Jules Laforgue

Des Fleurs de bonne volonté, 1887


L’aurore-promise


 
                        Vois, les Steppes stellaires
                        Se dissolvent à l’aube....
                        La Lune est la dernière
                        À s’effacer, badaude.
 
Oh ! que les cieux sont loin, et tout ! Rien ne prévaut !
Contre cet infini ; c’est toujours trop nouveau !....
 
                        Et vrai, c’est sans limites !....
                        T’en fais-tu une idée,
                        Ô jeune Sulamite
                        Vers l’aurore accoudée ?
 
L’Infini à jamais ! comprends-tu bien cela ?
Et qu’autant que ta chair existe un au-delà ?
 
                        Non ; ce sujet t’assomme.
                        Ton Infini, ta sphère,
                        C’est le regard de l’Homme,
                        Patron de cette Terre.
 
Il est le Fécondeur, le Galant Chevalier
De tes couches, la Providence du Foyer !
 
                        Tes yeux baisent Sa Poigne,
                        Tu ne te sens pas seule !
                        Mais lui bat la campagne
                        Du ciel, où nul n’accueille !....
 
Nulle Poigne vers lui, il a tout sur le dos ;
Il est seul ; l’Infini reste sourd comme un pot.
 
                        Ô fille de la Terre,
                        Ton dieu est dans ta couche !
                        Mais lui a dû s’en faire,
                        Et si loin de sa bouche !...
 
Il s’est fait de bons dieux, consolateurs des morts.
Et supportait ainsi tant bien que mal son sort,
 
                        Mais bientôt, son idée,
                        Tu l’as prise, jalouse !
                        Et l’as accommodée
                        Au culte de l’Épouse !
 
Et le Déva d’antan, Bon Cœur de l’Infini
Est là.... — pour que ton lit nuptial soit béni !
 
                        Avec tes accessoires,
                        Ce n’est plus qu’une annexe
                        Du Tout-Conservatoire
                        Où s’apprête Ton Sexe.
 
Et ces autels bâtis de nos terreurs des cieux
Sont des comptoirs où tu nous marchandes tes yeux !
 
                        Les dieux s’en vont. Leur père
                        S’en meurt. — Ô Jeune Femme,
                        Refais-nous une Terre
                        Selon ton corps sans âme !
 
Ouvre-nous tout Ton Sexe ! et, sitôt, l’Au-delà
Nous est nul ! Ouvre, dis ? tu nous dois bien cela...
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τаvаn : Lаssitudе

Hаrаuсоurt : Αu tеmps dеs féеs

Νоuvеаu : Lеs Μаlсhаnсеuх

Νоuvеаu : Humilité

Τаvаn : Lаssitudе

Τаvаn : Sоir d’été

Lа Villе dе Μirmоnt : Ρrоmеnаdе

Βruаnt : Lézаrd

Ρеnquеr : Lе Vаllоn dе Kеrsаint

Hugо : Εt nох fасtа еst

Hugо : Guitаrе : «Gаstibеlzа, l’hоmmе à lа саrаbinе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Lе Μоnstrе

Lаfоrguе : Ρiеrrоts : «Εllе disаit...»

Βаudеlаirе : Déјà !

Νоuvеаu : Lа Ρоudrе

Τаvаn : Lаssitudе

Hаrаuсоurt : Αu tеmps dеs féеs

Νоuvеаu : Fêtеs gаlаntеs

Vеrlаinе : «Âmе, tе sоuviеnt-il, аu fоnd du pаrаdis...»

Τаvаn : Lа Rоndе dеs mоis

Dеrèmе : «Νоus nоus tаisоns. Lе vеnt bаlаnсе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Siхtе sur «D’un оutrаgеuх соmbаt...» (Αubigné)

De Сосhоnfuсius sur «Lа сrаintе dе lа mоrt inсеssаmmеnt mе trоublе...» (Соignаrd)

De lасоtе sur «Jе sаis biеn qu’оn dirа quе је suis témérаirе...» (Βirаguе)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt à Sеinе еt à sеs rivаgеs (Vеrmеil)

De Сосhоnfuсius sur «Ô misérаblе viе ! iсi-bаs аgitéе...» (Lа Rоquе)

De mdrlоl sur Lеs Léprеuх (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur Ρаrsifаl (Vеrlаinе)

De Vinсеnt sur «Μаdаmе, si tu vеuх mе prêtеr tоn оrеillе...» (Βirаguе)

De Lа piаnistе sur Αlmаnасh (Сrоs)

De Vinсеnt sur «Се n’еst pаs dе mоn gré, Саrlе, quе mа nаvirе...» (Du Βеllау)

De Jеаnnе-d’Αrс sur «Се quе ј’аimе аu printеmps, је tе vеuх dirе Μêmе...» (Μаgnу)

De vinсеnt sur «Un pеu dеvаnt quе l’аubе аmеnât lа јоurnéе...» (Gоdаrd)

De Ρiеrrоt sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Lа Μusérаntе sur Sоnnеt : «Hа ! nе mе blâmе plus, mаis blâmе mоn dеstin...» (Viviеn)

De Ρiеrrоt sur Ρsеudо-sоnnеt quе lеs аmаtеurs dе plаisаntеriе fасilе (Fоurеst)

De Βеnеdеtti еt Sаundеr sur «Ô musе inсоrrigiblе, оù fаut-il quе tu аillеs !...» (Rоllinаt)

De sуnсhrоniсité sur Lе Rоi Rеnаud (***)

De Jоhn Kеаts sur «Sur lе bоrd d’un bеаu flеuvе Αmоur аvаit tеndu...» (Μаgnу)

De Lа Μusérаntе sur Lеs Αspеrgеs (Rоllinаt)

De Αllis sur Épitаphе (Νоuvеаu)

De Μаrl’hаinе sur Соnаssе (Βruаnt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе