Jules Laforgue


L’aurore-promise


 
                        Vois, les Steppes stellaires
                        Se dissolvent à l’aube....
                        La Lune est la dernière
                        À s’effacer, badaude.
 
Oh ! que les cieux sont loin, et tout ! Rien ne prévaut !
Contre cet infini ; c’est toujours trop nouveau !....
 
                        Et vrai, c’est sans limites !....
                        T’en fais-tu une idée,
                        Ô jeune Sulamite
                        Vers l’aurore accoudée ?
 
L’Infini à jamais ! comprends-tu bien cela ?
Et qu’autant que ta chair existe un au-delà ?
 
                        Non ; ce sujet t’assomme.
                        Ton Infini, ta sphère,
                        C’est le regard de l’Homme,
                        Patron de cette Terre.
 
Il est le Fécondeur, le Galant Chevalier
De tes couches, la Providence du Foyer !
 
                        Tes yeux baisent Sa Poigne,
                        Tu ne te sens pas seule !
                        Mais lui bat la campagne
                        Du ciel, où nul n’accueille !....
 
Nulle Poigne vers lui, il a tout sur le dos ;
Il est seul ; l’Infini reste sourd comme un pot.
 
                        Ô fille de la Terre,
                        Ton dieu est dans ta couche !
                        Mais lui a dû s’en faire,
                        Et si loin de sa bouche !...
 
Il s’est fait de bons dieux, consolateurs des morts.
Et supportait ainsi tant bien que mal son sort,
 
                        Mais bientôt, son idée,
                        Tu l’as prise, jalouse !
                        Et l’as accommodée
                        Au culte de l’Épouse !
 
Et le Déva d’antan, Bon Cœur de l’Infini
Est là.... — pour que ton lit nuptial soit béni !
 
                        Avec tes accessoires,
                        Ce n’est plus qu’une annexe
                        Du Tout-Conservatoire
                        Où s’apprête Ton Sexe.
 
Et ces autels bâtis de nos terreurs des cieux
Sont des comptoirs où tu nous marchandes tes yeux !
 
                        Les dieux s’en vont. Leur père
                        S’en meurt. — Ô Jeune Femme,
                        Refais-nous une Terre
                        Selon ton corps sans âme !
 
Ouvre-nous tout Ton Sexe ! et, sitôt, l’Au-delà
Nous est nul ! Ouvre, dis ? tu nous dois bien cela...
 

Des Fleurs de bonne volonté, 1887

Commentaire(s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Dubus : Ρаntоum : «À l’аbri dеs ridеаuх...»

Μilоsz : Τоus lеs Μоrts sоnt ivrеs...

Swаrth : Lеs Αrtistеs

Rоllinаt : Lа Jumеnt Zizi

Αrvеrs : «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...»

Dоnnау : Lаmеntо du trоmpé

Ρоpеlin : Viеuх mаrin, viеil аrtistе

Ρоpеlin : Viеuх mаrin, viеil аrtistе

Ρеllеrin : Lа grоssе dаmе сhаntе...

Βаudеlаirе : Lе Соuсhеr du Sоlеil rоmаntiquе

☆ ☆ ☆ ☆

Hеrоld : Lа Саthédrаlе

Rоllinаt : L’Étоilе du fоu

Lа Villе dе Μirmоnt : «Νоvеmbrеs pluviеuх, tristеs аu bоrd dеs flеuvеs...»

Hеrоld : Lа Саthédrаlе

Vаuсаirе : «Hоrs lа dоulеur, l’аmоur nе dоnnе pаs grаnd-сhоsе...»

Swаrth : Αu lесtеur

Suаrès : Μеssаgе dе Ρâris

Lа Βоétiе : «Се јоurd’hui, du sоlеil lа сhаlеur аltéréе...»

Rоllinаt : Lе Τunnеl

Ρiсаrd : Lе Τrоublе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Qu’hеurеuх tu еs, Βаïf, hеurеuх, еt plus qu’hеurеuх...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Viсtоriеusеmеnt fui lе suiсidе bеаu...» (Μаllаrmé)

De Сосhоnfuсius sur «J’аvаis lоngtеmps еrré pаr lеs sоmbrеs désеrts...» (Hаbеrt)

De Сliеnt sur Sоnnеt du huit févriеr 1915 (Αpоllinаirе)

De Fоurmi sur Lе Τunnеl (Rоllinаt)

De Julеs dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеаn dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Αlаntе-Limа sur «Соmbiеn durеrоnt nоs аmоurs ?...» (Ρrivаt d'Αnglеmоnt)

De Νаrсissе Hérоn sur «Соmbiеn durеrоnt nоs аmоurs ?...» (Βаudеlаirе)

De Νiсhоlаs nеwmаn sur Frаnсis Jаmmеs

De Αmigо* sur Dаns lе јаrdin d’Αnnа (Αpоllinаirе)

De Μаlvinа sur «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...» (Μаllаrmé)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Lеs Ρоrсs : «Αvес lеurs grоins...» (Vеrhаеrеn)

De gаutiеr sur Lеs Αssis (Rimbаud)

De Lа Μusérаntе sur L’Éсhеllе (Αutrаn)

De Didiеr СΟLΡΙΝ sur «Αmоur, је nе mе plаins dе l’оrguеil еndurсi...» (Rоnsаrd)

De Μаriа sur «Αprès unе јоurnéе dе vеnt...» (Rilkе)

De Vinсеnt sur «Αu prеmiеr trаit, quе mоn œil rеnсоntrа...» (Τуаrd)

De vinсеnt sur «Ν’еs-tu lаssе, аussi, dе rêvеr d’hiеr ?...» (Viеlé-Griffin)

De Vinсеnt sur Lа Grеnоuillе blеuе (Fоrt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе