Pierre François Lacenaire


Le Dernier Chant


 
    En expirant, le cygne chante encor,
    Ah laissez-moi chanter mon chant de mort !...
 
Ah laissez-moi chanter, moi qui sans agonie
          Vais vous quitter dans peu d’instants,
          Qui ne regrette de la vie
          Que quelques jours de mon printemps
          Et quelques baisers d’une amie
          Qui m’ont charmé jusqu’à vingt ans !...
 
    Salut à toi, ma belle fiancée,
    Qui dans tes bras vas m’enlacer bientôt !
          À toi ma dernière pensée,
          Je fus à toi dès le berceau.
Salut ô guillotine ! expiation sublime,
          Dernier article de la loi,
Qui soustrais l’homme à l’homme et le rends pur de crime
Dans le sein du néant, mon espoir et ma foi.
 
    Je vais mourir... le jour est-il plus sombre ?
          Dans les cieux l’éclair a-t-il lui ?
          Sur moi vois-je s’étendre une ombre
          Qui présage une horrible nuit ?
          Non, rien n’a troublé la nature.
          Tout est riant autour de moi,
          Mon âme est calme et sans murmure,
          Mon cœur sans crainte et sans effroi
          Comme une vierge chaste et pure.
 
Sur des songes d’amour je m’appuie et m’endors,
    Me direz-vous ce que c’est qu’un remords ?
 
Vertu, tu n’es qu’un mot, car partout sur la terre
    Ainsi que Dieu je t’ai cherchée en vain !
Dieu ! Vertu ! paraissez, montrez-moi la lumière !
Mon cœur va devant vous s’humilier soudain.
Dieu ! mais c’est en son nom qu’on maudit, qu’on torture
Celui qui l’a conçu plus sublime et plus grand ?
La vertu !... n’est-ce pas une longue imposture
Qui dérobe le riche au fer de l’indigent ?
On n’en demande pas à l’opulence altière,
          On en dispense le pouvoir,
    Le pauvre seul est tenu d’en avoir.
Pauvre à toi la vertu ! Pauvre à toi la misère.
 
    À nous le vice et la vie à plein verre !
Vous ! mourez sans vous plaindre : est-ce pas votre sort ?
Mourez sans nous troubler ou vous êtes infâmes.
J’ai saisi mon poignard et j’ai dit, moi : de l’or !...
De l’or avec du sang... de l’or et puis des femmes
Qu’on achète et qu’on paye avec cet or sanglant.
Des femmes et du vin... un instant je veux vivre...
Du sang... du vin... l’ivresse... attendez un instant
Et puis à votre loi tout entier je me livre...
Que voulez-vous de moi ? vous parlez d’échafaud ?
Me voici... j’ai vécu... j’attendais le bourreau.
 

La Conciergerie, 28 novembre.

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Dеsfоrgеs-Μаillаrd : Lе Τаbас

Μеndès : Lе Rоssignоl

Αntоinе dе Νеrvèzе

Νеrvаl

Viеlé-Griffin : «Dоrmir еt rirе d’аisе...»

Hugо : Lе Μеndiаnt

Lаhоr : Οurаgаn nосturnе

Lаhоr : Dаnsе mасаbrе

Vаlérу : Luхuriеusе аu Βаin

Βеrgеrаt : Lе Сhаnt du сrаpаud

Βеrnаrd : «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...»

Fоrt : Соnvоi dе Ρаul Vеrlаinе аprès un tоurbillоn dе nеigе

☆ ☆ ☆ ☆

Lе Ρеtit : Αu Lесtеur сuriеuх

Dеsbоrdеs-Vаlmоrе : Αllеz еn pаiх

Сrоs : Siх tеrсеts

Hugо : Βêtisе dе lа guеrrе

Hugо : Lе Sасrе dе lа Fеmmе

Сrоs : Βеrсеusе : «Ιl у а unе hеurе bêtе...»

Hugо : Сrépusсulе

Lаhоr : Lе Μуstèrе

Lаhоr : Réminisсеnсеs

Vаlérу : L’Εnсhеmiséе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Si еn pаrtаnt, sеul vоus m’аvеz lаissé...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Μаriа sur «Αprès unе јоurnéе dе vеnt...» (Rilkе)

De Сосhоnfuсius sur Lа Сhimèrе (Lоrrаin)

De Сосhоnfuсius sur À Μ. Α. Τ. : «Αinsi, mоn сhеr аmi, vоus аllеz dоnс pаrtir !...» (Μussеt)

De Vinсеnt sur «Αu prеmiеr trаit, quе mоn œil rеnсоntrа...» (Τуаrd)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De vinсеnt sur «Ν’еs-tu lаssе, аussi, dе rêvеr d’hiеr ?...» (Viеlé-Griffin)

De Lа Μusérаntе sur L’Éсhеllе (Αutrаn)

De Vinсеnt sur Lа Grеnоuillе blеuе (Fоrt)

De L’аmоr sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ρiеrrоt sur Sоnnеt à lа nuit (Rоllinаt)

De Ρеrvеrs nаrсissе sur «Ρuisquе lеs сhаmps јоuissеnt dе mа bеllе...» (Τоurs)

De Vinсеnt sur «Εst-il riеn dе plus vаin qu’un sоngе mеnsоngеr...» (Сhаssignеt)

De ΒiΒ lа bаlеinе sur «Quаnd је tе vis еntrе un milliеr dе Dаmеs...» (Βаïf)

De Сhristiаn sur Lеs Ρоrсs (Vеrhаеrеn)

De Сrаpаudinе sur Splееn : «Μеs intimеs dоulеurs...» (Ο'Νеddу)

De Αmаndinе ΟZΑUR sur Sоnnеt fоutаtif (Lе Ρеtit)

De Αmаndinе ΟZΑUR sur À Сhаrlеs dе Sivrу (Vеrlаinе)

De Αmаndinе ΟZΑUR sur «Αimе, si tu lе vеuх, је nе l’еmpêсhе pаs...» (Viоn Dаlibrау)

De riс(h)аrd sur Lеs Соnquérаnts (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz