Jules Laforgue


Bd. Bourdon — le long du canal aboutissant par un étranglement noir souterrain à la Seine fourmillante — venant par un boyau sombre aussi au-dessous là-bas de la place de la Bastille — des maisons se dressant isolées avec leurs 5 étages et leurs rangs de 6 fenêtres — au bas marchand de vin traiteur et une boutique poussiéreuse volets clos, sans indication — à vendre ? sur le flanc droit de la maison vers le vide de l’horizon avec les éternels chantiers de bûches empilées et rangées — une vaste fresque réclame sur fond bleu des lavoirs — rouge fresque — un énorme et farouche hébété mousquetaire embrasse du bras droit un flacon d’insecticide Vicat et de l’autre d’un soufflet au jet palpable occit des poux, des punaises, des puces énormes vues au microscope.

En face, de l’autre côté du canal, aussi des maisons se dressant en détresse isolées cerclées de balcons avec sur un flanc du haut en bas comme montré dans une fig. section verticale reliée de 2 ponts vénitiens le boyau de la cour avec les fenêtres grises des cuisines couleur torchon

Et des fabriques, des fumées lentes et noires ou fusées par jets blancs — Et le grand ciel houleux sur lequel était plus tragique une femme là-bas à un 6e venant secouer un tapis à l’angle d’un balcon.

Et la vie du canal — sur le chemin de halage, des casemates de douaniers, des tas de barriques et tonneaux — des camions qui attendent — d’autres qui arrivent, d’autres qui partent, un fouet claque —

puis à gauche une enfilade comme une série d’accents circonflexes de 10 hangars à jour continus, et dessous dans l’eau-forte enchevêtrée des charpentes la vie des tonneaux, des débardeurs un sac gris en capuchon, des gens qui chargent des péniches amarrées.

des camions et les grêles charrettes — eaux-fortes noires des charbonniers.

sur le quai en face encore une file d’acacias —

et des péniches — au grand gouvernail rapiécé d’acajou avec la canine blanche à volets verts —

et l’eau noire

et là-bas un petit remorqueur svelte et trapu à la coque noire très émergeante ceinturée de rouge —

à gauche la colonne noire de la Bastille — à droite le potiron blanchâtre du panorama de la Bastille

en face à droite une rue noire montante grouillante — et plus à droite le chantier de bois du prince Eugène

Il ne passait sur ce boulevard que des camions, des camions pas encombrement mais la sensation de l’encombrement car ils allaient au pas et le pavé sonnait creux à donner des coups dans l’estomac


Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βаudеlаirе : Splееn : «Jе suis соmmе lе rоi...»

Sаtiе : Οbstасlеs vеnimеuх

Lаmаrtinе : «Μоn сœur еst еn rеpоs...»

Hugо : Ultimа vеrbа

Hоpil : Саntiquе : «Ρriаnt dеssus un mоnt оù lеs plus bеllеs сhоsеs...»

Соrnеillе : Sоnnеt : «Dеuх sоnnеts pаrtаgеnt lа villе...»

Régniеr : Εn fоrêt

Rоllinаt : Lе Fасiès humаin

Lесоntе dе Lislе : Épiphаniе

Μаrс dе Ρаpillоn dе Lаsphrisе

☆ ☆ ☆ ☆

Βаnvillе : Lа Ρаiх

Vеrlаinе : Jésuitismе

Vеrlаinе : Vеrs pоur êtrе саlоmnié

Соuté : L’Éсоlе

Lаrbаud : Μеrs-Εl-Kébir

Соppéе : «Lе sоlеil frоid dоnnаit un tоn rоsе аu grésil...»

Vеrlаinе : «Ρаrfums, соulеurs, sуstèmеs, lоis...»

Αpоllinаirе : Сhаpеаu-tоmbеаu

Rоnsаrd : «L’аrbrе qui mеt à сrоîtrе, а lа plаntе аssuréе...»

Саntеl : Lеs Τribаdеs

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Épiphаniе (Lесоntе dе Lislе)

De Сосhоnfuсius sur «Si tu mеurs еn јеunеssе, аutаnt аs-tu gоûté...» (Сhаssignеt)

De Сосhоnfuсius sur «Dоis-је vоlеr еmplumé d’еspérаnсе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur Lа Μоrt dеs lуs (Lоrrаin)

De Сосhоnfuсius sur Lа Ρrisоn (Diеrх)

De Jаdis sur L’Εnfеr (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur «À lа nuе ассаblаntе tu...» (Μаllаrmé)

De Εsprit dе сеllе sur «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...» (Lа Сеppèdе)

De Αdа еn Hérаldiе sur Sur mоn livrе (Lе Ρеtit)

De Un lесtеur sur «L’аrbrе qui mеt à сrоîtrе, а lа plаntе аssuréе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Sur unе Сhutе саuséе pаr un béliеr (Соllеtеt)

De Jеаn dе Lа Quаrаntаi sur Lа Сigаlе еt lа Fоurmi (Lа Fоntаinе)

De Vinсеnt sur Sоnnеt à l’Αndrоgуnе : «Τа rоуаlе јеunеssе...» (Viviеn)

De Vinсеnt sur Sоnnеt du huit févriеr 1915 (Αpоllinаirе)

De Ρéguуfuсius sur L’Αvеuglе (Ρéguу)

De Сhristiаn sur Luttеurs fоrаins (Соppéе)

De Αdа еn Hérаldiе sur Αmоurs fоus (Riсhеpin)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Μоn Diеu, quе је vоudrаis quе mа mаin fût оisivе...» (Spоndе)

De Hiс Vеlibi sur «Μа Dаmе nе m’а pаs vеndu...» (Μаrоt)

De Kritik sur «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...» (Lоuvеnсоurt)

De Сurаrе- sur Саusеriе (Βаudеlаirе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе