Jules Laforgue

Les Complaintes, 1885


Complainte du pauvre Chevalier-Errant


 
      Jupes des quinze ans, aurores de femmes,
      Qui veut, enfin, des palais de mon âme ?
      Perrons d’œillets blancs, escaliers de flamme, 
                    Labyrinthes alanguis,
                                  Édens qui
Sonneront, sous vos pas reconnus, des airs reconquis.
 
      Instincts-levants souriant par les fentes,
      Méditations un doigt à la tempe,
      Souvenirs clignotant comme des lampes, 
                    Et, battant les corridors,
                                  Vains essors,
Les Dilettantismes chargés de colliers de remords. 
 
      Oui, sans bruit, vous écarterez mes branches, 
      Et verrez comme, à votre mine franche, 
      Viendront à vous mes biches les plus blanches,
                    Mes ibis sacrés, mes chats,
                                  Et, rachats !
Ma Vipère de Lettres aux bien effaçables crachats. 
 
      Puis, frêle mise au monde ! ô Toute Fine,
      Ô ma Tout-universelle orpheline, 
      Au fond de chapelles de mousseline
                    Pâle, ou jonquille à pois noirs,
                                  Dans les soirs,
Feu-d’artificeront envers vous mes sens encensoirs !
 
      Nous organiserons de ces parties !
      Mes caresses, naïvement serties,
      Mourront, de ta gorge aux vierges hosties,
                    Aux amandes de tes seins !
                                  Ô tocsins,
Des cœurs dans le roulis des empilements de coussins.
 
      Tu t’abandonnes au Bon, moi j’abdique ;
      Nous nous comblons de nos deux Esthétiques ;
      Tu condimentes mes piments mystiques,
                    J’assaisonne tes saisons ;
                                  Nous blasons, 
À force d’étapes sur nos collines, l’Horizon ! 
 
      Puis j’ai des tas d’éternelles histoires,
      Ô mers, ô volières de ma Mémoire !
      Sans compter les passes évocatoires !
                    Et quand tu t’endormiras, 
                                  Dans les draps
D’un somme, je t’éventerai de lointains opéras.
 
      Orage en deux cœurs, ou jets d’eau des siestes,
      Tout sera Bien, contre ou selon ton geste,
      Afin qu’à peine un prétexte te reste
                    De froncer tes chers sourcils,
                                  Ce souci :
« Ah suis-je née, infiniment, pour vivre par ici ? » 
 
      – Mais j’ai beau parader, toutes s’en fichent !
      Et je repars avec ma folle affiche,
      Boniment incompris, piteux sandwiche :
                    Au Bon Chevalier-Errant,
                                  Restaurant,
Hôtel meublé, Cabinets de lecture, prix courants.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 24 novembre 2018 à 23h29

Fantôme du chevaler inexistant
-------------------

À son inexistence on dit qu’il se soustrait ;
Que son absence d’âme au gré des vents s’envole
Et que son écuyer, vautré dans l’herbe folle,
Remue à son propos des souvenirs abstraits.

En rêve il nous redit ses lucides paroles
Qui montrent la droiture à notre coeur distrait ;
Mais comment ferons-nous pour brosser son portrait,
Lui, de chevalerie le plus parfait symbole?

Ainsi que des oiseaux trouvant vide leur nid,
Nous déplorons qu’il soit parti dans l’infini,
Lui, dont si dépouillé nous parut l’art de vivre.

Normal, inexistant, lequel plus longtemps vit ?
Les deux vont à la mort qui notre âme ravit,
À laquelle, un beau jour, notre destin nous livre.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Οrléаns : «Ρuis çà, puis là...»

Νоuvеаu : «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...»

Sаint-Αmаnt : Sоnnеt inасhеvé

Νоаillеs : Lе Jеunеssе dеs mоrts

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Αpоllinаirе : Un pоèmе

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Riсhеpin : Βеrсеusе

Dеrèmе : «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Νеlligаn : Évаngélinе

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Βruаnt : À lа Glасièrе

Dеlillе : Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ...

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Μаеtеrlinсk : «Ιls оnt tué trоis pеtitеs fillеs...»

Rоllinаt : Βаlzас

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Μаuvаis Οuvriеr (Frаnсе)

De Jаdis sur Βоnsоir (Соrbièrе)

De Сосhоnfuсius sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Jаdis sur Lе Rеtоur dе Jésus (Riсtus)

De Сосhоnfuсius sur Αntérоs (Νеrvаl)

De Jаdis sur Lе Сidrе (Νоuvеаu)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

De Vinсеnt sur «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...» (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur Âmе dе nuit (Μаеtеrlinсk)

De Εsprit dе сеllе sur Sur lе présеnt d’un vаsе dе сristаl (Βеrtаut)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Lе Rоsе (Gаutiеr)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

De Sаint Τripоdе sur Lеs Litаniеs dе Sаtаn (Βаudеlаirе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе