Jules Laforgue


Complainte des formalités nuptiales


 
 

LUI


 
Allons, vous prendrez froid. 
 
 

ELLE 


 
                                                      Non ; je suis un peu lasse.
Je voudrais écouter toujours ce cor de chasse ! 
 
 

LUI 


 
Dis, veux-tu te vêtir de mon Être éperdu ? 
 
 

ELLE 


 
Tu le sais ; mais il fait si pur à la fenêtre... 
 
 

LUI 


 
Ah ! tes yeux m’ont trahi l’Idéal à connaître ;
Et je le veux, de tout l’univers de mon être !
                            Dis, veux-tu ?
 
 

ELLE 


 
Devant cet univers, aussi, je me veux femme ;
C’est pourquoi tu le sais. Mais quoi ! ne m’as-tu pas
Prise toute déjà ? par tes yeux, sans combats !
À la messe, au moment du grand Alleluia,
                      N’as-tu pas eu mon âme ? 
 
 

LUI 


 
Oui ; mais l’Unique Loi veut que notre serment
Soit baptisé des roses de ta croix nouvelle ;
Tes yeux se font mortels, mais ton destin m’appelle,
Car il sait que, pour naître aux moissons mutuelles,
Je dois te caresser bien singulièrement : 
 
Vous verrez mon palais ! vous verrez quelle vie !
J’ai de gros lexicons et des photographies, 
 
              De l’eau, des fruits, maints tabacs,
              Moi, plus naïf qu’hypocondre,
              Vibrant de tact à me fondre,
              Trempé dans les célibats.
              Bon et grand comme les bêtes, 
              Pointilleux mais emballé,
              Inconscient mais esthète, 
              Oh ! veux-tu nous en aller
              Vers les pôles dont vous êtes ?
 
Vous verrez mes voiliers ! vous verrez mes jongleurs !
Vous soignerez les fleurs de mon bateau de fleurs.
 
Vous verrez qu’il y en a plus que je n’en étale,
Et quels violets gros deuil sont ma couleur locale, 
 
Et que mes yeux sont ces vases d’Élection
Des Danaïdes où sans fin nous puiserions ! 
 
              Des prairies adorables,
              Loin des mufles des gens ;
              Et, sous les ciels changeants, 
              Maints hamacs incassables !
 
                            Dans les jardins
                            De nos instincts
                            Allons cueillir
                            De quoi guérir... 
 
Cuirassés des calus de mainte expérience,
Ne mettant qu’en mes yeux leurs lettres de créance,
Les orgues de mes sens se feront vos martyrs
Vers des cieux sans échos étoilés à mourir ! 
 
 

ELLE 


 
Tu le sais ; mais tout est si décevant ! ces choses
Me poignent, après tout, d’un infaillible émoi !
Raconte-moi ta vie, ou bien étourdis-moi.
Car je me sens obscure, et, je ne sais pourquoi,
Je me compare aux fleurs injustement écloses...
 
 

LUI 


 
Tu verras, c’est un rêve. Et tu t’éveilleras
Guérie enfin du mal de pousser solitaire.
Puis, ma fine convalescente du Mystère,
On vous soignera bien, nuit et jour, seuls sur terre.
                                  Tu verras ? 
 
 

ELLE 


 
Tu le sais. Ah ! — si tu savais ! car tu m’as prise ! 
Bien au-delà ! avec tes yeux, qui me suffisent.
Oui, tes yeux francs seront désormais mon église.
              Avec nos regards seulement,
              Alors, scellons notre serment ? 
 
 

LUI


 
Allons, endormez-vous, mortelle fiancée.
Là, dans mes bras loyaux, sur mon grand cœur bercée,
Suffoquez aux parfums de l’unique pensée
Que la vie est sincère et m’a fait le plus fort.
 
 

ELLE 


 
Tiens, on n’entend plus ce cor ; vous savez, ce cor... 
 
 

LUI 


 
L’Ange des Loyautés l’a baisée aux deux tempes ;
Elle dort maintenant dans l’angle de ma lampe. 
 
                                  Ô Nuit,
                            Fais-toi lointaine
                            Avec ta traîne
                                  Qui bruit ! 
 
                    Ô défaillance universelle !
Mon unique va naître aux moissons mutuelles !
                    Pour les fortes roses de l’amour
                        Elle va perdre, lys pubère, 
                        Ses nuances si solitaires,
                            Pour être, à son tour,
                                  Dame d’atour
                                  De Maïa !
 
                                  Alléluia ! 
 

Les Complaintes, 1885

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vаlérу : Αu plаtаnе

Βruаnt : À lа Βаstосhе

Hugо : Lе Dоigt dе lа fеmmе

*** : «Lе pаuvrе lаbоurеur...»

Villоn : Βаllаdе [du соnсоurs dе Βlоis]

Grévin : Villаnеsquе

*** : Lе Grаnd Соmbаt dе Lеса соntrе Μаndа pоur lеs bеаuх уеuх dе Саsquе d’Οr

Ρоnсhоn : Smоking

Сrоs : Βаllаdе dе lа ruinе

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

☆ ☆ ☆ ☆

Βаudеlаirе : «Τu mеttrаis l’univеrs еntiеr dаns tа ruеllе...»

Dumаs : Lа Βеllе Ιsаbеаu

Vеrhаеrеn : Un sоir : «Αvес lеs dоigts dе mа tоrturе...»

Hugо : «Jе prеndrаi pаr lа mаin...»

Vеrhаеrеn : Αrt flаmаnd

Déguignеt : «С’еst à vоus, mеs éсrits, qu’аuјоurd’hui је m’аdrеssе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Du Βеllау : «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...»

Ρrivаt d’Αnglеmоnt : À Yvоnnе Ρеn-Μооr

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur L’Αlbаtrоs (Βаudеlаirе)

De Сосhоnfuсius sur Sоir étеrnеl (Сrоs)

De Сосhоnfuсius sur À Lоuis ΙΙ dе Βаvièrе (Vеrlаinе)

De Сосhоnfuсius sur «Εn сhоisissаnt l’еsprit vоus êtеs mаlаpprisе...» (Rоnsаrd)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Jаdis sur À lа Βаstосhе (Βruаnt)

De Jаdis sur Lеs Βеrgеrs (Hеrеdiа)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De ΒiΒpаtаpоuètе sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De аrаmis sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Wеndу & ΡеtеrΡаn sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе