Jules Laforgue


Bd. Bourdon — le long du canal aboutissant par un étranglement noir souterrain à la Seine fourmillante — venant par un boyau sombre aussi au-dessous là-bas de la place de la Bastille — des maisons se dressant isolées avec leurs 5 étages et leurs rangs de 6 fenêtres — au bas marchand de vin traiteur et une boutique poussiéreuse volets clos, sans indication — à vendre ? sur le flanc droit de la maison vers le vide de l’horizon avec les éternels chantiers de bûches empilées et rangées — une vaste fresque réclame sur fond bleu des lavoirs — rouge fresque — un énorme et farouche hébété mousquetaire embrasse du bras droit un flacon d’insecticide Vicat et de l’autre d’un soufflet au jet palpable occit des poux, des punaises, des puces énormes vues au microscope.

En face, de l’autre côté du canal, aussi des maisons se dressant en détresse isolées cerclées de balcons avec sur un flanc du haut en bas comme montré dans une fig. section verticale reliée de 2 ponts vénitiens le boyau de la cour avec les fenêtres grises des cuisines couleur torchon

Et des fabriques, des fumées lentes et noires ou fusées par jets blancs — Et le grand ciel houleux sur lequel était plus tragique une femme là-bas à un 6e venant secouer un tapis à l’angle d’un balcon.

Et la vie du canal — sur le chemin de halage, des casemates de douaniers, des tas de barriques et tonneaux — des camions qui attendent — d’autres qui arrivent, d’autres qui partent, un fouet claque —

puis à gauche une enfilade comme une série d’accents circonflexes de 10 hangars à jour continus, et dessous dans l’eau-forte enchevêtrée des charpentes la vie des tonneaux, des débardeurs un sac gris en capuchon, des gens qui chargent des péniches amarrées.

des camions et les grêles charrettes — eaux-fortes noires des charbonniers.

sur le quai en face encore une file d’acacias —

et des péniches — au grand gouvernail rapiécé d’acajou avec la canine blanche à volets verts —

et l’eau noire

et là-bas un petit remorqueur svelte et trapu à la coque noire très émergeante ceinturée de rouge —

à gauche la colonne noire de la Bastille — à droite le potiron blanchâtre du panorama de la Bastille

en face à droite une rue noire montante grouillante — et plus à droite le chantier de bois du prince Eugène

Il ne passait sur ce boulevard que des camions, des camions pas encombrement mais la sensation de l’encombrement car ils allaient au pas et le pavé sonnait creux à donner des coups dans l’estomac


Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «Lе Сiеl nе vеut, Dаmе, quе је јоuissе...»

Μаgnу : «Αnnе, је vоus suppliе, à bаisеr аpprеnеz...»

Sullу Ρrudhоmmе : Lеs Сhаînеs

Dеshоulièrеs : Stаnсеs : «Εh ! quе tе sеrs, аmоur, dе mе lаnсеr dеs trаits ?...»

Dеshоulièrеs : Stаnсеs : «Αgréаblеs trаnspоrts qu’un tеndrе аmоur inspirе...»

Αntоinеttе Dеshоulièrеs

Sullу Ρrudhоmmе : Lеs Sеrrеs еt lеs Βоis

Εustоrg dе Βеаuliеu

Du Βеllау

Hаrаuсоurt : «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...»

☆ ☆ ☆ ☆

Μоlièrе : Stаnсеs gаlаntеs : «Sоuffrеz qu’Αmоur...»

Μаgnу : «Αnnе, је vоus suppliе, à bаisеr аpprеnеz...»

Du Βеllау : «Vоуаnt l’аmbitiоn, l’еnviе еt l’аvаriсе...»

Соrbièrе : Ρаuvrе gаrçоn

Соppéе : «Εllе viеndrа се sоir ; еllе mе l’а prоmis...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Quе fеrаi-је, Μоrеl ? Dis-mоi, si tu l’еntеnds...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Ô mаl nоn mаl qui dоuсеmеnt m’оpprеssеs !...» (Gоulаrt)

De Сосhоnfuсius sur Lа Μоrt du sоlеil (Lесоntе dе Lislе)

De L’âmе аuх ninаs sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Сurаrе- sur «Dоulсin, quаnd quеlquеfоis је vоis сеs pаuvrеs fillеs...» (Du Βеllау)

De Fоllоwеur sur «Jе vоis millе bеаutés, еt si n’еn vоis pаs unе...» (Rоnsаrd)

De Εsprit dе сеllе sur «Jе rеgrеttе еn plеurаnt lеs јоurs mаl еmplоуés...» (Dеspоrtеs)

De Ρоr’d’âmе sur Ρlus tаrd (Μusеlli)

De Сurаrе- sur «Βаrquе, qui vаs flоttаnt sur lеs éсuеils du mоndе...» (Duplеssis-Μоrnау)

De Сhr... sur Αu Соllègе (Évаnturеl)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Diеu qui vоis сеttе rоuе ехéсrаblе...» (Vеrmеil)

De Lа Fаisаnе sur Lа Соlоmbе pоignаrdéе (Lеfèvrе-Dеumiеr)

De Μоrin dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Fоrаin dе Βlаnсhеmоr sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеhаn Çètоù sur Lе Τаlismаn (Νеlligаn)

De Сhаrlus Ρоpulаirе sur Viеuх mаrin, viеil аrtistе (Ρоpеlin)

De Hаn Riсutе sur Соmplаintе аmоurеusе (Αllаis)

De Αrаmis sur L’Hоspitаlité (Fаbrе d'Églаntinе)

De Αrаmis sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

De Τhundеrbird sur «Sасrés соtеаuх, еt vоus sаintеs ruinеs...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе