Jules Laforgue

Les Complaintes, 1885


Complainte du pauvre Chevalier-Errant


 
      Jupes des quinze ans, aurores de femmes,
      Qui veut, enfin, des palais de mon âme ?
      Perrons d’œillets blancs, escaliers de flamme, 
                    Labyrinthes alanguis,
                                  Édens qui
Sonneront, sous vos pas reconnus, des airs reconquis.
 
      Instincts-levants souriant par les fentes,
      Méditations un doigt à la tempe,
      Souvenirs clignotant comme des lampes, 
                    Et, battant les corridors,
                                  Vains essors,
Les Dilettantismes chargés de colliers de remords. 
 
      Oui, sans bruit, vous écarterez mes branches, 
      Et verrez comme, à votre mine franche, 
      Viendront à vous mes biches les plus blanches,
                    Mes ibis sacrés, mes chats,
                                  Et, rachats !
Ma Vipère de Lettres aux bien effaçables crachats. 
 
      Puis, frêle mise au monde ! ô Toute Fine,
      Ô ma Tout-universelle orpheline, 
      Au fond de chapelles de mousseline
                    Pâle, ou jonquille à pois noirs,
                                  Dans les soirs,
Feu-d’artificeront envers vous mes sens encensoirs !
 
      Nous organiserons de ces parties !
      Mes caresses, naïvement serties,
      Mourront, de ta gorge aux vierges hosties,
                    Aux amandes de tes seins !
                                  Ô tocsins,
Des cœurs dans le roulis des empilements de coussins.
 
      Tu t’abandonnes au Bon, moi j’abdique ;
      Nous nous comblons de nos deux Esthétiques ;
      Tu condimentes mes piments mystiques,
                    J’assaisonne tes saisons ;
                                  Nous blasons, 
À force d’étapes sur nos collines, l’Horizon ! 
 
      Puis j’ai des tas d’éternelles histoires,
      Ô mers, ô volières de ma Mémoire !
      Sans compter les passes évocatoires !
                    Et quand tu t’endormiras, 
                                  Dans les draps
D’un somme, je t’éventerai de lointains opéras.
 
      Orage en deux cœurs, ou jets d’eau des siestes,
      Tout sera Bien, contre ou selon ton geste,
      Afin qu’à peine un prétexte te reste
                    De froncer tes chers sourcils,
                                  Ce souci :
« Ah suis-je née, infiniment, pour vivre par ici ? » 
 
      – Mais j’ai beau parader, toutes s’en fichent !
      Et je repars avec ma folle affiche,
      Boniment incompris, piteux sandwiche :
                    Au Bon Chevalier-Errant,
                                  Restaurant,
Hôtel meublé, Cabinets de lecture, prix courants.
 

Commentaire(s)
Déposé par Cochonfucius le 24 novembre 2018 à 23h29

Fantôme du chevaler inexistant
-------------------

À son inexistence on dit qu’il se soustrait ;
Que son absence d’âme au gré des vents s’envole
Et que son écuyer, vautré dans l’herbe folle,
Remue à son propos des souvenirs abstraits.

En rêve il nous redit ses lucides paroles
Qui montrent la droiture à notre coeur distrait ;
Mais comment ferons-nous pour brosser son portrait,
Lui, de chevalerie le plus parfait symbole?

Ainsi que des oiseaux trouvant vide leur nid,
Nous déplorons qu’il soit parti dans l’infini,
Lui, dont si dépouillé nous parut l’art de vivre.

Normal, inexistant, lequel plus longtemps vit ?
Les deux vont à la mort qui notre âme ravit,
À laquelle, un beau jour, notre destin nous livre.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βаïf : «Αfin quе pоur јаmаis...»

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Rimbаud : Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir

Νеrvаl : Εl Dеsdiсhаdо

Rimbаud : Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir

Αјаlbеrt : Ρеtitеs оuvrièrеs

Τоulеt : «Sur l’осéаn соulеur dе fеr...»

Βаtаillе : Lеs Sоuvеnirs

Rоnsаrd : «Lе Сiеl nе vеut, Dаmе, quе је јоuissе...»

Μаgnу : «Αnnе, је vоus suppliе, à bаisеr аpprеnеz...»

☆ ☆ ☆ ☆

Fоurеst : Rеnоnсеmеnt

Lаfоrguе : Сélibаt, сélibаt, tоut n’еst quе сélibаt

Lе Μоinе : L’Îlе du Ρlаisir

Lеfèvrе-Dеumiеr : Lеs Сhеmins dе Fеr

Сеndrаrs : Соmplеt blаnс

Lоrrаin : Соquinеs

Gаutiеr : Lе Jаrdin dеs Ρlаntеs : «J’étаis pаrti, vоуаnt lе сiеl...»

Βérоаldе : Αdiеu : «Jе vеuх sеul, éсаrté, оrеs dаns un bосаgе...»

Sаmаin : Αutоmnе

Сrоs : Libеrté

Cоmmеntaires récеnts

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сосhоnfuсius sur L’Étаpе (Соppéе)

De Сосhоnfuсius sur Lе Ρоnt (Hugо)

De Сосhоnfuсius sur «Βеаuх уеuх, qui rесélеz tаnt dе trаits еt dе fеuх...» (Durаnd)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De tRΟLL sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De L’âmе аuх ninаs sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Сurаrе- sur «Dоulсin, quаnd quеlquеfоis је vоis сеs pаuvrеs fillеs...» (Du Βеllау)

De Fоllоwеur sur «Jе vоis millе bеаutés, еt si n’еn vоis pаs unе...» (Rоnsаrd)

De Εsprit dе сеllе sur «Jе rеgrеttе еn plеurаnt lеs јоurs mаl еmplоуés...» (Dеspоrtеs)

De Ρоr’d’âmе sur Ρlus tаrd (Μusеlli)

De Сhr... sur Αu Соllègе (Évаnturеl)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

De Μоrin dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Fоrаin dе Βlаnсhеmоr sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеhаn Çètоù sur Lе Τаlismаn (Νеlligаn)

De Αrаmis sur L’Hоspitаlité (Fаbrе d'Églаntinе)

De Αrаmis sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе