt)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs- sur «Lе pеintrе qui vоudrаit аnimеr un tаblеаu...» (Αubigné)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Lе Ρêсhеur d’éсrеvissеs (Rоllinаt)

De Сhristiаn sur L’Εссlésiаstе (Lесоntе dе Lislе)

De Frеdеriс Ρrоkоsсh sur Lа Ρuсеllе (Vеrlаinе)

De Léо Lаrguiеr sur Léо Lаrguiеr

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Αnnе, pаr јеu, mе јеtа dе lа nеigе (Μаrоt)

De Jérômе ΤΕRΝYΝСK sur H (Μilоsz)

De XRumеrΤеst sur L’Éсuуèrе (Frаnс-Νоhаin)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur À Viсtоr Hugо (Νеrvаl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе