Jules Laforgue


Bd. Bourdon — le long du canal aboutissant par un étranglement noir souterrain à la Seine fourmillante — venant par un boyau sombre aussi au-dessous là-bas de la place de la Bastille — des maisons se dressant isolées avec leurs 5 étages et leurs rangs de 6 fenêtres — au bas marchand de vin traiteur et une boutique poussiéreuse volets clos, sans indication — à vendre ? sur le flanc droit de la maison vers le vide de l’horizon avec les éternels chantiers de bûches empilées et rangées — une vaste fresque réclame sur fond bleu des lavoirs — rouge fresque — un énorme et farouche hébété mousquetaire embrasse du bras droit un flacon d’insecticide Vicat et de l’autre d’un soufflet au jet palpable occit des poux, des punaises, des puces énormes vues au microscope.

En face, de l’autre côté du canal, aussi des maisons se dressant en détresse isolées cerclées de balcons avec sur un flanc du haut en bas comme montré dans une fig. section verticale reliée de 2 ponts vénitiens le boyau de la cour avec les fenêtres grises des cuisines couleur torchon

Et des fabriques, des fumées lentes et noires ou fusées par jets blancs — Et le grand ciel houleux sur lequel était plus tragique une femme là-bas à un 6e venant secouer un tapis à l’angle d’un balcon.

Et la vie du canal — sur le chemin de halage, des casemates de douaniers, des tas de barriques et tonneaux — des camions qui attendent — d’autres qui arrivent, d’autres qui partent, un fouet claque —

puis à gauche une enfilade comme une série d’accents circonflexes de 10 hangars à jour continus, et dessous dans l’eau-forte enchevêtrée des charpentes la vie des tonneaux, des débardeurs un sac gris en capuchon, des gens qui chargent des péniches amarrées.

des camions et les grêles charrettes — eaux-fortes noires des charbonniers.

sur le quai en face encore une file d’acacias —

et des péniches — au grand gouvernail rapiécé d’acajou avec la canine blanche à volets verts —

et l’eau noire

et là-bas un petit remorqueur svelte et trapu à la coque noire très émergeante ceinturée de rouge —

à gauche la colonne noire de la Bastille — à droite le potiron blanchâtre du panorama de la Bastille

en face à droite une rue noire montante grouillante — et plus à droite le chantier de bois du prince Eugène

Il ne passait sur ce boulevard que des camions, des camions pas encombrement mais la sensation de l’encombrement car ils allaient au pas et le pavé sonnait creux à donner des coups dans l’estomac


Commentaire(s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Сlаudе Lе Ρеtit

Οrléаns : «Jе mеurs dе sоif, еn сôté lа fоntаinе...»

Οrléаns : «Diеu, qu’il lа fаit bоn rеgаrdеr...»

Rоdеnbасh : «Lеs суgnеs blаnсs, dаns lеs саnаuх dеs villеs mоrtеs...»

Sсаliоn dе Virblunеаu : «Étаnt аu lit соuсhé, аu liеu dе rеpоsеr...»

Klingsоr : L’Ιnutilе Сhаnsоn

Viаu : «L’аutrе јоur inspiré d’unе divinе flаmmе...»

Viаu : «Αu mоins аi-је sоngé quе је vоus аi bаiséе...»

Lаmаrtinе : Αuх Сhrétiеns dаns lеs tеmps d’éprеuvе

Sсudérу : Ρhilis dаnsе lа Sаrаbаndе

Sсudérу : Sur un Sоngе

Hugо : Сlаirе

☆ ☆ ☆ ☆

Οrléаns : «Jе mеurs dе sоif, еn сôté lа fоntаinе...»

Viаu : «L’аutrе јоur inspiré d’unе divinе flаmmе...»

Αpоllinаirе : Dаmе à lа sеrvаntе

Αubigné : Εхtаsе

Drеlinсоurt : Sur lеs Ρiеrrеs préсiеusеs

Vоiturе : «D’un buvеur d’еаu, соmmе аvеz débаttu...»

Sаrrаsin : «Lа bеаuté quе је sеrs...»

Hugо : Сlаirе Ρ.

Rоdеnbасh : «Dоuсеur du sоir ! Dоuсеur dе lа сhаmbrе sаns lаmpе !...»

Αpоllinаirе : Сœur соurоnnе еt mirоir

Cоmmеntaires récеnts

De Αrаmis sur Guitаrе : «Gаstibеlzа, l’hоmmе à lа саrаbinе...» (Hugо)

De Сосhоnfuсius sur Αuх préсiеusеs (Lе Ρеtit)

De Αrаmis sur Stаnсеs à Μаrquisе (Соrnеillе)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt d’Αutоmnе (Βаudеlаirе)

De Сосhоnfuсius sur Εхtаsе (Αubigné)

De Сrуstасé sur «Αuprès dе се bеаu tеint, lе lуs еn nоir sе сhаngе...» (Αubigné)

De piсh24 sur Ρhilis dаnsе lа Sаrаbаndе (Sсudérу)

De Rоlаnd Βасri sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Ρ10H24- sur Εllе еt lui (Αutrаn)

De Jеhаn Fоntаinе sur Lе Glаnd еt lе Сhаmpignоn (Lасhаmbеаudiе)

De Сurаrе- sur «Quаnd је vоudrаi sоnnеr dе mоn grаnd Αvаnsоn...» (Du Βеllау)

De Αrаmis sur «Quаnd mоn fil sе саssеrа sоus...» (Ρеllеrin)

De Αmаris- sur Sуmbоlе (Gilkin)

De Εsprit dе сеllе sur Sоnnеt mélаnсоliquе (Αdеlswärd-Fеrsеn)

De Сurаrе- sur Αprès lа bаtаillе (Hugо)

De Μilоu dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Filоu dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Quеuflу sur «Vоus Flеuvеs еt Ruissеаuх, еt vоus, сlаirеs Fоntаinеs...» (Сhаndiеu)

De Lе Gаrdiеn sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

De Εsprit dе сеllе sur Républiquе Αrgеntinе — Lа Ρlаtа (Lеvеу)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе