Jean de La Ville de Mirmont


La Porte vitrée


 
L’ombre du corridor obscur est éclairée,
Tout en haut, par le jour d’une porte vitrée
Aux carreaux de couleur, jaunes, rouges et verts.
Je suis l’enfant rêveur qui regarde à travers.
 
Son esprit maladif longuement se récrée
À voir sur le jardin une lueur dorée,
Une lumière glauque ainsi qu’au fond des mers
Ou bien un soleil pourpre ensanglantant les airs.
 
Il se plaît en ce monde irréel, où la vie
Semble douce à sa nonchalante rêverie,
Mais si la porte cède, il trouve avec effroi
 
Le jour gris de l’hiver, au lieu de ce qu’il croit,
Le vent aigre et mauvais, non la douceur amie,
Et dans son cœur qui souffre il sent entrer du froid.
 

(Septembre 1908)

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 3 mai 2016 à 16h24


Sobre hexapode
-------------------

L’hexapode d’argent, dont l’âme est éclairée,
Habite, en plein désert, une maison vitrée.
Dans tout le paysage, on ne voit rien de vert,
L’abri est une serre, on peut voir au travers.

L’étoile Fleur de Lys, protectrice adorée,
Répand, quand vient le soir, une lueur dorée ;
Le monstre aime l’air sec, il vit loin de la mer,
Mangeant, quand il a faim, les insectes des airs.

Il est sobre et pensif, indolente est sa vie,
Le plus clair de son temps se passe en rêveries,
Tranquille est son réveil, il s’endort sans effroi.

Serais-je heureux aussi, moi-même, loin du froid ?
J’aimerais le désert, ou du moins, je le crois :
Les dunes, peu à peu, deviendraient mes amies.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 30 octobre 2018 à 19h28

Porte du garage hermétique
--------------------------

Par un soleil absent, la porte est éclairée ;
C’est celle du Major, qui jadis fut vitrée.
Or, ce passage-là, il n’est jamais ouvert,
Porte d’opacité, nul ne voit au travers.

C’est Dame Malvina, protectrice adorée,
Qui sut la recouvrir de peinture dorée ;
Le Garage Hermétique est fort loin de la mer,
On n’y rencontre pas les insectes des airs.

Dans ce monde bizarre, indolente est la vie ;
Les gens sont sans désir et presque sans envie,
Tranquille est leur réveil, ils dorment sans effroi.

Si, demain, ce garage est gagné par le froid,
Ses habitants iront en exil, je le crois,
D’astre en astre menant leur âme inassouvie.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 4 avril 2021 à 13h47

Folie de la cornegidouille
------------

De ce monstre innocent la tête évaporée
Renferme des notions bien trop élaborées ;
Au plus ardent délire est donné le feu vert,
Qui dès lors se raconte à tort et à travers.

Des armes, nous dit-on, sont par elle arborées
Dont est sa résidence amplement décorée ;
Ces écus bien souvent nous montrent leur revers
Sur lequel est tracé le beau sonnet d’Arvers.

De la cornegidouille est étrange la vie,
Qui ses meilleurs amis à trop boire convie ;
Elle leur sert aussi des bols de café froid.

Elle dit que jadis lui parlait un grand roi
Qui lui fit découvrir le jardin et la croix
Ainsi que les tourments d’une âme inassouvie.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Ada en Héraldie le 5 avril 2021 à 21h09

La porte s’est ouverte à la lune cendrée
En grinçant puis glissant sa longue ombre carrée ;
Des griffes de fumée avec des reflets verts
Invitent le curieux, caressant son envers.

Ce monde d’illusions aux couleurs capturées
Déplie son nuancier de noirceurs concentrées ;
Des spectres rigolards, blafards comme l’hiver,
Retiennent les errants peuplant cet univers.

La fête est continue de soif inassouvie,
Alimentant un gouffre insatiable d’envies,
Suçant ses prisonniers, leurs yeux creusés d’effroi.

Sortir quelqu’un d’ici, c’est plus dur que l’on croit ;
Ne pas chauffer trop fort un coeur ivre de froid,
Ne pas se retourner lorsque l’âme est suivie.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 14 juillet 2023 à 16h14

Renard gris
------------

Vêtu de fourrure cendrée,
Du bois je me tiens à l’orée ;
Moi qui ne fais rien de pervers,
Je goûte ces ombrages verts.

Victimes par moi capturées,
Par qui serez-vous déplorées ?
Qui vous consacrera des vers ?
Toute médaille a son revers.

Dès que ma faim fut assouvie,
De tuer je n’eus plus envie ;
Qu’importent deux rongeurs, ou trois ?

Au nom des dieux, auxquels je crois,
Nul malheur ne me laisse froid ;
Je n’agis que pour ma survie.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 11 septembre 2023 à 11h08

Hexapode nonchalant
-------------------

Je ne fais que ce qui m’agrée,
J’agis de façon pondérée ;
Moi qui laisse en paix l’univers,
Je bois des coups, j’écris des vers.

Mon âme n’est pas égarée,
Qui au Réel est amarrée ;
Je reste bien au chaud l’hiver,
En été je me mets au vert.

Très modestes sont mes envies,
Je mène une bien simple vie ;
Ce n’est pas un chemin de croix.

Aujourd’hui ma vigueur décroît,
Mon faible coeur est presque froid ;
Il tremble, il hésite, il dévie.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Curare- le 11 septembre 2023 à 13h16


Das unsterbliche Herz

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : Dе l’Élесtiоn dе sоn Sépulсrе

Βаudеlаirе : Lеs Ρlаintеs d’un Ιсаrе

Βаnvillе : À Αdоlphе Gаïffе

Du Ρеrrоn : «Αu bоrd tristеmеnt dоuх dеs еаuх...»

Βlаisе Сеndrаrs

Rоnsаrd : Dе l’Élесtiоn dе sоn Sépulсrе

Νuуsеmеnt : «Lе vаutоur аffаmé qui du viеil Ρrоméthéе...»

Lа Сеppèdе : «Сеpеndаnt lе sоlеil fоurnissаnt sа јоurnéе...»

Τоulеt : «Dаns lе silеnсiеuх аutоmnе...»

Μussеt : À Αlf. Τ. : «Qu’il еst dоuх d’êtrе аu mоndе, еt quеl biеn quе lа viе !...»

Vеrlаinе : «Lа mеr еst plus bеllе...»

Jасоb : Lе Dépаrt

☆ ☆ ☆ ☆

Lаfоrguе : Lе Sаnglоt univеrsеl

Сrоs : Ρituitе

Jаmmеs : Lа sаllе à mаngеr

Régniеr : Lа Lunе јаunе

Rоdеnbасh : «Αllеluiа ! Сlосhеs dе Ρâquеs !...»

Lаfоrguе : Соmplаintе d’un аutrе dimаnсhе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur L’Étоilе du fоu (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur «Vоiсi lе mоis d’Αvril, оù nаquit lа mеrvеillе...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur Lеs Quаtrе-Соins (Sаtiе)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De Dаmе dе flаmmе sur Vеrlаinе

De Сurаrе- sur Sur l’Hélènе dе Gustаvе Μоrеаu (Lаfоrguе)

De Dаmе dе flаmmе sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Сurаrе- sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Qu’еst-се dе vоtrе viе ? unе bоutеillе mоllе...» (Сhаssignеt)

De Dаmе dе flаmmе sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Μédесins (Siсаud)

De Dаmе dе flаmmе sur «Hélаs ! vоiсi lе јоur quе mоn mаîtrе оn еntеrrе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «J’аdоrе lа bаnliеuе аvес sеs сhаmps еn friсhе...» (Соppéе)

De Rоzès sur Lе Сhеmin dе sаblе (Siсаud)

De Sеzоr sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

De KUΝG Lоuisе sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Xi’аn sur Jеhаn Riсtus

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе