Jules Laforgue


Encore cet astre


 
Espèce de soleil ! tu songes : — Voyez-les,
Ces pantins morphinés, buveurs de lait d’ânesse
Et de café ; sans trêve, en vain, je leur caresse
L’échine de mes feux, ils vont étiolés ! —
 
— Eh ! c’est toi, qui n’as plus que des rayons gelés !
Nous, nous, mais nous crevons de santé, de jeunesse !
C’est vrai, la Terre n’est qu’une vaste kermesse,
Nos hourrahs de gaîté courbent au loin les blés.
 
Toi seul claques des dents, car tes taches accrues,
Te mangent, ô Soleil, ainsi que des verrues
Un vaste citron d’or, et bientôt, blond moqueur,
 
Après tant de couchants dans la pourpre et la gloire,
Tu seras en risée aux étoiles sans cœur,
Astre jaune et grêlé, flamboyante écumoire !
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 1er avril 2018 à 16h44

Cardinal Lapinot
---------------------

Ses nouveaux ornements, quel luxe ; admirez-les !
Étole de renard, chasuble en peau d’ânesse,
Et crosse douce aux mains qui sans fin la caressent ;
Faut dire que son grade, il ne l’a pas volé.

Il ramène à la foi de nombreux coeurs gelés,
La foi du charbonnier, la foi de leur jeunesse ;
Il prêche à la taverne, il prêche à la kermesse,
Dans la forêt lointaine et dans les champs de blé.

Devenir cardinal, ce sont tâches accrues,
Ça lui fait moins de temps pour flâner dans les rues,
Moins d’excellents sonnets, moins de quatrains moqueurs.

Mais c’est le Vatican dans la pourpre et la gloire,
C’est, dans la compagnie du pape au noble coeur,
Sur l’éternel Serpent remporter la victoire.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Nadia le 1er avril 2018 à 22h57

Lapinot dans un autre univers parallèle  . .  

Si tu mourrais un jour tu voudrais que j’y aille
Dans cet autre univers où tu serais vivant ?
Je te ramène ici ! Ce serait émouvant
Dis pas n’importe quoi espèce de canaille

Bâh non . .mais quel bazar ça mettrait la pagaille
Je manquerais aux autres de l’univers d’avant
d’où je ne serais plus . . ailleurs dorénavant
De plus ton autre toi y vit aussi ma caille !

Mon autre moi est fort ! Il survivrait sans se rater  
Il est trop fort crois-moi ! Il fait du karaté
Du Ping-pong ou l’inverse . . Eh oui je me lâche

Ou ma foi je m’attache ! Oh fait on est quel jour ?
Premier avril pourquoi mon Lapinot d’amour !
M’ouais la résurrection . . pour sur ç’aurait fait tâche !    

________01/04/2018 ______Lapinot (Trondheim)

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Nadia le 2 avril 2018 à 20h46

J’avais oublié le lien d’inspiration :  
http://www.actuabd.com/Lewis-Trondheim-et-L-Association-redonnent-vie-a-Lapinot-et-se-mettent-au-48cc


Et la correction du sonnet car je suis 1 peu hase . . parfois !

 Lapinot dans un autre univers parallèle  . .  

Si tu mourrais un jour tu voudrais que j’y aille
Dans cet autre univers où tu serais vivant ?
Je te ramène ici ! Ce serait émouvant
Dis pas n’importe quoi ma petite canaille  

Bah non . . Mais quel bazar ça mettrait la pagaille
Je manquerais à ceux de l’univers d’avant
Où je ne serais plus . . ailleurs dorénanavant
De plus ton autre toi y vit aussi ma caille !

Mon autre moi est fort ! Il survivrait sans se rater  
Il est trop fort crois-moi ! Il fait du karaté
Du Ping-pong ou l’inverse . . Eh bin oui je me lâche

Ou ma foi on s’attache ! Oh fait on est quel jour ?
Premier avril pourquoi mon Lapinot d’amour
M’ouais la résurrection . . pour sur ç’aurait fait tâche !    

__________01/04/2018 ________Lapinot (Trondheim)

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 2 novembre 2022 à 21h05

Lapinot transfuge
------------

Ma vie est en albums, trouvez-les, lisez-les,
Elle eut ses temps de peine et ses temps d’allégresse ;
Tantôt des avanies et tantôt des caresses,
Mais, même de ma mort, j’ai su me consoler.

Vers d’autres univers un jour je suis allé,
Qu’importe que ma vie, vue de l’un d’entre eux, cesse ?
Bien sûr, ça fit pleurer ma gentille princesse,
Ça me fit aussi voir un monde décalé.

Chaque fois qu’un belle aventure est parue,
Ma renommée auprès des lecteurs s’est accrue ;
Ils aiment mon auteur, fantaisiste et moqueur.

Certes, je n’ai rien fait pour mériter la gloire,
Mais ce sont des projets où j’ai mis tout mon coeur ;
Ma défaite souvent fut comme une victoire.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 3 novembre 2022 à 12h31

Voir aussi

http://sonnets-de-cochonfucius.lescigales.org/hommage-a-margerin.html

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Curare- le 3 novembre 2022 à 21h06

Cela ne nous dit pas où se trouve la guerrière

C’est qui cette Nadia ?

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αutrаn : Εugéniе dе Guérin

Sаint-Ρоl-Rоuх : Lа Саrаfе d’еаu purе

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Jаmmеs : Guаdаlupе dе Αlсаrаz

Νеrvаl : Vеrs dоrés

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Βirаguе : «Un pоil blоnd еnlасé dе pеrlеs à l’еntоur...»

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Fоrt : Lе Dit du pаuvrе viеuх

Rоdеnbасh : «Τristеssе ! је suis sеul ; с’еst dimаnсhе ; il plеuvinе !...»

Rоdеnbасh : «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....»

Νоuvеаu : Fin d’аutоmnе

☆ ☆ ☆ ☆

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе suis né dаns un pоrt еt dеpuis mоn еnfаnсе...»

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Fоurеst : Jаrdins d’аutоmnе

Jаmmеs : Αvес tоn pаrаpluiе

Саrсо : Ιntériеur : «Dеs vоуоus étеints pаr lа nосе...»

Rоnsаrd : «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...»

Βаïf : «Rоssignоl аmоurеuх, qui dаns сеttе rаméе...»

Μilоsz : «Ô nuit, ô mêmе nuit mаlgré tаnt dе јоurs mоrts...»

Νоuvеаu : «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Un Μоnt, tоut hérissé dе Rосhеrs еt dе Ρins...» (Sсаrrоn)

De Сосhоnfuсius sur Αspеrgеs mе (Vеrlаinе)

De Сосhоnfuсius sur L’Αvеuglе (Ρéguу)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si ј’étаis dаns un bоis pоursuivi d’un liоn...» (Viаu)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Соmtе, qui nе fis оnс соmptе dе lа grаndеur...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....» (Rоdеnbасh)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

De Xi’аn sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Xi’Αn sur Εn Αrlеs. (Τоulеt)

De Rоgеr СΟURΤΟΙS sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Vinсеnt sur «Jе vоudrаis, si mа viе étаit еnсоrе à fаirе...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Lа Fоliе (Rоllinаt)

De Jаnus- sur «Сеrtаin аbbé sе mаnuélisаit...» (Rоussеаu)

De Jаdis sur «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...» (Sigоgnе)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе