Jules Laforgue

Les Complaintes, 1885


Complainte de l’automne monotone


 
      Automne, automne, adieux de l’Adieu !
      La tisane bout, noyant mon feu ;
                    Le vent s’époumonne
À reverdir la bûche où mon grand cœur tisonne.
                    Est-il de vrais yeux ?
      Nulle ne songe à m’aimer un peu.
 
                            Milieux aptères,
                            Ou sans divans ;
                            Regards levants,
                            Deuils solitaires
                            Vers des Sectaires !
 
      Le vent, la pluie, oh ! le vent, la pluie !
      Antigone, écartez mon rideau ;
                    Cet ex-ciel tout suie,
Fond-il decrescendo, statu quo, crescendo ?
                    Le vent qui s’ennuie,
      Retourne-t-il bien les parapluies ?
 
                            Amours, gibiers !
                            Aux jours de givre,
                            Rêver sans livre,
                            Dans les terriers
                            Chauds de fumiers !
 
      Plages, chemins de fer, ciels, bois morts, 
      Bateaux croupis dans les feuilles d’or,
                    Le quart aux étoiles,
Paris grasseyant par chic aux prises de voiles : 
                    De trop poignants cors
      M’ont hallalisé ces chers décors. 
 
                            Meurtres, alertes,
                            Rêves ingrats !
                            En croix, les bras ;
                            Roses ouvertes,
                            Divines pertes !
 
      Le soleil mort, tout nous abandonne. 
      Il se crut incompris. Qu’il est loin !
                    Vent pauvre, aiguillonne
Ces convois de martyrs se prenant à témoins !
                    La terre, si bonne, 
      S’en va, pour sûr, passer cet automne. 
 
                            Nuits sous-marines !
                            Pourpres forêts,
                            Torrents de frais, 
                            Bancs en gésines,
                            Tout s’illumine ! 
 
– Allons, fumons une pipette de tabac,
En feuilletant un de ces si vieux almanachs, 
 
En rêvant de la petite qui unirait
Aux charmes de l’œillet ceux du chardonneret. 
 

Commentaire (s)
Déposé par PipaRap le 16 octobre 2015 à 07h19

Il faut bien que les hopitaux continuent de tourner.  http://lenitsky.com/noviy-singl-zabud-sovmestno-s-d1n/   L enquete de police est toujours en cours.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μussеt : Lе Fils du Τitiеn

Dеrèmе : «Сhаmbrе d’hôtеl mоrоsе еt vidе. Un œillеt pеnсhе...»

Rоnsаrd : «Αmоur еst sаns miliеu, с’еst unе сhоsе ехtrêmе...»

Klingsоr : Lеs Ânеs

Τristаn Klingsоr

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Εrik Sаtiе

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

☆ ☆ ☆ ☆

Dеrèmе : «Τristе, à сôté du сhiеn еt du сhаt, ј’аi сhаuffé...»

Μаupаssаnt : Τеrrеur

Rоllinаt : Lе Vаl dеs Rоnсеs

Сrоs : Ρаrоlеs pеrduеs

Сrоs : Dаns lа сlаirièrе

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Viviеn : Sоnnеt à unе Εnfаnt

Klingsоr : Klingsоr

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Jе nе suis pаs dе сеuх pоur qui lеs саusеriеs...» (Sаintе-Βеuvе)

De Сосhоnfuсius sur Μоn аmаntе а lеs vеrtus dе l’еаu (Sеgаlеn)

De Сосhоnfuсius sur À l’еnvеrs (Sеgаlеn)

De Vinсеnt sur Féеriе (Vаlérу)

De Соrnu sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Сurаrе- sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur «Dе vоtrе Diаnеt (dе vоtrе nоm ј’аppеllе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Βеl аlbâtrе vivаnt qu’un fin сrêpе nоus сасhе...» (Lа Rоquе)

De Hоrаtius Flассus sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ιо Kаnааn sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе