Jules Laforgue


Complainte d’une convalescence en mai


 

Nous n’avons su toutes ces choses qu’après sa mort.
Vie de Pascal par Mme Perier.


Convalescent au lit, ancré de courbatures,
Je me plains aux dessins bleus de ma couverture, 
 
Las de reconstituer dans l’art du jour baissant
Cette dame d’en face auscultant les passants :
 
Si la Mort, de son van, avait chosé mon être,
En serait-elle moins, ce soir, à sa fenêtre ?...
 
Oh ! mort, tout mort ! au plus jamais, au vrai néant
Des nuits où piaule en longs regrets le chat-huant ! 
 
Et voilà que mon Âme est tout hallucinée !
Puis s’abat, sans avoir fixé sa destinée. 
 
Ah ! que de soirs de mai pareils à celui-ci ;
Que la vie est égale ; et le cœur endurci ! 
 
Je me sens fou d’un tas de petites misères.
Mais maintenant, je sais ce qu’il me reste à faire. 
 
Qui m’a jamais rêvé ? Je voudrais le savoir !
Elles vous sourient avec âme, et puis bonsoir, 
 
Ni vu ni connu. Et les voilà qui rebrodent
Le canevas ingrat de leur âme à la mode ; 
 
Fraîches à tous, et puis reprenant leur air sec
Pour les christs déclassés et autres gens suspects.
 
Et pourtant, le béni grand bol de lait de ferme
Que me serait un baiser sur sa bouche ferme ! 
 
Je ne veux accuser personne, bien qu’on eût
Pu, ce me semble, mon bon cœur étant connu... 
 
N’est-ce-pas ; nous savons ce qu’il nous reste à faire,
Ô Cœur d’or pétri d’aromates littéraires, 
 
Et toi, cerveau confit dans l’alcool de l’Orgueil !
Et qu’il faut procéder d’abord par demi-deuils... 
 
Primo : mes grandes angoisses métaphysiques
Sont passées à l’état de chagrins domestiques ; 
 
Deux ou trois spleens locaux. – Ah ! pitié, voyager
Du moins, pendant un an ou deux à l’étranger...
 
Plonger mon front dans l’eau des mers, aux matinées
Torrides, m’en aller à petites journées, 
 
Compter les clochers, puis m’asseoir, ayant très chaud,
Aveuglé des maisons peintes au lait de chaux... 
 
Dans les Indes du Rêve aux pacifiques Ganges,
Que j’en ai des comptoirs, des hamacs de rechange ! 
 
– Voici l’œuf à la coque et la lampe du soir.
Convalescence bien folle, comme on peut voir. 
 

Les Complaintes, 1885

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Hеrеdiа : Lе Huсhiеr dе Νаzаrеth

Μаrbеuf : Αutаnt quе Vаliаnе аvаit dе bеаutés

Hаbеrt : «J’ассоmpаrе аu Sоlеil сеs bеаuх sоlеils d’Αmоur...»

Hаbеrt : «À l’оmbrе dеs mуrtеs vеrts...»

Μаrоt : Du соntеnt еn аmоurs

Μаrbеuf : Lе Sеin d’Αmаrаnthе

Rоnsаrd : «Si с’еst аimеr, Μаdаmе, еt dе јоur еt dе nuit...»

Rоnsаrd : «Αllеr еn mаrсhаndisе аuх Ιndеs préсiеusеs...»

Sсudérу : Lа Νуmphе еndоrmiе

Durаnt dе lа Βеrgеriе : «Βеаuх уеuх dоnt lа dоuсеur si dоuсеmеnt m’еnivrе...»

☆ ☆ ☆ ☆

*** : «Μоn pèrе а fаit fаirе un étаng...»

Μilоsz : Lе Соnsоlаtеur

Сhéniеr : «Étrаngеr, се tаurеаu, qu’аu sеin dеs mеrs prоfоndеs...»

Sаint-Ρоl-Rоuх : L’Épоuvаntаil

Μаrbеuf : Αutаnt quе Vаliаnе аvаit dе bеаutés

Hаbеrt : «Viеns, mа bеllе Flоrеllе, оù l’оmbrе nоir trеmblоtе...»

Riсtus : Sоnnеt : «Jе sаis un ruissеаu dоnt lе flоt сhаntоnnе...»

Hugо : Се qui sе pаssаit аuх Fеuillаntinеs vеrs 1813

Саrсо : Vеrlаiniеn

Rоnsаrd : «Αllеr еn mаrсhаndisе аuх Ιndеs préсiеusеs...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «J’аi сеttе nuit gоûté lеs plus dоuсеs dоuсеurs...» (Hаbеrt)

De Сосhоnfuсius sur Lе Flаmbеаu vivаnt (Βаudеlаirе)

De Μо sur Sur un Μаrbrе brisé (Hеrеdiа)

De Αdа еn Hérаldiе sur Sоnnеt dе lа lаnguе (Νоuvеаu)

De Сосhоnfuсius sur Μusulmаnеs (Νоuvеаu)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Ρаul Sсаrrоn

De Vinсеnt sur «Si с’еst аimеr, Μаdаmе, еt dе јоur еt dе nuit...» (Rоnsаrd)

De Сurаrе- sur Sоnnеt : «Jе sаis un ruissеаu dоnt lе flоt сhаntоnnе...» (Riсtus)

De Сurаrе- sur Lе Sеin d’Αmаrаnthе (Μаrbеuf)

De Сurаrе- sur «Αllеr еn mаrсhаndisе аuх Ιndеs préсiеusеs...» (Rоnsаrd)

De Jеhаn sur «Lоrsquе l’еnfаnt pаrаît...» (Hugо)

De V. Hugо sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Snоwmаn sur Βаllаdе dеs сélébrités du tеmps јаdis (Βаnvillе)

De Εsprit dе сеllе sur Sœur équivоquе (Sеgаlеn)

De Сhristiаn sur L’ânе étаit pеtit (Jаmmеs)

De Сhristiаn sur Rimbаud

De Gаrdiеn dеs оiеs sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Εsprit dе сеllе sur Μаriа Gаrсiа (Βаnvillе)

De mаuguеg sur «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...» (Hаrаuсоurt)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Соmbiеn quе tоn Μаgnу аit lа plumе si bоnnе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Féеriе (Vаlérу)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе