Jules Laforgue

Les Complaintes, 1885


Complainte de Lord Pierrot


 
                              Au clair de la lune,
                              Mon ami Pierrot,
                              Filons, en costume,
                              Présider là-haut !
                              Ma cervelle est morte,
                              Que le Christ l’emporte ! 
                              Béons à la Lune,
                              La bouche en zéro.
 
Inconscient, descendez en nous par réflexes ;
Brouillez les cartes, les dictionnaires, les sexes. 
 
Tournons d’abord sur nous-même, comme un fakir !
(Agiter le pauvre être, avant de s’en servir.) 
 
J’ai le cœur chaste et vrai comme une bonne lampe ; 
Oui, je suis en taille-douce, comme une estampe. 
 
      Vénus, énorme comme le Régent,
      Déjà se pâme à l’horizon des grèves ; 
      Et c’est l’heure, ô gens nés casés, bonnes gens,
      De s’étourdir en longs trilles de rêves !
      Corybanthe, aux quatre vents tous les draps !
      Disloque tes pudeurs, à bas les lignes !
      En costume blanc, je ferai le cygne,
      Après nous le Déluge, ô ma Léda !
      Jusqu’à ce que tournent tes yeux vitreux,
      Que tu grelottes en rires affreux,
      Hop ! enlevons sur les horizons fades
      Les menuets de nos pantalonnades !
                            Tiens ! l’Univers
                            Est à l’envers...
 
                    – Tout cela vous honore,
                    Lord Pierrot, mais encore ? 
 
– Ah ! qu’une, d’elle-même, un beau soir sût venir,
Ne voyant que boire à mes lèvres, ou mourir ! 
 
Je serais, savez-vous, la plus noble conquête
Que femme, au plus ravi du Rêve, eût jamais faite !
 
              D’ici là, qu’il me soit permis
              De vivre de vieux compromis. 
 
              Où commence, ou finit l’humaine 
              Ou la divine dignité ?
              Jonglons avec les entités,
              Pierrot s’agite et Tout le mène ! 
              Laissez faire, laissez passer ;
              Laissez passer, et laissez faire :
              Le semblable, c’est le contraire, 
 
              Et l’univers, c’est pas assez !
              Et je me sens, ayant pour cible
              Adopté la vie impossible,
              De moins en moins localisé ! 
 
                    — Tout cela vous honore,
                    Lord Pierrot, mais encore ? 
 
              — Il faisait, ah ! si chaud si sec.
              Voici qu’il pleut, qu’il pleut, bergères ! 
              Les pauvres Vénus bocagères
              Ont la roupie à leur nez grec ! 
 
                    — Oh ! de moins en moins drôle ;
                    Pierrot sait mal son rôle ? 
 
– J’ai le cœur triste comme un lampion forain...
Bah ! j’irai passer la nuit dans le premier train ; 
 
                Sûr d’aller, ma vie entière,
                Malheureux comme les pierres. (Bis.)
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Viаu : Épigrаmmе d’un impuissаnt

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе suis un êtrе dе sаng frоid...»

Régniеr : Juliе аuх уеuх d’еnfаnt

Sаint-Αmаnt : «Vоiсi lе rеndеz-vоus dеs Εnfаnts sаns sоuсi...»

Сrоs : L’Hеurе frоidе

Rimbаud : Μа Βоhèmе

Rimbаud : Οphéliе

Vеrlаinе : Νеvеrmоrе : «Sоuvеnir, sоuvеnir, quе mе vеuх-tu ?...»

Vеrlаinе : Μоn rêvе fаmiliеr

Αpоllinаirе : Lа Lоrеlеу

Lаhоr : Саlmе dеs plаntеs

Μussеt : Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...»

☆ ☆ ☆ ☆

Сhrеtiеn dе Τrоуеs

Sсаrrоn : Сhаnsоn à bоirе

Саrсо : Βоhèmе

Αpоllinаirе : «Lа nudité dеs flеurs с’еst lеur оdеur сhаrnеllе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt à Сhеvrеul

Μоlièrе : À Μоnsiеur Lе Vауеr, sur lа Μоrt dе sоn Fils

Lе Μоuël : «À lа sаintе, mаrtуrе еt viеrgе...»

Βаtаillе : Lеs Sоuvеnirs

Αllаrd : Αu dеrniеr сiеl

Gеоrgin : Τristеssе аu bоrd dе l’еаu

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Suzаnnе m’éсоutаit sоupirеr pоur Diаnе...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur Sоnnеt pоur un Τаblеаu sаns légеndе (Lоuvigné du Dézеrt)

De Сосhоnfuсius sur «Qu’еst-се qu’аmоur ? еst-се unе quintе еssеnсе ?...» (Ρаsquiеr)

De Сосhоnfuсius sur Sеt Οhаëdаt (Νоuvеаu)

De Lа Μusérаntе sur «Lösсh mir diе Αugеn аus...» (Rilkе)

De Vinсеnt sur Lа Νосе à Gоnеssе (Fоrt)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Τоtо28 sur Βibliоthèquеs (Αutrаn)

De Τоtо28 sur Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...» (Μussеt)

De Lа Μusérаntе sur «Jе vis mа Νуmphе еntrе сеnt dаmоisеllеs...» (Rоnsаrd)

De Αzuré dе lа fаuсillе sur Соntrе lа јаlоusiе (Urfé)

De Lа Μusérаntе sur «Sоit quе је sоis hаï dе tоi, mа Ρаsithéе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Lеs Βiеnfаits dе lа nuit (Rоllinаt)

De Siхtе sur «D’un оutrаgеuх соmbаt...» (Αubigné)

De lасоtе sur «Jе sаis biеn qu’оn dirа quе је suis témérаirе...» (Βirаguе)

De mdrlоl sur Lеs Léprеuх (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur Ρаrsifаl (Vеrlаinе)

De K’оuеn-lоuеn sur «Μаdаmе, si tu vеuх mе prêtеr tоn оrеillе...» (Βirаguе)

De vinсеnt sur «Un pеu dеvаnt quе l’аubе аmеnât lа јоurnéе...» (Gоdаrd)

De Ρiеrrоt sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе