Jules Laforgue

Les Complaintes, 1885


Complainte de Lord Pierrot


 
                              Au clair de la lune,
                              Mon ami Pierrot,
                              Filons, en costume,
                              Présider là-haut !
                              Ma cervelle est morte,
                              Que le Christ l’emporte ! 
                              Béons à la Lune,
                              La bouche en zéro.
 
Inconscient, descendez en nous par réflexes ;
Brouillez les cartes, les dictionnaires, les sexes. 
 
Tournons d’abord sur nous-même, comme un fakir !
(Agiter le pauvre être, avant de s’en servir.) 
 
J’ai le cœur chaste et vrai comme une bonne lampe ; 
Oui, je suis en taille-douce, comme une estampe. 
 
      Vénus, énorme comme le Régent,
      Déjà se pâme à l’horizon des grèves ; 
      Et c’est l’heure, ô gens nés casés, bonnes gens,
      De s’étourdir en longs trilles de rêves !
      Corybanthe, aux quatre vents tous les draps !
      Disloque tes pudeurs, à bas les lignes !
      En costume blanc, je ferai le cygne,
      Après nous le Déluge, ô ma Léda !
      Jusqu’à ce que tournent tes yeux vitreux,
      Que tu grelottes en rires affreux,
      Hop ! enlevons sur les horizons fades
      Les menuets de nos pantalonnades !
                            Tiens ! l’Univers
                            Est à l’envers...
 
                    – Tout cela vous honore,
                    Lord Pierrot, mais encore ? 
 
– Ah ! qu’une, d’elle-même, un beau soir sût venir,
Ne voyant que boire à mes lèvres, ou mourir ! 
 
Je serais, savez-vous, la plus noble conquête
Que femme, au plus ravi du Rêve, eût jamais faite !
 
              D’ici là, qu’il me soit permis
              De vivre de vieux compromis. 
 
              Où commence, ou finit l’humaine 
              Ou la divine dignité ?
              Jonglons avec les entités,
              Pierrot s’agite et Tout le mène ! 
              Laissez faire, laissez passer ;
              Laissez passer, et laissez faire :
              Le semblable, c’est le contraire, 
 
              Et l’univers, c’est pas assez !
              Et je me sens, ayant pour cible
              Adopté la vie impossible,
              De moins en moins localisé ! 
 
                    — Tout cela vous honore,
                    Lord Pierrot, mais encore ? 
 
              — Il faisait, ah ! si chaud si sec.
              Voici qu’il pleut, qu’il pleut, bergères ! 
              Les pauvres Vénus bocagères
              Ont la roupie à leur nez grec ! 
 
                    — Oh ! de moins en moins drôle ;
                    Pierrot sait mal son rôle ? 
 
– J’ai le cœur triste comme un lampion forain...
Bah ! j’irai passer la nuit dans le premier train ; 
 
                Sûr d’aller, ma vie entière,
                Malheureux comme les pierres. (Bis.)
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τristаn L’Hеrmitе : Lе Ρrоmеnоir dеs dеuх аmаnts

Hеrеdiа

Νоdiеr : Lа Jеunе Fillе

Αubigné : «Αuprès dе се bеаu tеint, lе lуs еn nоir sе сhаngе...»

Αubigné : «Се dоuх hivеr...»

Jаmmеs : Lоrsquе је sеrаi mоrt

Βirаguе : «Ô сœur tristе еt pеnsif, qui еn si dur mаrtуrе...»

Νеlligаn : Lеs Αngéliquеs

Νеrvаl : Αvril

Rоdеnbасh : Соllègе аnсiеn

☆ ☆ ☆ ☆

Rоllinаt : Viеrgе dаmnéе

Αpоllinаirе : Сhаpеаu-tоmbеаu

Βаtаillе : Lеs Villаgеs

Οrléаns : «Jе mеurs dе sоif, еn сôté lа fоntаinе...»

Αpоllinаirе : «Μоn сhеr Ρаblо lа guеrrе durе...»

Dumеstrе : Lеs Ιnquiеts

Сrоs : Sоnnеt : «Βiеn quе Ρаrisiеnnе еn tоus pоints, vоus аvеz...»

Νuуsеmеnt : «Соmbiеn, соmbiеn dе fоis, аu sоir sоus lа nuit brunе...»

Rоllinаt : Lа Βuvеusе d’аbsinthе

Riсtus : Νосturnе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lеs Épiсеriеs (Μusеlli)

De Сосhоnfuсius sur Viеrgе dаmnéе (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur À Sаint-Сlоud (Lаfоrguе)

De Hаn Riсutе sur Соmplаintе аmоurеusе (Αllаis)

De Lе Gаrdiеn sur L’Hоspitаlité (Fаbrе d'Églаntinе)

De Сhristiаn sur Lе Μоnt dеs Οliviеrs (Vignу)

De Lе Gаrdiеn sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

De Εsprit dе сеllе sur Sоnnеt : «Ιgnоrаntе оu plutôt dédаignеusе dеs mаuх...» (Сrоs)

De Сhristiаn sur «Sасrés соtеаuх, еt vоus sаintеs ruinеs...» (Du Βеllау)

De Gеоrgеs sur Αdiеuх (Αpоllinаirе)

De Αrаmis sur Guitаrе : «Gаstibеlzа, l’hоmmе à lа саrаbinе...» (Hugо)

De Αrаmis sur Stаnсеs à Μаrquisе (Соrnеillе)

De piсh24 sur Ρhilis dаnsе lа Sаrаbаndе (Sсudérу)

De Rоlаnd Βасri sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Ρ10H24- sur Εllе еt lui (Αutrаn)

De Сurаrе- sur «Quаnd је vоudrаi sоnnеr dе mоn grаnd Αvаnsоn...» (Du Βеllау)

De Αrаmis sur «Quаnd mоn fil sе саssеrа sоus...» (Ρеllеrin)

De Αmаris- sur Sуmbоlе (Gilkin)

De Εsprit dе сеllе sur Sоnnеt mélаnсоliquе (Αdеlswärd-Fеrsеn)

De Сurаrе- sur Αprès lа bаtаillе (Hugо)

De Μilоu dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе