Jules Laforgue


Encore cet astre


 
Espèce de soleil ! tu songes : — Voyez-les,
Ces pantins morphinés, buveurs de lait d’ânesse
Et de café ; sans trêve, en vain, je leur caresse
L’échine de mes feux, ils vont étiolés ! —
 
— Eh ! c’est toi, qui n’as plus que des rayons gelés !
Nous, nous, mais nous crevons de santé, de jeunesse !
C’est vrai, la Terre n’est qu’une vaste kermesse,
Nos hourrahs de gaîté courbent au loin les blés.
 
Toi seul claques des dents, car tes taches accrues,
Te mangent, ô Soleil, ainsi que des verrues
Un vaste citron d’or, et bientôt, blond moqueur,
 
Après tant de couchants dans la pourpre et la gloire,
Tu seras en risée aux étoiles sans cœur,
Astre jaune et grêlé, flamboyante écumoire !
 

Commentaire(s)
Déposé par Cochonfucius le 1er avril 2018 à 16h44

Cardinal Lapinot
---------------------

Ses nouveaux ornements, quel luxe ; admirez-les !
Étole de renard, chasuble en peau d’ânesse,
Et crosse douce aux mains qui sans fin la caressent ;
Faut dire que son grade, il ne l’a pas volé.

Il ramène à la foi de nombreux coeurs gelés,
La foi du charbonnier, la foi de leur jeunesse ;
Il prêche à la taverne, il prêche à la kermesse,
Dans la forêt lointaine et dans les champs de blé.

Devenir cardinal, ce sont tâches accrues,
Ça lui fait moins de temps pour flâner dans les rues,
Moins d’excellents sonnets, moins de quatrains moqueurs.

Mais c’est le Vatican dans la pourpre et la gloire,
C’est, dans la compagnie du pape au noble coeur,
Sur l’éternel Serpent remporter la victoire.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Nadia le 1er avril 2018 à 22h57

Lapinot dans un autre univers parallèle  . .  

Si tu mourrais un jour tu voudrais que j’y aille
Dans cet autre univers où tu serais vivant ?
Je te ramène ici ! Ce serait émouvant
Dis pas n’importe quoi espèce de canaille

Bâh non . .mais quel bazar ça mettrait la pagaille
Je manquerais aux autres de l’univers d’avant
d’où je ne serais plus . . ailleurs dorénavant
De plus ton autre toi y vit aussi ma caille !

Mon autre moi est fort ! Il survivrait sans se rater  
Il est trop fort crois-moi ! Il fait du karaté
Du Ping-pong ou l’inverse . . Eh oui je me lâche

Ou ma foi je m’attache ! Oh fait on est quel jour ?
Premier avril pourquoi mon Lapinot d’amour !
M’ouais la résurrection . . pour sur ç’aurait fait tâche !    

________01/04/2018 ______Lapinot (Trondheim)

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Nadia le 2 avril 2018 à 20h46

J’avais oublié le lien d’inspiration :  
http://www.actuabd.com/Lewis-Trondheim-et-L-Association-redonnent-vie-a-Lapinot-et-se-mettent-au-48cc


Et la correction du sonnet car je suis 1 peu hase . . parfois !

 Lapinot dans un autre univers parallèle  . .  

Si tu mourrais un jour tu voudrais que j’y aille
Dans cet autre univers où tu serais vivant ?
Je te ramène ici ! Ce serait émouvant
Dis pas n’importe quoi ma petite canaille  

Bah non . . Mais quel bazar ça mettrait la pagaille
Je manquerais à ceux de l’univers d’avant
Où je ne serais plus . . ailleurs dorénanavant
De plus ton autre toi y vit aussi ma caille !

Mon autre moi est fort ! Il survivrait sans se rater  
Il est trop fort crois-moi ! Il fait du karaté
Du Ping-pong ou l’inverse . . Eh bin oui je me lâche

Ou ma foi on s’attache ! Oh fait on est quel jour ?
Premier avril pourquoi mon Lapinot d’amour
M’ouais la résurrection . . pour sur ç’aurait fait tâche !    

__________01/04/2018 ________Lapinot (Trondheim)

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αlbеrt Lоzеаu

Βаïf : «Αfin quе pоur јаmаis...»

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Rimbаud : Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir

Νеrvаl : Εl Dеsdiсhаdо

Rimbаud : Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir

Αјаlbеrt : Ρеtitеs оuvrièrеs

Τоulеt : «Sur l’осéаn соulеur dе fеr...»

Βаtаillе : Lеs Sоuvеnirs

Rоnsаrd : «Lе Сiеl nе vеut, Dаmе, quе је јоuissе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Fоurеst : Rеnоnсеmеnt

Lаfоrguе : Сélibаt, сélibаt, tоut n’еst quе сélibаt

Lе Μоinе : L’Îlе du Ρlаisir

Lеfèvrе-Dеumiеr : Lеs Сhеmins dе Fеr

Сеndrаrs : Соmplеt blаnс

Lоrrаin : Соquinеs

Gаutiеr : Lе Jаrdin dеs Ρlаntеs : «J’étаis pаrti, vоуаnt lе сiеl...»

Βérоаldе : Αdiеu : «Jе vеuх sеul, éсаrté, оrеs dаns un bосаgе...»

Sаmаin : Αutоmnе

Сrоs : Libеrté

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Lаs ! је mеurs : nоn-fаit, nоn. Quоi dоnс ? Jе vis d’еspоir...» (Fiеfmеlin)

De Сосhоnfuсius sur L’Οisеаu blеu (Сеndrаrs)

De Сосhоnfuсius sur Lе Τunnеl (Rоllinаt)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De tRΟLL sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De L’âmе аuх ninаs sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Сurаrе- sur «Dоulсin, quаnd quеlquеfоis је vоis сеs pаuvrеs fillеs...» (Du Βеllау)

De Fоllоwеur sur «Jе vоis millе bеаutés, еt si n’еn vоis pаs unе...» (Rоnsаrd)

De Εsprit dе сеllе sur «Jе rеgrеttе еn plеurаnt lеs јоurs mаl еmplоуés...» (Dеspоrtеs)

De Ρоr’d’âmе sur Ρlus tаrd (Μusеlli)

De Сhr... sur Αu Соllègе (Évаnturеl)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

De Μоrin dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Fоrаin dе Βlаnсhеmоr sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеhаn Çètоù sur Lе Τаlismаn (Νеlligаn)

De Αrаmis sur L’Hоspitаlité (Fаbrе d'Églаntinе)

De Αrаmis sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе