Jules Laforgue

Le Sanglot de la Terre (et autres premiers poèmes)


Au lieu des “derniers sacrements”


 
Il me fit appeler ; c’était un soir d’automne.
                Dans sa mansarde au froid de loup,
Il grelottait au lit, phtisique et le teint jaune
                Comme une chandelle d’un sou.
Son coffre caverneux râlait comme un vieil orgue,
                Sa peau prenait déjà le ton
Des verdâtres noyés qu’aux dalles de la Morgue
                On voit s’étaler tout du long.
— Mon cher, je vais crever, me dit-il dans un rire
                Qui figea la moelle en mes os,
Pour m’achever, sais-tu, je voudrais un vampire
                Qui d’un baiser vidât mon dos !
Je descendis très calme, au coin d’une ruelle
                Sifflai le premier blanc jupon
Que j’aperçus flairant un mâle en quête de femelle
                Et lui montrai le moribond.
Quand je l’eus mise au fait de sa besogne sombre
                Je vis se cabrer ses deux seins
Et dans ses regards chauds de nuits folles sans nombre
                Se réveiller ses sens éteints.
Elle se dévêtit, bâilla, fit une pause
                Puis, comme sous un fouet cuisant,
Sur sa babine en feu passant sa langue rose
                Bondit près de l’agonisant !
Lui, sentant à ce souffle un hurlant flot de lave
                Bouillonner dans ses reins gelés,
Un éclair de rut fou flamba dans son œil cave
                Il dit quelques mots étranglés
Et je les vis s’étreindre. Ainsi sur un roc chauve
                Un nœud de vipères se tord.
Je sortis, les laissant à leur lutte âpre et fauve.
                Le lendemain, il était mort.
Il gisait pâle et grêle étendu sur sa couche
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μаrоt : Dе sоi-mêmе

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Ρеllеrin : «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...»

Соrbièrе : Lе Ρоètе еt lа Сigаlе

Соrbièrе : Lа Сigаlе еt lе pоètе

Fоrt : Εn rеvеnаnt dе Sаint-Μаrtin

☆ ☆ ☆ ☆

Ρоpеlin : Lеs Сеrisеs

Сrоs : Vеrtigе

Αpоllinаirе : «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...»

Vеrlаinе : «Lе sоlеil, mоins аrdеnt, luit сlаir аu сiеl mоins dеnsе...»

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Vignу : Lеs Dеstinéеs

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Lоup еt l’Αgnеаu (Lа Fоntаinе)

De Jаdis sur Ρуrrhа (Lесоntе dе Lislе)

De Сосhоnfuсius sur Kееpsаkе (Sаmаin)

De Jаdis sur «Ρаr l’аppеl sоuriаnt dе sа сlаirе étеnduе...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сосhоnfuсius sur «Εh biеn, оui ! ј’аimе un plаt саnаillе...» (Glаtignу)

De Jаdis sur «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...» (Αpоllinаirе)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Сhristiаn sur Lа dеrnièrе rоndе (Frаnс-Νоhаin)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

De Сhristiаn sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе