Jules Laforgue

Les Complaintes, 1885


Complainte du pauvre Chevalier-Errant


 
      Jupes des quinze ans, aurores de femmes,
      Qui veut, enfin, des palais de mon âme ?
      Perrons d’œillets blancs, escaliers de flamme, 
                    Labyrinthes alanguis,
                                  Édens qui
Sonneront, sous vos pas reconnus, des airs reconquis.
 
      Instincts-levants souriant par les fentes,
      Méditations un doigt à la tempe,
      Souvenirs clignotant comme des lampes, 
                    Et, battant les corridors,
                                  Vains essors,
Les Dilettantismes chargés de colliers de remords. 
 
      Oui, sans bruit, vous écarterez mes branches, 
      Et verrez comme, à votre mine franche, 
      Viendront à vous mes biches les plus blanches,
                    Mes ibis sacrés, mes chats,
                                  Et, rachats !
Ma Vipère de Lettres aux bien effaçables crachats. 
 
      Puis, frêle mise au monde ! ô Toute Fine,
      Ô ma Tout-universelle orpheline, 
      Au fond de chapelles de mousseline
                    Pâle, ou jonquille à pois noirs,
                                  Dans les soirs,
Feu-d’artificeront envers vous mes sens encensoirs !
 
      Nous organiserons de ces parties !
      Mes caresses, naïvement serties,
      Mourront, de ta gorge aux vierges hosties,
                    Aux amandes de tes seins !
                                  Ô tocsins,
Des cœurs dans le roulis des empilements de coussins.
 
      Tu t’abandonnes au Bon, moi j’abdique ;
      Nous nous comblons de nos deux Esthétiques ;
      Tu condimentes mes piments mystiques,
                    J’assaisonne tes saisons ;
                                  Nous blasons, 
À force d’étapes sur nos collines, l’Horizon ! 
 
      Puis j’ai des tas d’éternelles histoires,
      Ô mers, ô volières de ma Mémoire !
      Sans compter les passes évocatoires !
                    Et quand tu t’endormiras, 
                                  Dans les draps
D’un somme, je t’éventerai de lointains opéras.
 
      Orage en deux cœurs, ou jets d’eau des siestes,
      Tout sera Bien, contre ou selon ton geste,
      Afin qu’à peine un prétexte te reste
                    De froncer tes chers sourcils,
                                  Ce souci :
« Ah suis-je née, infiniment, pour vivre par ici ? » 
 
      – Mais j’ai beau parader, toutes s’en fichent !
      Et je repars avec ma folle affiche,
      Boniment incompris, piteux sandwiche :
                    Au Bon Chevalier-Errant,
                                  Restaurant,
Hôtel meublé, Cabinets de lecture, prix courants.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Fоrt : Соnvоi dе Ρаul Vеrlаinе аprès un tоurbillоn dе nеigе

Vаuсаirе : Соnsеils à mа pеtitе аmiе

Sаmаin : Unе

Vаlérу : Lе Суgnе

Dubus : Μаdrigаl

Vаlérу : Lе Суgnе

Lоuÿs : Sеin dе brаnléе

Βаudеlаirе : Sеd nоn sаtiаtа

Сrоs : Lа Сhаnsоn dеs Hуdrоpаthеs

Βrinn’Gаubаst : Μаtin d’ivrеssе

☆ ☆ ☆ ☆

Vаlérу : Lе Βеаu Dimаnсhе

Βruаnt : Fаntаisiе tristе

Αutrаn : Lе Ρrintеmps du сritiquе

Vаlmоrе : Αdiеu à l’еnfаnсе

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Vеrhаеrеn : «Lе sоir tоmbе, lа lunе еst d’оr...»

Vаuсаirе : Répétitiоn

Βrinn’Gаubаst : Dеvаnt lа Μоrt

Βrinn’Gаubаst : Εstо vir

Rоdеnbасh : «Lа flоttе dеs hеurеuх суgnеs аppаrеillаit...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur L’Αzur (Μаllаrmé)

De Сосhоnfuсius sur Lе Τеint (Sсhеlаndrе)

De Сосhоnfuсius sur «Βеllе qui d’un rеgаrd...» (Βеаuјеu)

De Ρеrvеrs nаrсissе sur «Ρuisquе lеs сhаmps јоuissеnt dе mа bеllе...» (Τоurs)

De Vinсеnt sur «Εst-il riеn dе plus vаin qu’un sоngе mеnsоngеr...» (Сhаssignеt)

De Vinсеnt sur «Αmоur, је prеnds соngé dе tа mеntеusе éсоlе...» (Rоnsаrd)

De ΒiΒ lа bаlеinе sur «Quаnd је tе vis еntrе un milliеr dе Dаmеs...» (Βаïf)

De Сhristiаn sur Lеs Ρоrсs (Vеrhаеrеn)

De Сrаpаudinе sur Splееn : «Μеs intimеs dоulеurs...» (Ο'Νеddу)

De Αmаndinе ΟZΑUR sur Sоnnеt fоutаtif (Lе Ρеtit)

De Vinсеnt sur Désir d’оisеаu (Βrinn'Gаubаst)

De Сurаrе- sur Βrеtаgnе еst univеrs (Sаint-Ρоl-Rоuх)

De Сurаrе- sur «Αimе, si tu lе vеuх, је nе l’еmpêсhе pаs...» (Viоn Dаlibrау)

De Sаudаdе sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Αmаndinе ΟZΑUR sur À Сhаrlеs dе Sivrу (Vеrlаinе)

De riс(h)аrd sur Lеs Соnquérаnts (Hеrеdiа)

De Сhristiаn sur Un début (Αutrаn)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Τоtо28 sur Βibliоthèquеs (Αutrаn)

De Τоtо28 sur Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...» (Μussеt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе