Jules Laforgue


Guitare


 
 

I


 
Vous qui valsez ce soir, fière et fine mondaine
                Pâle, en brocart noir lacé d’or
Et, parmi votre cour, passez comme une reine
                Dans cet éblouissant décor,
Riche, noble, enviée, exquisement aimée,
                Vous, qui souvent à l’opéra,
Écoutez de profil, pur et calme camée,
                Un jour qui n’est pas loin viendra !
Un jour où quelque prêtre ayant mis en offrande
                L’huile tiède sur votre front,
En votre plus beau drap de toile de Hollande
                Vos gais héritiers vous coudront.
Puis dans votre cercueil, douce enfant qui sommeille,
                Sous le drap noir d’un corbillard
Conduit par un cocher ivre encor de la veille,
                Vous insultant pour un retard,
Lentement vous irez dans cette triste église
                Où, les dimanches d’autrefois,
Vous vous abandonniez, frêle, en toilette exquise
                Dans l’ouragan d’orgue et de voix.
 
 
 

II


 
Et voilà que les cloches, en tumulte, sans trêve,
                Hurlent sur la folle cité
Qu’un être qui fût tout, est maintenant ô rêve !
                Comme s’il n’eût jamais été !
Mais Paris n’entend rien. Dans sa fureur muette,
                Morne alambic toujours trop plein
Qui travaille et qui bout et chaque jour rejette
                Les choses mortes de son sein.
Et tout va comme hier : cafés, bouges, usines,
                Torrent sans fin des boulevards,
Femmes fraîches lorgnant au soleil les vitrines
                Et passants quêtant leurs regards.
 
 
 

III


 
L’orgue éclate, la nef s’étoile jusqu’au faîte,
                Chacun frissonne autour de vous.
Et le De profundis passe, large tempête
                Courbant les foules à genoux.
Mais bientôt, se levant, vos frivoles amies
                Sans y songer, du coin de l’œil,
Comparent les façons plus ou moins alanguies
                Dont elles portent votre deuil !
Et leur cerveau ne sent pas la folie éclore,
                À songer que sous ce drap noir
Vous pourrirez, vous qui leur parliez hier encore
                Et que tout est dit, sans espoir !
Néant, Néant ! Adieu chaudes nuits de septembre,
                Sur les terrasses d’orangers ;
Jours d’hiver près du feu faisant douce la chambre,
                Matins d’avril frais et légers.
Chiffons, bals, fleurs, parfums, passions, fantaisie,
                Bouts de spleen devant l’océan,
Torrent béni des mille ivresses de la vie,
                Tout est fini ; Néant, Néant !
Et voici qu’en l’essor des orgues d’allégresses,
                Le prêtre vous absout tout bas,
Pour cet Éden d’amour dont rêvaient vos tristesses,
                Hélas ! cet au-delà n’est pas !
 
 
 

IV


 
Car vous irez pourrir, fière et fine mondaine,
                Chef-d’œuvre unique de Paris,
Pourrir comme un chien mort ! Car le plomb et le chêne
                Sont de dérisoires abris !
Vous, belle ! Vous, grand cœur ! Vous, âme immense ouverte
                Aux voix de l’univers profond,
Vous, tout ! vous pourrirez, fétide, informe, inerte
                Comme une charogne sans nom.
L’enfant chaste quêtant hier en robe rose
                La femme et le vieux chien crevé
Que l’on pousse du pied seront la même chose !
                Oh ! l’on se dit : ai-je rêvé !
Toujours la longue nuit spleenique et solitaire,
                Toujours pourrir loin des vivants !
Au seul bruit éternel de l’eau filtrant sous terre,
                Dans le seul sanglot des grands vents.
Vos seins blancs seront secs comme deux vieilles nèfles,
                Vos cuisses iront en lambeaux,
Votre nez si mutin ne sera plus qu’un trèfle,
                Et vos bras que deux maigres os.
Tout pourrira! Vos mains qui tenaient les guides
                Au Bois de si noble façon,
Votre ventre, peau flasque et se creusant de rides,
                Votre cervelle de pinson,
Vos intestins sucrés, vos pieds souples d’almée,
                Vos poumons roses, votre cœur,
Et votre clitoris qui vous tordait pâmée
                En de longs spasmes de langueur.
Aux trous de vos bleus yeux rêvera la vermine,
                Vos blonds cheveux, soyeux, ardents,
Tomberont ; et, pour faire aux vers mous bonne mine
                Vous rirez de toutes vos dents.
 
 
 

V


 
Et par ces nuits d’hiver où le vent noir s’ennuie,
                Tandis que seule loin de tous,
Votre corps recevra goutte à goutte la pluie
                Qui fera vos restes plus mous,
Dans l’éblouissement des lustres féeriques
                Jouant sur les beaux cheveux blonds,
Dans les fleurs, les parfums, les danses, les musiques
                Dans le va et vient des salons
Ces habits noirs glacés au monocle très calme
                Qui jadis vous faisaient la cour
À de fraîches beautés s’éventant d’une palme
                Rediront leurs clichés d’amour.
Tout sans vous! Le soleil, l’opéra, l’art, les modes,
                [ .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  . ]
Et les fleurs, ô Nature aveugle, que tu brodes
                Avec les atomes des morts.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Viаu : Épigrаmmе d’un impuissаnt

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе suis un êtrе dе sаng frоid...»

Régniеr : Juliе аuх уеuх d’еnfаnt

Sаint-Αmаnt : «Vоiсi lе rеndеz-vоus dеs Εnfаnts sаns sоuсi...»

Сrоs : L’Hеurе frоidе

Rimbаud : Μа Βоhèmе

Rimbаud : Οphéliе

Vеrlаinе : Νеvеrmоrе : «Sоuvеnir, sоuvеnir, quе mе vеuх-tu ?...»

Vеrlаinе : Μоn rêvе fаmiliеr

Αpоllinаirе : Lа Lоrеlеу

Lаhоr : Саlmе dеs plаntеs

Μussеt : Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...»

☆ ☆ ☆ ☆

Сhrеtiеn dе Τrоуеs

Sсаrrоn : Сhаnsоn à bоirе

Саrсо : Βоhèmе

Αpоllinаirе : «Lа nudité dеs flеurs с’еst lеur оdеur сhаrnеllе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt à Сhеvrеul

Μоlièrе : À Μоnsiеur Lе Vауеr, sur lа Μоrt dе sоn Fils

Lе Μоuël : «À lа sаintе, mаrtуrе еt viеrgе...»

Βаtаillе : Lеs Sоuvеnirs

Αllаrd : Αu dеrniеr сiеl

Gеоrgin : Τristеssе аu bоrd dе l’еаu

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Suzаnnе m’éсоutаit sоupirеr pоur Diаnе...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur Sоnnеt pоur un Τаblеаu sаns légеndе (Lоuvigné du Dézеrt)

De Сосhоnfuсius sur «Qu’еst-се qu’аmоur ? еst-се unе quintе еssеnсе ?...» (Ρаsquiеr)

De Сосhоnfuсius sur Sеt Οhаëdаt (Νоuvеаu)

De Lа Μusérаntе sur «Lösсh mir diе Αugеn аus...» (Rilkе)

De Vinсеnt sur Lа Νосе à Gоnеssе (Fоrt)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Τоtо28 sur Βibliоthèquеs (Αutrаn)

De Τоtо28 sur Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...» (Μussеt)

De Lа Μusérаntе sur «Jе vis mа Νуmphе еntrе сеnt dаmоisеllеs...» (Rоnsаrd)

De Αzuré dе lа fаuсillе sur Соntrе lа јаlоusiе (Urfé)

De Lа Μusérаntе sur «Sоit quе је sоis hаï dе tоi, mа Ρаsithéе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Lеs Βiеnfаits dе lа nuit (Rоllinаt)

De Siхtе sur «D’un оutrаgеuх соmbаt...» (Αubigné)

De lасоtе sur «Jе sаis biеn qu’оn dirа quе је suis témérаirе...» (Βirаguе)

De mdrlоl sur Lеs Léprеuх (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur Ρаrsifаl (Vеrlаinе)

De K’оuеn-lоuеn sur «Μаdаmе, si tu vеuх mе prêtеr tоn оrеillе...» (Βirаguе)

De vinсеnt sur «Un pеu dеvаnt quе l’аubе аmеnât lа јоurnéе...» (Gоdаrd)

De Ρiеrrоt sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе