Jules Laforgue

Les Complaintes, 1885


Complainte des pianos qu’on entend dans les quartiers aisés


 
Menez l’âme que les Lettres ont bien nourrie,
Les pianos, les pianos, dans les quartiers aisés !
Premiers soirs, sans pardessus, chaste flânerie,
Aux complaintes des nerfs incompris ou brisés.
 
            Ces enfants, à quoi rêvent-elles,
            Dans les ennuis des ritournelles ?
 
                        — « Préaux des soirs,
                        Christs des dortoirs
 
            « Tu t’en vas et tu nous laisses,
            Tu nous laiss’s et tu t’en vas,
            Défaire et refaire ses tresses,
            Broder d’éternels canevas. »
 
Jolie ou vague ? triste ou sage ? encore pure ?
Ô jours, tout m’est égal ? ou, monde, moi je veux ?
Et si vierge, du moins, de la bonne blessure,
Sachant quels gras couchants ont les plus blancs aveux ?
 
            Mon Dieu, à quoi donc rêvent-elles ?
            À des Roland, à des dentelles ?
 
                        – « Cœurs en prison,
                        Lentes saisons !
 
            « Tu t’en vas et tu nous quittes,
            Tu nous quitt’s et tu t’en vas
            Couvents gris, chœurs de Sulamites,
            Sur nos seins nuls croisons nos bras. »
 
Fatales clés de l’être un beau jour apparues ;
Psitt ! aux hérédités en ponctuels ferments,
Dans le bal incessant de nos étranges rues ;
Ah ! pensionnats, théâtres, journaux, romans !
 
            Allez, stériles ritournelles,
            La vie est vraie et criminelle.
 
                        – « Rideaux tirés,
                        Peut-on entrer ?
 
            « Tu t’en vas et tu nous laisses,
            Tu nous laiss’s et tu t’en vas,
            La source des frais rosiers baisse,
            Vraiment ! Et lui qui ne vient pas... »
 
Il viendra ! Vous serez les pauvres cœurs en faute,
Fiancés au remords comme aux essais sans fond,
Et les suffisants cœurs cossus, n’ayant d’autre hôte
Qu’un train-train pavoisé d’estime et de chiffons.
 
            Mourir ? peut-être brodent-elles,
            Pour un oncle à dot, des bretelles ?
 
                        — « Jamais ! Jamais !
                        Si tu savais !
 
            « Tu t’en vas et tu nous quittes,
            Tu nous quitt’s et tu t’en vas,
            Mais tu nous reviendras bien vite
            Guérir mon beau mal, n’est-ce pas ? »
 
Et c’est vrai ! l’Idéal les fait divaguer toutes,
Vigne bohème, même en ces quartiers aisés.
La vie est là ; le pur flacon des vives gouttes
Sera, comme il convient, d’eau propre baptisé.
 
            Aussi, bientôt, se joueront-elles
            De plus exactes ritournelles.
 
                        « – Seul oreiller !
                        Mur familier !
 
            « Tu t’en vas et tu nous laisses,
            Tu nous laiss’s et tu t’en vas,
            Que ne suis-je morte à la messe !
            Ô mois, ô linges, ô repas » !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Τоulеt : Éléphаnt dе Ρаris.

Μаllаrmé : «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...»

Riсtus : Βеrсеusе pоur un Ρаs-dе-Сhаnсе

Klingsоr : À lа сhаndеllе

Τоulеt : «С’étаit sur un сhеmin сrауеuх...»

Lа Fоntаinе : «Αimоns, fоutоns, се sоnt plаisirs...»

Μаrоt : Αnnе, pаr јеu, mе јеtа dе lа nеigе

Τоulеt : «Gérоntе d’unе аutrе Ιsаbеllе...»

Vеrlаinе : Lоndrеs

☆ ☆ ☆ ☆

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Сhаrlеvаl : À unе Dаmе, qui rаillаit l’Αutеur d’êtrе lоngtеmps à lа саmpаgnе

Μаеtеrlinсk : «Ιls оnt tué trоis pеtitеs fillеs...»

Rоllinаt : Βаlzас

Μаrоt : Sur quеlquеs mаuvаisеs mаnièrеs dе pаrlеr

Соppéе : «Εn plеin sоlеil, lе lоng du сhеmin dе hаlаgе...»

Lе Саrdоnnеl : Villе mоrtе

Riсhеpin : Ρаs frilеuх

Cоmmеntaires récеnts

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Сhristiаn sur Οrаisоn du sоir (Rimbаud)

De Сосhоnfuсius sur «Vоus triоmphеz dе mоi, еt pоurсе је vоus dоnnе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сосhоnfuсius sur «Οui, је suis prоprеmеnt à tоn nоm immоrtеl...» (Αubigné)

De Сосhоnfuсius sur «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...» (Μаllаrmé)

De Jаdis sur «Ν’аllеz pаs dеvаnt сеs vеrs-сi...» (Lаfоrguе)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Jаdis sur Sоnnеt : «Jе sаis un ruissеаu dоnt lе flоt сhаntоnnе...» (Riсtus)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Lе Rоsе (Gаutiеr)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Jаdis sur Ρоur lа glоirе dе Μаllаrmé (Rоdеnbасh)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

De Vinсеnt sur Lе Dоrmеur du vаl (Rimbаud)

De Sаint Τripоdе sur Lеs Litаniеs dе Sаtаn (Βаudеlаirе)

De Εхасt pоdе sur Lа Rоsе (Αсkеrmаnn)

De Εsprit dе сеllе sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

De Саttаnео Dаniеl-Ρiеr sur Ρhèdrе (Fоurеst)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе