La Fontaine

Fables choisies mises en vers [Livres I-VI], 1668


Testament expliqué par Ésope


 
          Si ce qu’on dit d’Ésope est vrai,
          C’était l’oracle de la Grèce,
          Lui seul avait plus de sagesse
Que tout l’Aréopage. En voici pour essai
          Une histoire des plus gentilles,
          Et qui pourra plaire au lecteur.
 
          Un certain Homme avait trois filles,
          Toutes trois de contraire humeur :
          Une buveuse, une coquette,
          La troisième avare parfaite.
          Cet Homme, par son testament,
          Selon les lois municipales,
Leur laissa tout son bien par portions égales,
          En donnant à leur Mère tant,
          Payable quand chacune d’elles
Ne posséderait plus sa contingente part.
          Le Père mort, les trois femelles
Courent au Testament sans attendre plus tard.
          On le lit ; on tâche d’entendre
          La volonté du Testateur ;
          Mais en vain : car comment comprendre
          Qu’aussitôt que chacune Sœur
Ne possédera plus sa part héréditaire,
          Il lui faudra payer sa Mère ?
          Ce n’est pas un fort bon moyen
          Pour payer, que d’être sans bien.
          Que voulait donc dire le Père ?
L’affaire est consultée, et tous les Avocats,
          Après avoir tourné le cas
          En cent et cent mille manières,
Y jettent leur bonnet, se confessent vaincus,
          Et conseillent aux Héritières
De partager le bien sans songer au surplus.
          Quant à la somme de la Veuve,
Voici, leur dirent-ils, ce que le Conseil treuve :
Il faut que chaque sœur se charge par traité
          Du tiers, payable à volonté,
Si mieux n’aime la Mère en créer une rente
          Dès le décès du Mort courante.
La chose ainsi réglée, on composa trois lots :
          En l’un, les maisons de bouteille,
          Les buffets dressés sous la treille,
La vaisselle d’argent, les cuvettes, les brocs,
          Les magasins de malvoisie,
Les esclaves de bouche, et, pour dire en deux mots,
          L’attirail de la goinfrerie ;
Dans un autre celui de la coquetterie :
La maison de la ville et les meubles exquis,
          Les Eunuques et les Coiffeuses,
                      Et les Brodeuses,
          Les joyaux, les robes de prix.
Dans le troisième lot, les fermes, le ménage,
          Les troupeaux et le pâturage,
          Valets et bêtes de labeur.
Ces lots faits, on jugea que le sort pourrait faire
          Que peut-être pas une Sœur
          N’aurait ce qui lui pourrait plaire.
Ainsi chacune prit son inclination ;
          Le tout à l’estimation.
          Ce fut dans la ville d’Athènes
          Que cette rencontre arriva.
          Petits et grands, tout approuva
Le partage et le choix. Ésope seul trouva
          Qu’après bien du temps et des peines
          Les gens avaient pris justement
          Le contre-pied du testament.
Si le défunt vivait, disait-il, que l’Attique
          Aurait de reproches de lui !
          Comment ! ce peuple qui se pique
D’être le plus subtil des peuples d’aujourd’hui
A si mal entendu la volonté suprême
    D’un Testateur ! Ayant ainsi parlé,
          Il fait le partage lui-même,
Et donne à chaque Sœur un lot contre son gré,
          Rien qui pût être convenable,
          Partant rien aux Sœurs d’agréable :
          À la Coquette, l’attirail
          Qui suit les personnes buveuses ;
          La Biberonne eut le bétail ;
          La Ménagère eut les coiffeuses.
          Tel fut l’avis du Phrygien,
          Alléguant qu’il n’était moyen
          Plus sûr pour obliger ces filles
          À se défaire de leur bien,
Qu’elles se marieraient dans les bonnes familles,
          Quand on leur verrait de l’argent ;
          Paieraient leur Mère tout comptant ;
Ne posséderaient plus les effets de leur Père,
          Ce que disait le testament.
Le peuple s’étonna comme il se pouvait faire
          Qu’un homme seul eût plus de sens
          Qu’une multitude de gens.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βеrtrаnd : Μоn Βisаïеul

Siеfеrt : Vivеrе mеmеntо

Diеrх : Lеs Νuаgеs

Diеrх : Lа Ρrisоn

Gérаrd : Lа Rоndе dеs mоis

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lе rirе сlаir, l’âmе sаns rеprосhе...»

Régniеr : Lе Μаrаudеur

Hеrvillу : Sur lеs bоrds du Sаubаt

Riсhеpin : Sоnnеt mоdеrnе

Hеrvillу : Βuсоliquе Νоirе

☆ ☆ ☆ ☆

Βеrtrаnd : Μоn Βisаïеul

Rоllinаt : «С’еst vrаi quе dаns lа ruе еllе impоsе à сhасun...»

Diеrх : Εn сhеmin

Vеrlаinе : Rеdditiоn

Régniеr : Élégiе

Riсhеpin : «Quе tа mаîtrеssе sоit оu blоndе, оu rоussе, оu brunе...»

Sаmаin : Εrmiоnе

Lеfèvrе-Dеumiеr : L’Étinсеllе élесtriquе

Μilоsz : À l’Αmоur

Frаnсе : Lеs Αrbrеs

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Ρrièrе pоur lе mаtin (Drеlinсоurt)

De Сосhоnfuсius sur Ρоur lе јеudi 9 јаnviеr 1913 (Ρéguу)

De Сосhоnfuсius sur Νuit dе Ρаris (Vаlаdе)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Vоуеllеs (Rimbаud)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Lа Viе аntériеurе (Βаudеlаirе)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Βаllаdе [dеs dаmеs du tеmps јаdis] (Villоn)

De Vinсеnt sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Lеs Étоilеs blеuеs (Rоllinаt)

De lасоtе sur Lа nеigе еst bеllе (Riсhеpin)

De Vinсеnt sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si је pоuvаis pоrtеr dеdаns lе sеin, Μаdаmе...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur «Lа vоiх qui rеtеntit dе l’un à l’аutrе Ρôlе...» (Gоmbаud)

De Ρhèdrе sur «Се mirоir оù сhасun соntеmplе sа figurе...» (Μаllеvillе)

De Kеinеr sur «Βоnnе аnnéе à tоutеs lеs сhоsеs...» (Gérаrd)

De Αnnа ΑKHΜΑΤΟVΑ sur «J’еrrаis еn mоn јаrdin, quаnd аu bоut d’unе аlléе...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur «Βiеnhеurеuх sоit lе јоur, еt lе mоis, еt l’аnnéе...» (Μаgnу)

De Rilkе Rаinеr Μаriа sur J’éсris (Νоаillеs)

De Сurаrе- sur Épitаphе d’un сhаt (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «D’un sоmmеil plus trаnquillе à mеs Αmоurs rêvаnt...» (Viаu)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur «Lе mаl еst grаnd, lе rеmèdе еst si brеf...» (Rоnsаrd)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Сlаudе Gаrniеr

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе