Jules Laforgue

Les Complaintes, 1885


Complainte des voix sous le figuier boudhique


 
 

LES COMMUNIANTES


 
                              Ah ! ah !
                  Il neige des hosties
                  De soie, anéanties
                              Ah ! Ah !
                              Alleluia !
 
 

LES VOLUPTANTES


 
La lune en son halo ravagé n’est qu’un œil
Mangé de mouches, tout rayonnant des grands deuils.
 
Vitraux mûrs, déshérités, flagellés d’aurores,
Les Yeux Promis sont plus dans les grands deuils encore.
 
 

LES PARANYMPHES


 
            Les concetti du crépuscule
            Frisaient les bouquets de nos seins ;
            Son haleine encore y circule,
            Et, leur félinant le satin,
            Fait s’y pâmer deux renoncules.
 
            Devant ce Maître Hypnotiseur,
            Expirent leurs frou-frou poseurs ;
            Elles crispent leurs étamines,
            Et se rinfiltrent leurs parfums
                  Avec des mines
                  D’œillets défunts.
 
 

LES JEUNES GENS


 
Des rêves engrappés se roulaient aux collines,
Feuilles mortes portant du sang des mousselines
 
Cumulus, indolents roulis, qu’un vent tremblé
Vint carder un beau soir de soifs de s’en aller !
 
 

LES COMMUNIANTES


 
                              Ah ! ah !
                  Il neige des cœurs
                  Noués de faveurs,
                              Ah ! ah !
                              Alleluia !
 
 

LES VOLUPTANTES


 
Reviens, vagir parmi mes cheveux, mes cheveux
Tièdes, Je t’y ferai des bracelets d’aveux !
 
Entends partout les Encensoirs les plus célestes,
L’univers te garde une note unique ! reste...
 
 

LES PARANYMPHES


 
                  C’est le nid meublé
                  Par l’homme idolâtre ;
                  Les vents déclassés
                  Des mois près de l’âtre ;
                  Rien de passager,
                  Presque pas de scènes ;
                  La vie est si saine,
            Quand on sait s’arranger.
                  Ô fiancé probe,
                  Commandons ma robe !
Hélas ! le bonheur est là, mais lui se dérobe.
 
 

LES JEUNES GENS


 
Bestiole à chignon, Nécessaire divin
Os de chatte, corps de lierre, chef-d’œuvre vain !
 
Ô femme, mammifère à chignon, ô fétiche,
On t’absout ; c’est un Dieu qui par tes yeux nous triche.
 
Beau commis voyageur, d’une Maison là-haut,
Tes yeux mentent ! ils ne nous diront pas le Mot !
 
Et tes pudeurs ne sont que des passes réflexes
Dont joue un Dieu très fort (Ministère des sexes).
 
Tu peux donc nous mener au Mirage béant,
Feu follet connu, vertugadin du Néant ;
 
Mais, fausse sœur, fausse humaine, fausse mortelle,
Nous t’écartèlerons de hontes sensuelles
 
Et si ta dignité se cabre ? à deux genoux,
Nous te fermerons la bouche avec des bijoux.
 
– Vie ou Néant ! choisir. Ah quelle discipline !
Que n’est-il un Éden entre ces deux usines ?
 
            Bon ; que tes doigts sentimentals
            Aient pour nos fronts au teint d’épave
            Des condoléances qui lavent
            Et des trouvailles d’animal.
 
            Et qu’à jamais ainsi tu ailles,
            Le long des étouffants dortoirs,
            Égrenant les bonnes semailles,
            En inclinant ta chaste taille
            Sur les sujets de tes devoirs.
 
            Ah ! pour une âme trop tanguée,
            Tes baisers sont des potions
            Qui la laissent là, bien droguée,
            Et s’oubliant à te voir gaie,
            Accomplissant tes fonctions
            En point narquoise Déléguée.
 
 

LES COMMUNIANTES


 
                              Des ramiers
                              Familiers
                  Sous nos jupes palpitent !
                  Doux Çakya, venez vite
                  Les faire prisonniers !
 
 

LE FIGUIER


 
Défaillantes, les Étoiles que la lumière
Épuisé, battent plus faiblement des paupières.
 
Le ver luisant s’éteint à bout, l’Être pâmé
Agonise à tâtons et se meurt à jamais.
 
Et l’Idéal égrène en ses mains fugitives
L’éternel chapelet des planètes plaintives.
 
            Pauvres fous, vraiment pauvres fous !
            Puis, quand on a fait la crapule,
            On revient geindre au crépuscule,
            Roulant son front dans les genoux
            Des Saintes boudhiques Nounous.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μussеt : Lе Fils du Τitiеn

Dеrèmе : «Сhаmbrе d’hôtеl mоrоsе еt vidе. Un œillеt pеnсhе...»

Rоnsаrd : «Αmоur еst sаns miliеu, с’еst unе сhоsе ехtrêmе...»

Klingsоr : Lеs Ânеs

Τristаn Klingsоr

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Εrik Sаtiе

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

☆ ☆ ☆ ☆

Μаupаssаnt : Τеrrеur

Rоllinаt : Lе Vаl dеs Rоnсеs

Сrоs : Ρаrоlеs pеrduеs

Сrоs : Dаns lа сlаirièrе

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Viviеn : Sоnnеt à unе Εnfаnt

Klingsоr : Klingsоr

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Fils du Τitiеn (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur Ρаris vаissеаu dе guеrrе (Ρéguу)

De Сосhоnfuсius sur «Si сеlui qui s’аpprêtе à fаirе un lоng vоуаgе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Féеriе (Vаlérу)

De Соrnu sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Сurаrе- sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur «Dе vоtrе Diаnеt (dе vоtrе nоm ј’аppеllе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Βеl аlbâtrе vivаnt qu’un fin сrêpе nоus сасhе...» (Lа Rоquе)

De Hоrаtius Flассus sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ιо Kаnааn sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе