Jules Laforgue

Les Complaintes, 1885


Complainte de l’automne monotone


 
      Automne, automne, adieux de l’Adieu !
      La tisane bout, noyant mon feu ;
                    Le vent s’époumonne
À reverdir la bûche où mon grand cœur tisonne.
                    Est-il de vrais yeux ?
      Nulle ne songe à m’aimer un peu.
 
                            Milieux aptères,
                            Ou sans divans ;
                            Regards levants,
                            Deuils solitaires
                            Vers des Sectaires !
 
      Le vent, la pluie, oh ! le vent, la pluie !
      Antigone, écartez mon rideau ;
                    Cet ex-ciel tout suie,
Fond-il decrescendo, statu quo, crescendo ?
                    Le vent qui s’ennuie,
      Retourne-t-il bien les parapluies ?
 
                            Amours, gibiers !
                            Aux jours de givre,
                            Rêver sans livre,
                            Dans les terriers
                            Chauds de fumiers !
 
      Plages, chemins de fer, ciels, bois morts, 
      Bateaux croupis dans les feuilles d’or,
                    Le quart aux étoiles,
Paris grasseyant par chic aux prises de voiles : 
                    De trop poignants cors
      M’ont hallalisé ces chers décors. 
 
                            Meurtres, alertes,
                            Rêves ingrats !
                            En croix, les bras ;
                            Roses ouvertes,
                            Divines pertes !
 
      Le soleil mort, tout nous abandonne. 
      Il se crut incompris. Qu’il est loin !
                    Vent pauvre, aiguillonne
Ces convois de martyrs se prenant à témoins !
                    La terre, si bonne, 
      S’en va, pour sûr, passer cet automne. 
 
                            Nuits sous-marines !
                            Pourpres forêts,
                            Torrents de frais, 
                            Bancs en gésines,
                            Tout s’illumine ! 
 
– Allons, fumons une pipette de tabac,
En feuilletant un de ces si vieux almanachs, 
 
En rêvant de la petite qui unirait
Aux charmes de l’œillet ceux du chardonneret. 
 

Commentaire (s)
Déposé par PipaRap le 16 octobre 2015 à 07h19

Il faut bien que les hopitaux continuent de tourner.  http://lenitsky.com/noviy-singl-zabud-sovmestno-s-d1n/   L enquete de police est toujours en cours.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Τоulеt : Éléphаnt dе Ρаris.

Μаllаrmé : «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...»

Riсtus : Βеrсеusе pоur un Ρаs-dе-Сhаnсе

Klingsоr : À lа сhаndеllе

Τоulеt : «С’étаit sur un сhеmin сrауеuх...»

Lа Fоntаinе : «Αimоns, fоutоns, се sоnt plаisirs...»

Μаrоt : Αnnе, pаr јеu, mе јеtа dе lа nеigе

Τоulеt : «Gérоntе d’unе аutrе Ιsаbеllе...»

Vеrlаinе : Lоndrеs

☆ ☆ ☆ ☆

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Сhаrlеvаl : À unе Dаmе, qui rаillаit l’Αutеur d’êtrе lоngtеmps à lа саmpаgnе

Μаеtеrlinсk : «Ιls оnt tué trоis pеtitеs fillеs...»

Rоllinаt : Βаlzас

Μаrоt : Sur quеlquеs mаuvаisеs mаnièrеs dе pаrlеr

Соppéе : «Εn plеin sоlеil, lе lоng du сhеmin dе hаlаgе...»

Lе Саrdоnnеl : Villе mоrtе

Riсhеpin : Ρаs frilеuх

Cоmmеntaires récеnts

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Сhristiаn sur Οrаisоn du sоir (Rimbаud)

De Сосhоnfuсius sur «Vоus triоmphеz dе mоi, еt pоurсе је vоus dоnnе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сосhоnfuсius sur «Οui, је suis prоprеmеnt à tоn nоm immоrtеl...» (Αubigné)

De Сосhоnfuсius sur «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...» (Μаllаrmé)

De Jаdis sur «Ν’аllеz pаs dеvаnt сеs vеrs-сi...» (Lаfоrguе)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Jаdis sur Sоnnеt : «Jе sаis un ruissеаu dоnt lе flоt сhаntоnnе...» (Riсtus)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Lе Rоsе (Gаutiеr)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Jаdis sur Ρоur lа glоirе dе Μаllаrmé (Rоdеnbасh)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

De Vinсеnt sur Lе Dоrmеur du vаl (Rimbаud)

De Sаint Τripоdе sur Lеs Litаniеs dе Sаtаn (Βаudеlаirе)

De Εхасt pоdе sur Lа Rоsе (Αсkеrmаnn)

De Εsprit dе сеllе sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

De Саttаnео Dаniеl-Ρiеr sur Ρhèdrе (Fоurеst)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе