Jules Laforgue

Les Complaintes, 1885


Complainte des pubertés difficiles


 
Un éléphant de Jade, œil mi-clos souriant,
Méditait sous la riche éternelle pendule,
Bon bouddha d’exilé qui trouve ridicule
Qu’on pleure vers les Nils des couchants d’Orient,
              Quand bave notre crépuscule.
 
              Mais, sot Éden de Florian,
En un vase de Sèvre où de fins bergers fades
S’offrent des bouquets bleus et des moutons frisés,
Un œillet expirait ses pubères baisers
Sous la trompe sans flair de l’éléphant de jade.
 
              À ces bergers peints de pommade
Dans le lait, à ce couple impuissant d’opéra
Transi jusqu’au trépas en la pâte de Sèvres,
Un gros petit dieu Pan venu de Tanagra
Tendait ses bras tout inconscients et ses lèvres.
 
              Sourds aux vanités de Paris,
              Les lauriers fanés des tentures,
              Les mascarons d’or des lambris,
              Les bouquins aux pâles reliures
              Tournoyaient par la pièce obscure,
              Chantant, sans orgueil, sans mépris :
« Tout est frais dès qu’on veut comprendre la Nature. »
 
Mais lui, cabré devant ces soirs accoutumés,
Où montait la gaieté des enfants de son âge,
Seul au balcon, disait, les yeux brûlés de rages :
« J’ai du génie, enfin : nulle ne veut m’aimer ! »
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 20 juin 2020 à 12h11

Cinq éléphants
----------

C’est un éléphant jaune, il voudrait que j’achète
Les trois mille bouquins qu’il a dans son bureau.
Je lui ai répondu que je n’y tiens pas trop,
Ce ne sont que sonnets par de maudits poètes.

Alors l’éléphant mauve organise une fête.
Je lui dis qu’il me faut avant tout du repos,
Afin d’être, demain, suffisamment dispos
Pour que l’oeuvre du jour soit correctement faite.

L’éléphant orange offre une métaphysique,
Le bel éléphant rose, un breuvage alcoolique,
Je les ai donc laissés se débrouiller entre eux.

Enfin, l’éléphant rouge enseigne le silence.
C’est donc en sa faveur que penche la balance,
Avec lui, sans parler, je suis un homme heureux.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 20 juin 2020 à 12h29

Fratrie du cheval rouge
------------

Rare est le cheval jaune, il vit dans sa cachette,
Depuis bientôt cinq ans il sèche le bureau;
Pourtant son directeur ne lui en veut pas trop,
Car il discerne en lui un amusant poète.

Le cheval mauve a bu, non pour faire la fête,
Mais pour agrémenter ses instants de repos;
Pour engloutir un verre, il est toujours dispos,
Célébrant la victoire ou noyant la défaite.

Le cheval orange erre en la métaphysique,
Mais le beau cheval rose, il joue de la musique;
Ça  leur prend bien du temps pour s’accorder entre eux.

Le noble cheval rouge, armé de vigilance,
Traverse un inframonde où règne le silence;
Vu qu’il ne pense à rien, c’est un cheval heureux.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 2 avril 2023 à 11h23

Carali voit un éléphant
----------------

Ce pachyderme fait la fête,
Il est hilare, il est faraud ;
Il s’enivre un peu, mais pas trop,
Lui qui se prend pour un poète.

Tu vois, c’est une brave bête,
Un compagnon frais et dispos ;
Dans le labeur, dans le repos,
Il ne se prend pas trop la tête.

À la sombre métaphysique
Il préfère un peu de musique ;
Il vibre à des airs langoureux.

Nous admirons son indolence,
Son sens de l’ordre rigoureux
Et son aptitude au silence.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lа Fоntаinе : Lа Сigаlе еt lа Fоurmi

Βоilеаu : Sаtirе ΙΙ : «Rаrе еt fаmеuх еsprit, dоnt lа fеrtilе vеinе...»

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Τоulеt : «Qui dirа, dаns l’оmbrе du bоis...»

Dеsbоrdеs-Vаlmоrе : Lе Ρuits dе Νоtrе Dаmе à Dоuаi

Сеndrаrs : L’Οisеаu blеu

Lесоntе dе Lislе : Αuх mоdеrnеs

Νоuvеаu : Μusulmаnеs

Τоulеt : Lа prеmièrе fоis.

Τоulеt : «Dоuсе plаgе оù nаquit mоn âmе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Hugо : Fаblе оu Histоirе

Gоurmоnt : Lеs Fеuillеs mоrtеs

Hugо : «L’hirоndеllе аu printеmps сhеrсhе lеs viеillеs tоurs...»

Rоnsаrd : L.Μ.F.

Ρéguу : Ρаris dоublе gаlèrе

Klingsоr : Αu јаrdin dе mа tаntе

Νоuvеаu : Αvаnt-prоpоs

Vеrlаinе : Βаllаdе à prоpоs dе dеuх Οrmеаuх qu’il аvаit

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lа Νуmphе еndоrmiе (Sсudérу)

De Сосhоnfuсius sur Βаlzас (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur «À bеаuсоup dе dаngеr еst suјеttе lа flеur...» (Сhаssignеt)

De Сhristiаn sur Lа Сhаpеllе аbаndоnnéе (Fоrt)

De Huаliаn sur Lа prеmièrе fоis. (Τоulеt)

De Сurаrе- sur «Μоn insоmniе а vu nаîtrе lеs сlаrtés grisеs...» (Gаrnеаu)

De Сurаrе- sur Lе Rоi dе Τhulé (Νеrvаl)

De Βеrgаud Α sur Lеs Gеnêts (Fаbié)

De Jаdis sur «Τоut n’еst plеin iсi-bаs quе dе vаinе аppаrеnсе...» (Vаlléе dеs Βаrrеаuх)

De Ιоhаnnеs sur Ρrièrе dе соnfidеnсе (Ρéguу)

De Сurаrе- sur Lеs Fеuillеs mоrtеs (Gоurmоnt)

De Lilith sur Vеrlаinе

De Μоntеrrоsо sur Lа Μоuсhе (Αpоllinаirе)

De Jаdis sur Саrоlо Quintо impеrаntе (Hеrеdiа)

De Сhristiаn sur Sоnnеt : «Un livrе n’аurаit pаs suffi...» (Ρrivаt d'Αnglеmоnt)

De Βib lа bаlеinе sur À unе mуstériеusе (Rоllinаt)

De Αlbаtrосе sur «Dоuсе plаgе оù nаquit mоn âmе...» (Τоulеt)

De Gеf sur À Μ. Α. Τ. : «Αinsi, mоn сhеr аmi, vоus аllеz dоnс pаrtir !...» (Μussеt)

De Gеf sur Villеs : «Се sоnt dеs villеs !...» (Rimbаud)

De Jаdis sur Τаblеаu (Сrоs)

De Βibоsаurе sur À Αlf. Τ. : «Qu’il еst dоuх d’êtrе аu mоndе, еt quеl biеn quе lа viе !...» (Μussеt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе