Jules Laforgue

Les Complaintes, 1885


Complainte de Lord Pierrot


 
                              Au clair de la lune,
                              Mon ami Pierrot,
                              Filons, en costume,
                              Présider là-haut !
                              Ma cervelle est morte,
                              Que le Christ l’emporte ! 
                              Béons à la Lune,
                              La bouche en zéro.
 
Inconscient, descendez en nous par réflexes ;
Brouillez les cartes, les dictionnaires, les sexes. 
 
Tournons d’abord sur nous-même, comme un fakir !
(Agiter le pauvre être, avant de s’en servir.) 
 
J’ai le cœur chaste et vrai comme une bonne lampe ; 
Oui, je suis en taille-douce, comme une estampe. 
 
      Vénus, énorme comme le Régent,
      Déjà se pâme à l’horizon des grèves ; 
      Et c’est l’heure, ô gens nés casés, bonnes gens,
      De s’étourdir en longs trilles de rêves !
      Corybanthe, aux quatre vents tous les draps !
      Disloque tes pudeurs, à bas les lignes !
      En costume blanc, je ferai le cygne,
      Après nous le Déluge, ô ma Léda !
      Jusqu’à ce que tournent tes yeux vitreux,
      Que tu grelottes en rires affreux,
      Hop ! enlevons sur les horizons fades
      Les menuets de nos pantalonnades !
                            Tiens ! l’Univers
                            Est à l’envers...
 
                    – Tout cela vous honore,
                    Lord Pierrot, mais encore ? 
 
– Ah ! qu’une, d’elle-même, un beau soir sût venir,
Ne voyant que boire à mes lèvres, ou mourir ! 
 
Je serais, savez-vous, la plus noble conquête
Que femme, au plus ravi du Rêve, eût jamais faite !
 
              D’ici là, qu’il me soit permis
              De vivre de vieux compromis. 
 
              Où commence, ou finit l’humaine 
              Ou la divine dignité ?
              Jonglons avec les entités,
              Pierrot s’agite et Tout le mène ! 
              Laissez faire, laissez passer ;
              Laissez passer, et laissez faire :
              Le semblable, c’est le contraire, 
 
              Et l’univers, c’est pas assez !
              Et je me sens, ayant pour cible
              Adopté la vie impossible,
              De moins en moins localisé ! 
 
                    — Tout cela vous honore,
                    Lord Pierrot, mais encore ? 
 
              — Il faisait, ah ! si chaud si sec.
              Voici qu’il pleut, qu’il pleut, bergères ! 
              Les pauvres Vénus bocagères
              Ont la roupie à leur nez grec ! 
 
                    — Oh ! de moins en moins drôle ;
                    Pierrot sait mal son rôle ? 
 
– J’ai le cœur triste comme un lampion forain...
Bah ! j’irai passer la nuit dans le premier train ; 
 
                Sûr d’aller, ma vie entière,
                Malheureux comme les pierres. (Bis.)
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Frаnсis Jаmmеs

Τоulеt : «Dеssоus lа соurtinе mоuilléе...»

Du Βеllау : «Qui а nоmbré, quаnd l’аstrе, qui plus luit...»

Μussеt : Соnsеils à unе Ρаrisiеnnе

Rоllinаt : Βаllаdе du саdаvrе

Βеllеаu : Dеsсriptiоn dеs vеndаngеs

Βruаnt : À Μоntpеrnаssе

Βruаnt : À lа Βаstillе

Lаfоrguе : Αvеrtissеmеnt

Fоurеst : Lа Νégrеssе Βlоndе

☆ ☆ ☆ ☆

Ρаtriаt : «Αсhètе qui vоudrа lе Саmеmbеrt trоp dоuх...»

Βаudеlаirе : À unе Ρаssаntе

Βаtаillе : Lе Μоis mоuillé

Βаïf : «Si се n’еst pаs аmоur, quе sеnt dоnquеs mоn сœur ?...»

Βruаnt : Ρhilоsоphе

Siеfеrt : Ρеtit еnfаnt

Οsmоnt : Sоirs d’ехil

Villiеrs dе L’Ιslе-Αdаm : Éblоuissеmеnt

*** : Τаisеz-vоus

Lа Villе dе Μirmоnt : «Ρаr un sоir dе brоuillаrd, еn un fаubоurg du nоrd...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Ô bеllе Νоémiе, аpprосhе, еmbrаssе-mоi...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Сосhоnfuсius sur «Μаdаmе sе lеvаit un bеаu mаtin d’Été...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur Un Fаntômе (Βаudеlаirе)

De ΟUSSΕΝΙ sur «Étrаngеr, је sеns bоn...» (Τоulеt)

De piсh24 sur Lе Liоn еt lе Rаt. Lа Соlоmbе еt lа Fоurmi (Lа Fоntаinе)

De Сurаrе- sur Lе Сhênе еt lе Rоsеаu (Lа Fоntаinе)

De Сhristiаn sur Αutоmnе (Αpоllinаirе)

De piсh24 sur Τаisеz-vоus (***)

De piсh24 sur Si tu viеns (Dеlаruе-Μаrdrus)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs sur «Sаns sоupirеr vivrе iсi је n’аi pu...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur «L’аutоmnе suit l’été еt lа bеllе vеrdurе...» (Grévin)

De Сurаrе- sur Rеmоntrаnсе à un Ρоètе buvеur d’еаu (Соllеtеt)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs- sur «Lе pеintrе qui vоudrаit аnimеr un tаblеаu...» (Αubigné)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Lе Ρêсhеur d’éсrеvissеs (Rоllinаt)

De Сhristiаn sur L’Εссlésiаstе (Lесоntе dе Lislе)

De Frеdеriс Ρrоkоsсh sur Lа Ρuсеllе (Vеrlаinе)

De Léо Lаrguiеr sur Léо Lаrguiеr

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Αnnе, pаr јеu, mе јеtа dе lа nеigе (Μаrоt)

De Jérômе ΤΕRΝYΝСK sur H (Μilоsz)

De XRumеrΤеst sur L’Éсuуèrе (Frаnс-Νоhаin)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur À Viсtоr Hugо (Νеrvаl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе