Jules Laforgue

Les Complaintes, 1885


Complainte des débats mélancoliques et littéraires


 

On peut encore aimer, mais confier toute son âme est un bonheur qu’on ne retrouvera plus.
Corinne ou l’Italie.


Le long d’un ciel crépusculâtre, 
Une cloche angéluse en paix
L’air exilescent et marâtre
Qui ne pardonnera jamais. 
 
Paissant des débris de vaisselle,
Là-bas, au talus des remparts,
Se profile une haridelle
Convalescente ; il se fait tard.
 
Qui m’aima jamais ? Je m’entête
Sur ce refrain bien impuissant,
Sans songer que je suis bien bête
De me faire du mauvais sang. 
 
Je possède un propre physique,
Un cœur d’enfant bien élevé,
Et pour un cerveau magnifique
Le mien n’est pas mal, vous savez ! 
 
Eh bien, ayant pleuré l’Histoire,
J’ai voulu vivre un brin heureux ;
C’était trop demander, faut croire ;
J’avais l’air de parler hébreu. 
 
Ah ! tiens, mon cœur, de grâce, laisse !
Lorsque j’y songe, en vérité,
J’en ai des sueurs de faiblesse,
À choir dans la malpropreté.
 
Le cœur me piaffe de génie
Éperdument pourtant, mon Dieu ! 
Et si quelqu’une veut ma vie,
Moi je ne demande pas mieux ! 
 
Eh va, pauvre âme véhémente !
Plonge, être, en leurs Jourdains blasés,
Deux frictions de vie courante
T’auront bien vite exorcisé. 
 
Hélas, qui peut m’en répondre !
Tenez, peut-être savez-vous
Ce que c’est qu’une âme hypocondre ?
J’en suis une dans les prix doux. 
 
Ô Hélène, j’erre en ma chambre ;
Et tandis que tu prends le thé,
Là-bas, dans l’or d’un fier septembre, 
Je frissonne de tous mes membres, 
En m’inquiétant de ta santé. 
 
Tandis que, d’un autre côté....
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lа Fоntаinе : Ρаrоlе dе Sосrаtе

Lа Fоntаinе : Lе Sеrpеnt еt lа Limе

Lа Fоntаinе : Lе Rеnаrd еt lе Βustе

Τоulеt : «Τоutе аllégrеssе а sоn défаut...»

Τоulеt : «Sоus lе sоir јаunе еt vеrt...»

Τоulеt : «Sоus lе sоir јаunе еt vеrt...»

Fоrt : Lе Dit du pаuvrе viеuх

Νоël : Сhаnt dе Νоël

Riсhеpin : Ρаuvrе аvеuglе

Rоnsаrd : L’Αmоur оisеаu

☆ ☆ ☆ ☆

Fоrt : Lа Ρеtitе Ruе silеnсiеusе

Riсhеpin : Lе Μеrlе à lа glu

Ρérin : Αubе

Hugо : Ρоntо

Μаеtеrlinсk : «Lеs trоis sœurs аvеuglеs ...»

Dеsbоrdеs-Vаlmоrе : Lе Rоssignоl аvеuglе

Ρéguу : L’Αvеuglе

Αlbеrt-Βirоt : «Quе vаs-tu pеindrе аmi ?...»

Αlbеrt-Βirоt : Αuх јеunеs pоètеs

Hugо : À unе јеunе fеmmе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Unе (Sаmаin)

De Jаdis sur «J’аimе lа libеrté, еt lаnguis еn sеrviсе...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «Ρоur si fоu qu’il sе dоnnе, еst-il un сhаnsоnniеr...» (Соrаn)

De Jаdis sur «Si tu m’еn сrоis, Βаïf, tu сhаngеrаs Ρаrnаssе...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt à Sir Βоb (Соrbièrе)

De Jаdis sur «Αssis, lеs piеds pеndаnts, sоus l’аrсhе du viеuх pоnt...» (Соppéе)

De Jоhаnn sur L’Éсhо dе lа саvеrnе (Sаint-Ρоl-Rоuх)

De Égо Viсtоr sur «Lаissе dе Ρhаrаоn lа tеrrе Égуptiеnnе...» (Rоnsаrd)

De Сurаrе- sur «Νоus nе fаisоns lа соur аuх fillеs dе Μémоirе...» (Du Βеllау)

De Μаriаnnе sur «Jе sоngе à се villаgе аssis аu bоrd dеs bоis...» (Μоréаs)

De Ιо Kаnааn sur Ρériоdе élесtоrаlе (Соppéе)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Ιо Kаnааn sur Αrums dе Ρаlеstinе (Viviеn)

De Сurаrе- sur «Ô fоrmе quе lеs mаins...» (Viviеn)

De Сurаrе- sur Épitаphе (Νоuvеаu)

De Сurаrе- sur Μаzurkа (Νеlligаn)

De Сhristiаn sur «Се Μоndе, соmmе оn dit, еst unе саgе à fоus...» (Fiеfmеlin)

De Τhundеrbird sur Sur l’аrс-еn-сiеl (Drеlinсоurt)

De Τhundеrbird sur L’Αngе pâlе (Rоllinаt)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Hélаs ! mеs tristеs уеuх sоnt сhаngés еn fоntаinеs...» (Βirаguе)

De Сhristiаn sur Αu lесtеur (Μurgеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе