Jules Laforgue

Les Complaintes, 1885


Complainte de l’orgue de Barbarie


 
            Orgue, orgue de Barbarie,
            Don Quichotte, Souffre-Douleur,
            Vidasse, vidasse ton cœur,
            Ma pauvre rosse endolorie.
 
                        Hein, étés idiots,
                        Octobres malades,
                        Printemps, purges fades,
                        Hivers tout vieillots ?
 
« Quel silence, dans la forêt d’automne,
Quand le soleil en son sang s’abandonne ! »
 
                        Gaz, haillons d’affiches,
                        Feu les casinos,
                        Cercueils des pianos,
                        Ah ! mortels postiches.
 
« Déjà la nuit, qu’on surveille à peine
Le frou-frou de sa titubante traîne. »
 
                        Romans pour les quais,
                        Photos élégiaques,
                        Escarpins, vieux claques,
                        D’un coup de balai !
 
« Oh ! j’ai peur, nous avons perdu la route ;
Paul, ce bois est mal famé ! chut, écoute...»
 
                        Végétal fidèle,
                        Ève aime toujours
                        LUI ! jamais pour
                        Nous, jamais pour elle.
 
« Ô ballets corrosifs ! réel, le crime ?
La lune me pardonnait dans les cimes. »
 
                        Vêpres, Ostensoirs,
                        Couchants ! Sulamites
                        De province aux rites
                        Exilants des soirs !
 
« Ils m’ont brûlée ; et depuis, vagabonde
Au fond des bois frais, j’implore le monde. »
 
                        Et les vents s’engueulent,
                        Tout le long des nuits !
                        Qu’est-c’que moi j’y puis,
                        Qu’est-ce donc qu’ils veulent ?
 
« Je vais guérir, voyez la cicatrice,
Oh ! je ne veux pas aller à l’hospice ! »
 
                        Des berceaux fienteux
                        Aux bières de même,
                        Bons couples sans gêne,
                        Tournez deux à deux.
 
            Orgue, orgue de Barbarie !
            Scie autant que Souffre-Douleur,
            Vidasse, vidasse ton cœur,
            Ma pauvre rosse endolorie.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lе Βrаz : Νосturnе

Βоnаvеnturе dеs Ρеrriеrs : «Lеs аvеuglеs еt viоlеurs...»

Βаnvillе : Lаpins

Rоllinаt : Lеs Ρrојеts

Lаutréаmоnt : «Οn nе mе vеrrа pаs, à mоn hеurе dеrnièrе...»

Τоulеt : «Gérоntе d’unе аutrе Ιsаbеllе...»

Vоiturе : «Μа fоi, с’еst fаit...»

Τоulеt : Сhеvаuх dе bоis.

Τоulеt : «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...»

Μénаrd : Βlаnсhе

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Μаrtinеt : Τu vаs tе bаttrе...

☆ ☆ ☆ ☆

Μауnаrd : «Сhаquе Ρriаpе du viеuх tеmps...»

Sаint-Gеlаis : Dizаin : «Un јоur quе Μаdаmе dоrmаit...»

Klingsоr : Ρеndаnt lа pluiе

Rоnsаrd : «Αfin qu’à tоut јаmаis dе sièсlе еn sièсlе vivе...»

Lаfоrguе : L’Îlе

Frаnс-Νоhаin : Ρауsаgе dе nеigе

Frаnс-Νоhаin : Βеrсеusе оbsсènе

Βruаnt : Сrânеusе

Fоurеst : Αndrоmаquе

Αpоllinаirе : Lа Νuit d’аvril 1915

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...» (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur «Сhаquе Ρriаpе du viеuх tеmps...» (Μауnаrd)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt pоur unе bеllе Νоnnаin qui sе disоit Εspоusе du Сhrist (Lоuvigné du Dézеrt)

De Сurаrе- sur Désеspérémеnt (Соppéе)

De Εsprit dе сеllе sur Sœur équivоquе (Sеgаlеn)

De Сhristiаn sur L’ânе étаit pеtit (Jаmmеs)

De Сhristiаn sur Rimbаud

De Gаrdiеn dеs оiеs sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Εsprit dе сеllе sur Μаriа Gаrсiа (Βаnvillе)

De Сurаrе- sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De mаuguеg sur «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...» (Hаrаuсоurt)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Соmbiеn quе tоn Μаgnу аit lа plumе si bоnnе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Féеriе (Vаlérу)

De Сurаrе- sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur «Dе vоtrе Diаnеt (dе vоtrе nоm ј’аppеllе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Βеl аlbâtrе vivаnt qu’un fin сrêpе nоus сасhе...» (Lа Rоquе)

De Hоrаtius Flассus sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ιо Kаnааn sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе