Jules Laforgue

Les Complaintes, 1885


Complainte de Lord Pierrot


 
                              Au clair de la lune,
                              Mon ami Pierrot,
                              Filons, en costume,
                              Présider là-haut !
                              Ma cervelle est morte,
                              Que le Christ l’emporte ! 
                              Béons à la Lune,
                              La bouche en zéro.
 
Inconscient, descendez en nous par réflexes ;
Brouillez les cartes, les dictionnaires, les sexes. 
 
Tournons d’abord sur nous-même, comme un fakir !
(Agiter le pauvre être, avant de s’en servir.) 
 
J’ai le cœur chaste et vrai comme une bonne lampe ; 
Oui, je suis en taille-douce, comme une estampe. 
 
      Vénus, énorme comme le Régent,
      Déjà se pâme à l’horizon des grèves ; 
      Et c’est l’heure, ô gens nés casés, bonnes gens,
      De s’étourdir en longs trilles de rêves !
      Corybanthe, aux quatre vents tous les draps !
      Disloque tes pudeurs, à bas les lignes !
      En costume blanc, je ferai le cygne,
      Après nous le Déluge, ô ma Léda !
      Jusqu’à ce que tournent tes yeux vitreux,
      Que tu grelottes en rires affreux,
      Hop ! enlevons sur les horizons fades
      Les menuets de nos pantalonnades !
                            Tiens ! l’Univers
                            Est à l’envers...
 
                    – Tout cela vous honore,
                    Lord Pierrot, mais encore ? 
 
– Ah ! qu’une, d’elle-même, un beau soir sût venir,
Ne voyant que boire à mes lèvres, ou mourir ! 
 
Je serais, savez-vous, la plus noble conquête
Que femme, au plus ravi du Rêve, eût jamais faite !
 
              D’ici là, qu’il me soit permis
              De vivre de vieux compromis. 
 
              Où commence, ou finit l’humaine 
              Ou la divine dignité ?
              Jonglons avec les entités,
              Pierrot s’agite et Tout le mène ! 
              Laissez faire, laissez passer ;
              Laissez passer, et laissez faire :
              Le semblable, c’est le contraire, 
 
              Et l’univers, c’est pas assez !
              Et je me sens, ayant pour cible
              Adopté la vie impossible,
              De moins en moins localisé ! 
 
                    — Tout cela vous honore,
                    Lord Pierrot, mais encore ? 
 
              — Il faisait, ah ! si chaud si sec.
              Voici qu’il pleut, qu’il pleut, bergères ! 
              Les pauvres Vénus bocagères
              Ont la roupie à leur nez grec ! 
 
                    — Oh ! de moins en moins drôle ;
                    Pierrot sait mal son rôle ? 
 
– J’ai le cœur triste comme un lampion forain...
Bah ! j’irai passer la nuit dans le premier train ; 
 
                Sûr d’aller, ma vie entière,
                Malheureux comme les pierres. (Bis.)
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Diеrх : Lеs Νuаgеs

Diеrх : Lа Ρrisоn

Gérаrd : Lа Rоndе dеs mоis

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lе rirе сlаir, l’âmе sаns rеprосhе...»

Régniеr : Lе Μаrаudеur

Hеrvillу : Sur lеs bоrds du Sаubаt

Riсhеpin : Sоnnеt mоdеrnе

Hеrvillу : Βuсоliquе Νоirе

Lеfèvrе-Dеumiеr : Lа Соlоmbе pоignаrdéе

Riсhеpin : Lа nеigе еst bеllе

Riсhеpin : Οisеаuх dе pаssаgе

Μоntеsquiоu-Fеzеnsас : Squаrе

☆ ☆ ☆ ☆

Rоllinаt : «С’еst vrаi quе dаns lа ruе еllе impоsе à сhасun...»

Diеrх : Εn сhеmin

Vеrlаinе : Rеdditiоn

Régniеr : Élégiе

Riсhеpin : «Quе tа mаîtrеssе sоit оu blоndе, оu rоussе, оu brunе...»

Sаmаin : Εrmiоnе

Lеfèvrе-Dеumiеr : L’Étinсеllе élесtriquе

Μilоsz : À l’Αmоur

Frаnсе : Lеs Αrbrеs

Frаnсе : Sоnnеt : «Εllе а dеs уеuх d’асiеr ; sеs сhеvеuх nоirs еt lоurds...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Ρrièrе pоur lе mаtin (Drеlinсоurt)

De Сосhоnfuсius sur Ρоur lе јеudi 9 јаnviеr 1913 (Ρéguу)

De Сосhоnfuсius sur Νuit dе Ρаris (Vаlаdе)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Vоуеllеs (Rimbаud)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Lа Viе аntériеurе (Βаudеlаirе)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Βаllаdе [dеs dаmеs du tеmps јаdis] (Villоn)

De Vinсеnt sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Lеs Étоilеs blеuеs (Rоllinаt)

De lасоtе sur Lа nеigе еst bеllе (Riсhеpin)

De Vinсеnt sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si је pоuvаis pоrtеr dеdаns lе sеin, Μаdаmе...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur «Lа vоiх qui rеtеntit dе l’un à l’аutrе Ρôlе...» (Gоmbаud)

De Ρhèdrе sur «Се mirоir оù сhасun соntеmplе sа figurе...» (Μаllеvillе)

De Kеinеr sur «Βоnnе аnnéе à tоutеs lеs сhоsеs...» (Gérаrd)

De Αnnа ΑKHΜΑΤΟVΑ sur «J’еrrаis еn mоn јаrdin, quаnd аu bоut d’unе аlléе...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur «Βiеnhеurеuх sоit lе јоur, еt lе mоis, еt l’аnnéе...» (Μаgnу)

De Rilkе Rаinеr Μаriа sur J’éсris (Νоаillеs)

De Сurаrе- sur Épitаphе d’un сhаt (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «D’un sоmmеil plus trаnquillе à mеs Αmоurs rêvаnt...» (Viаu)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur «Lе mаl еst grаnd, lе rеmèdе еst si brеf...» (Rоnsаrd)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Сlаudе Gаrniеr

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе