Jules Laforgue

Les Complaintes, 1885


Complainte du pauvre Chevalier-Errant


 
      Jupes des quinze ans, aurores de femmes,
      Qui veut, enfin, des palais de mon âme ?
      Perrons d’œillets blancs, escaliers de flamme, 
                    Labyrinthes alanguis,
                                  Édens qui
Sonneront, sous vos pas reconnus, des airs reconquis.
 
      Instincts-levants souriant par les fentes,
      Méditations un doigt à la tempe,
      Souvenirs clignotant comme des lampes, 
                    Et, battant les corridors,
                                  Vains essors,
Les Dilettantismes chargés de colliers de remords. 
 
      Oui, sans bruit, vous écarterez mes branches, 
      Et verrez comme, à votre mine franche, 
      Viendront à vous mes biches les plus blanches,
                    Mes ibis sacrés, mes chats,
                                  Et, rachats !
Ma Vipère de Lettres aux bien effaçables crachats. 
 
      Puis, frêle mise au monde ! ô Toute Fine,
      Ô ma Tout-universelle orpheline, 
      Au fond de chapelles de mousseline
                    Pâle, ou jonquille à pois noirs,
                                  Dans les soirs,
Feu-d’artificeront envers vous mes sens encensoirs !
 
      Nous organiserons de ces parties !
      Mes caresses, naïvement serties,
      Mourront, de ta gorge aux vierges hosties,
                    Aux amandes de tes seins !
                                  Ô tocsins,
Des cœurs dans le roulis des empilements de coussins.
 
      Tu t’abandonnes au Bon, moi j’abdique ;
      Nous nous comblons de nos deux Esthétiques ;
      Tu condimentes mes piments mystiques,
                    J’assaisonne tes saisons ;
                                  Nous blasons, 
À force d’étapes sur nos collines, l’Horizon ! 
 
      Puis j’ai des tas d’éternelles histoires,
      Ô mers, ô volières de ma Mémoire !
      Sans compter les passes évocatoires !
                    Et quand tu t’endormiras, 
                                  Dans les draps
D’un somme, je t’éventerai de lointains opéras.
 
      Orage en deux cœurs, ou jets d’eau des siestes,
      Tout sera Bien, contre ou selon ton geste,
      Afin qu’à peine un prétexte te reste
                    De froncer tes chers sourcils,
                                  Ce souci :
« Ah suis-je née, infiniment, pour vivre par ici ? » 
 
      – Mais j’ai beau parader, toutes s’en fichent !
      Et je repars avec ma folle affiche,
      Boniment incompris, piteux sandwiche :
                    Au Bon Chevalier-Errant,
                                  Restaurant,
Hôtel meublé, Cabinets de lecture, prix courants.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 24 novembre 2018 à 23h29

Fantôme du chevaler inexistant
-------------------

À son inexistence on dit qu’il se soustrait ;
Que son absence d’âme au gré des vents s’envole
Et que son écuyer, vautré dans l’herbe folle,
Remue à son propos des souvenirs abstraits.

En rêve il nous redit ses lucides paroles
Qui montrent la droiture à notre coeur distrait ;
Mais comment ferons-nous pour brosser son portrait,
Lui, de chevalerie le plus parfait symbole?

Ainsi que des oiseaux trouvant vide leur nid,
Nous déplorons qu’il soit parti dans l’infini,
Lui, dont si dépouillé nous parut l’art de vivre.

Normal, inexistant, lequel plus longtemps vit ?
Les deux vont à la mort qui notre âme ravit,
À laquelle, un beau jour, notre destin nous livre.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τуаrd : «Jе vis rоugir sоn blаnс pоli ivоirе...»

Βаïf : «Sоngе hеurеuх еt divin, trоmpеur dе mа tristеssе...»

Αpоllinаirе : Réсlаmе pоur lа mаisоn Wаlk оvеr

Lа Fоntаinе : Lе Lоup еt l’Αgnеаu

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Lоrrаin : Déсаdеnсе

Βаudеlаirе : Саusеriе

Lоrrаin : Lа Μоrt dеs lуs

Сrоs : Αu саfé

Сrоs : À unе сhаttе

☆ ☆ ☆ ☆

Lоrrаin : Unе idуllе

Lоuvеnсоurt : «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...»

Viviеn : Lеs Lèvrеs pаrеillеs

Spоndе : «Qui sоnt, qui sоnt сеuх-là, dоnt lе сœur idоlâtrе...»

Gаutiеr : «Dаns un bаisеr, l’оndе аu rivаgе...»

Lоrrаin : Μiss Μisеr

Hugо : Сhаnsоn еn саnоt

Viаu : «Τоut у сhеvаuсhе, tоut у fоut...»

Соppéе : «Αuprès dе Sаint-Sulpiсе, un spесtасlе оdiеuх...»

Hugо : Ρrès d’Αvrаnсhеs

Cоmmеntaires récеnts

De Vinсеnt sur «Lе sоlеil еn tоus liеuх déсоuvrе sа lumièrе...» (Μоtin)

De Сосhоnfuсius sur «Μоn Diеu, quе је vоudrаis quе mа mаin fût оisivе...» (Spоndе)

De Vinсеnt sur Sоnnеt : «Ρоur vеinеr dе sоn frоnt...» (Gаutiеr)

De Сосhоnfuсius sur «Hélаs ! vоiсi lе јоur quе mоn mаîtrе оn еntеrrе...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur «Sоngе hеurеuх еt divin, trоmpеur dе mа tristеssе...» (Βаïf)

De Jаdis sur Εn fасе dе lа pièсе d’еаu (Sаintе-Βеuvе)

De Αdа еn Hérаldiе sur Sоnnеt : «Τristе, lоin dе l’Αmiе, еt quаnd l’été déсlinе...» (Sаintе-Βеuvе)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...» (Lоuvеnсоurt)

De Αdа еn Hérаldiе sur Lа Ρоrtе vitréе (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Jаdis sur Lеs Сhrуsаlidеs (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur Саusеriе (Βаudеlаirе)

De Jаdis sur Lе Сid (Fоurеst)

De Ρеrutz sur Lе Dеuil du mоulin (Соuté)

De Krоnеnbоurg sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Ρоpаul ΙΙ sur Grееn (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur Lа Jumеnt Zizi (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur «Lа mоrt а tоut mоn biеn еt mоn еspоir étеint...» (Αubin dе Μоrеllеs)

De Εsprit dе сеllе sur Lе Μаuvаis Jаrdiniеr (Gilkin)

De Vinсеnt sur «Dе Μуrtе еt dе Lаuriеr fеuillе à fеuillе еnsеrrés...» (Rоnsаrd)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Jе sеns unе dоuсеur à соntеr impоssiblе...» (Rоnsаrd)

De Соrbеаu sur Lе Сосhоn (Rеnаrd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе