Jules Laforgue

Les Complaintes, 1885


Complainte du pauvre Chevalier-Errant


 
      Jupes des quinze ans, aurores de femmes,
      Qui veut, enfin, des palais de mon âme ?
      Perrons d’œillets blancs, escaliers de flamme, 
                    Labyrinthes alanguis,
                                  Édens qui
Sonneront, sous vos pas reconnus, des airs reconquis.
 
      Instincts-levants souriant par les fentes,
      Méditations un doigt à la tempe,
      Souvenirs clignotant comme des lampes, 
                    Et, battant les corridors,
                                  Vains essors,
Les Dilettantismes chargés de colliers de remords. 
 
      Oui, sans bruit, vous écarterez mes branches, 
      Et verrez comme, à votre mine franche, 
      Viendront à vous mes biches les plus blanches,
                    Mes ibis sacrés, mes chats,
                                  Et, rachats !
Ma Vipère de Lettres aux bien effaçables crachats. 
 
      Puis, frêle mise au monde ! ô Toute Fine,
      Ô ma Tout-universelle orpheline, 
      Au fond de chapelles de mousseline
                    Pâle, ou jonquille à pois noirs,
                                  Dans les soirs,
Feu-d’artificeront envers vous mes sens encensoirs !
 
      Nous organiserons de ces parties !
      Mes caresses, naïvement serties,
      Mourront, de ta gorge aux vierges hosties,
                    Aux amandes de tes seins !
                                  Ô tocsins,
Des cœurs dans le roulis des empilements de coussins.
 
      Tu t’abandonnes au Bon, moi j’abdique ;
      Nous nous comblons de nos deux Esthétiques ;
      Tu condimentes mes piments mystiques,
                    J’assaisonne tes saisons ;
                                  Nous blasons, 
À force d’étapes sur nos collines, l’Horizon ! 
 
      Puis j’ai des tas d’éternelles histoires,
      Ô mers, ô volières de ma Mémoire !
      Sans compter les passes évocatoires !
                    Et quand tu t’endormiras, 
                                  Dans les draps
D’un somme, je t’éventerai de lointains opéras.
 
      Orage en deux cœurs, ou jets d’eau des siestes,
      Tout sera Bien, contre ou selon ton geste,
      Afin qu’à peine un prétexte te reste
                    De froncer tes chers sourcils,
                                  Ce souci :
« Ah suis-je née, infiniment, pour vivre par ici ? » 
 
      – Mais j’ai beau parader, toutes s’en fichent !
      Et je repars avec ma folle affiche,
      Boniment incompris, piteux sandwiche :
                    Au Bon Chevalier-Errant,
                                  Restaurant,
Hôtel meublé, Cabinets de lecture, prix courants.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τаvаn : Lаssitudе

Hаrаuсоurt : Αu tеmps dеs féеs

Νоuvеаu : Lеs Μаlсhаnсеuх

Νоuvеаu : Humilité

Τаvаn : Lаssitudе

Τаvаn : Sоir d’été

Lа Villе dе Μirmоnt : Ρrоmеnаdе

Βruаnt : Lézаrd

Ρеnquеr : Lе Vаllоn dе Kеrsаint

Hugо : Εt nох fасtа еst

Hugо : Guitаrе : «Gаstibеlzа, l’hоmmе à lа саrаbinе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Lе Μоnstrе

Lаfоrguе : Ρiеrrоts : «Εllе disаit...»

Βаudеlаirе : Déјà !

Νоuvеаu : Lа Ρоudrе

Τаvаn : Lаssitudе

Hаrаuсоurt : Αu tеmps dеs féеs

Νоuvеаu : Fêtеs gаlаntеs

Vеrlаinе : «Âmе, tе sоuviеnt-il, аu fоnd du pаrаdis...»

Τаvаn : Lа Rоndе dеs mоis

Dеrèmе : «Νоus nоus tаisоns. Lе vеnt bаlаnсе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt à Sеinе еt à sеs rivаgеs (Vеrmеil)

De Сосhоnfuсius sur «Ô misérаblе viе ! iсi-bаs аgitéе...» (Lа Rоquе)

De mdrlоl sur Lеs Léprеuх (Βеrtrаnd)

De Сосhоnfuсius sur «Rоssignоl mоn mignоn...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Ρаrsifаl (Vеrlаinе)

De Vinсеnt sur «Μаdаmе, si tu vеuх mе prêtеr tоn оrеillе...» (Βirаguе)

De Lа piаnistе sur Αlmаnасh (Сrоs)

De Vinсеnt sur «Се n’еst pаs dе mоn gré, Саrlе, quе mа nаvirе...» (Du Βеllау)

De Jеаnnе-d’Αrс sur «Се quе ј’аimе аu printеmps, је tе vеuх dirе Μêmе...» (Μаgnу)

De vinсеnt sur «Un pеu dеvаnt quе l’аubе аmеnât lа јоurnéе...» (Gоdаrd)

De Ρiеrrоt sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Lа Μusérаntе sur Sоnnеt : «Hа ! nе mе blâmе plus, mаis blâmе mоn dеstin...» (Viviеn)

De Ρiеrrоt sur Ρsеudо-sоnnеt quе lеs аmаtеurs dе plаisаntеriе fасilе (Fоurеst)

De Βеnеdеtti еt Sаundеr sur «Ô musе inсоrrigiblе, оù fаut-il quе tu аillеs !...» (Rоllinаt)

De sуnсhrоniсité sur Lе Rоi Rеnаud (***)

De Jоhn Kеаts sur «Sur lе bоrd d’un bеаu flеuvе Αmоur аvаit tеndu...» (Μаgnу)

De Lа Μusérаntе sur Lеs Αspеrgеs (Rоllinаt)

De Αllis sur Épitаphе (Νоuvеаu)

De Μаrl’hаinе sur Соnаssе (Βruаnt)

De Gаrсе’sоnnе sur «Νаturе еst аuх bâtаrds vоlоntiеrs fаvоrаblе...» (Du Βеllау)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Μоn Βisаïеul (Βеrtrаnd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе