Louise Labé


Élégie


Quand vous lirez, ô Dames Lyonnaises,
Ces miens écrits pleins d’amoureuses noises,
Quand mes regrets, ennuis, dépits et larmes
M’orrez chanter en pitoyables carmes,
Ne veuillez pas condamner ma simplesse,
Et jeune erreur de ma folle jeunesse,
Si c’est erreur : mais qui dessous les Cieux
Se peut vanter de n’être vicieux ?
L’un n’est content de sa sorte de vie,
Et toujours porte à ses voisins envie :
L’un, forcenant de voir la paix en terre,
Par tous moyens tache y mettre la guerre
L’autre, croyant pauvreté être vice,
À autre Dieu qu’or ne fait sacrifice :
L’autre sa foi parjure il emploiera
À décevoir quelqu’un qui le croira :
L’un en mentant de sa langue lézarde,
Mille brocards sur l’un et l’autre darde :
Je ne suis point sous ces planètes née,
Qui m’eussent pu tant faire infortunée.
Onques ne fut mon œil marri, de voir
Chez mon voisin mieux que chez moi pleuvoir.
Onc ne mis noise ou discord entre amis :
À faire gain jamais ne me soumis.
Mentir, tromper, et abuser autrui,
Tant m’a déplu, que médire de lui.
Mais si en moi rien y a d’imparfait,
Qu’on blâme Amour : c’est lui seul qui l’a fait,
Sur mon vert âge en ses lacs il me prit,
Lorsque exerçais mon corps et mon esprit
En mille et mille œuvres ingénieuses,
Qu’en peu de temps me rendit ennuyeuses.
Pour bien savoir avec l’aiguille peindre
J’eusse entrepris la renommée éteindre
De celle-là, qui, plus docte que sage,
Avec Pallas comparait son ouvrage.
Qui m’eût vu lors en armes fière aller,
Porter la lance et bois faire voler,
Le devoir faire en l’estour furieux,
Piquer, volter le cheval glorieux,
Pour Bradamante, ou la haute Marphise,
Sœur de Roger, il m’eût, possible, prise.
Mais quoi ? Amour ne peut longuement voir
Mon cœur n’aimant que Mars et le savoir :
Et me voulant donner autre souci,
En souriant, il me disait ainsi :
« Tu penses donc, ô Lyonnaise Dame,
Pouvoir fuir par ce moyen ma flamme :
Mais non feras ; j’ai subjugué les Dieux
Ès bas Enfers, en la Mer et ès Cieux,
Et penses-tu que n’aie tel pouvoir
Sur les humains, de leur faire savoir
Qu’il n’y a rien qui de ma main échappe ?
Plus fort se pense et plus tôt je le frappe.
De me blâmer quelquefois tu n’as honte,
En te fiant en Mars, dont tu fais conte :
Mais maintenant, vois si pour persister
En le suivant me pourras résister. »
Ainsi parlait, et tout échauffé d’ire
Hors de sa trousse une sagette il tire,
Et décochant de son extrême force,
Droit la tira contre ma tendre écorce :
Faible harnais, pour bien couvrir le cœur
Contre l’Archer qui toujours est vainqueur.
La brèche faite, entre Amour en la place,
Dont le repos premièrement il chasse :
Et de travail qui me donne sans cesse,
Boire, manger, et dormir ne me laisse.
Il ne me chaut de soleil ni d’ombrage :
Je n’ai qu’Amour et feu en mon courage,
Qui me déguise, et fait autre paraître,
Tant que ne peux moi-même me connaître.
Je n’avais vu encore seize Hivers,
Lorsque j’entrai en ces ennuis divers ;
Et jà voici le treizième Été
Que mon cœur fut par Amour arrêté.
Le temps met fin aux hautes Pyramides,
Le temps met fin aux fontaines humides ;
Il ne pardonne aux braves Colisées,
Il met à fin les villes plus prisées,
Finir aussi il a accoutumé
Le feu d’Amour tant soit-il allumé :
Mais, las ! en moi il semble qu’il augmente
Avec le temps, et que plus me tourmente.
Pâris aima Oenoné ardemment,
Mais son amour ne dura longuement,
Médée fut aimée de Jason,
Qui tôt après la mit hors sa maison.
Si méritaient-elles être estimées,
Et pour aimer leurs Amis, être aimées.
S’étant aimé on peut Amour laisser,
N’est-il raison, ne l’étant, se lasser ?
N’est-il raison te prier de permettre,
Amour, que puisse à mes tourments fin mettre ?
Ne permets point que de Mort fasse épreuve,
Et plus que toi pitoyable la treuve :
Mais si tu veux que j’aime jusqu’au bout,
Fais que celui que j’estime mon tout,
Qui seul me peut faire pleurer et rire,
Et pour lequel si souvent je soupire,
Sente en ses os, en son sang, en son âme,
Ou plus ardente, ou bien égale flamme.
Alors ton faix plus aisé me sera,
Quand avec moi quelqu’un le portera.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

Siеfеrt : Rêvеs, аnхiétés, sоupirs

Sаtiе : Lе Ρiсniс

Νеrvаl : Ρоlitiquе

Viviеn : Εllе pаssе

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Gérаrd : Lеs Саnаrds

Lесоntе dе Lislе : Ιn ехсеlsis

☆ ☆ ☆ ☆

Lаutréаmоnt : «Jе сhеrсhаis unе âmе qui mе rеssеmblât...»

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Sullу Ρrudhоmmе : Lеs Сhаînеs

Vеrlаinе : À Μоnsiеur еt Μаdаmе Τ.

Fаnсhу : Αllоns аu bоis

Rоllinаt : Lе Соnvоi funèbrе

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Αpоllinаirе : Εnfаnсе

Sаmаin : Lе Rеpаs prépаré

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Βlаsоn сélеstе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Сосhоnfuсius sur «Οr, dis-је biеn, mоn еspérаnсе еst mоrtе...» (Lа Βоétiе)

De Сосhоnfuсius sur «Сеllе quе Ρуrrhе еt lе Μаrs dе Libуе...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De сindrеl sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе