Jules Laforgue

L'Imitation de Notre-Dame la Lune, 1886


La lune est stérile


 
Lune, Pape abortif à l’amiable, Pape
Des Mormons pour l’art, dans la jalouse Paphos
Où l’État tient gratis les fils de la soupape
D’échappement des apoplectiques Cosmos !
 
C’est toi, léger manuel d’instincts, toi qui circules,
Glaçant, après les grandes averses, les œufs
Obtus de ces myriades d’animalcules
Dont les simouns mettraient nos muqueuses en feu !
 
Tu ne sais que la fleur des sanglantes chimies ;
Et perces nos rideaux, nous offrant le lotus
Qui constipe les plus larges polygamies,
Tout net, de l’excrément logique des fœtus.
 
Carguez-lui vos rideaux, citoyens de mœurs lâches ;
C’est l’Extase qui paie comptant, donne son Ut
Des deux sexes et veut pas même que l’on sache
S’il se peut qu’elle ait, hors de l’art pour l’art, un but.
 
On allèche de vie humaine, à pleines voiles,
Les Tantales virtuels, peu intéressants
D’ailleurs, sauf leurs cordiaux, qui rêvent dans nos moelles ;
Et c’est un produit net qu’encaissent nos bons sens.
 
Et puis, l’atteindrons-nous, l’Oasis aux citernes,
Où nos cœurs toucheraient les payes qu’On leur doit ?
Non, c’est la rosse aveugle aux cercles sempiternes
Qui tourne pour autrui les bons chevaux de bois.
 
Ne vous distrayez pas, avec vos grosses douanes ;
Clefs de fa, clefs de sol, huit stades de claviers,
Laissez faire, laissez passer la caravane
Qui porte à l’Idéal ses plus riches dossiers !
 
L’Art est tout, du droit divin de l’Inconscience ;
Après lui, le déluge ! et son moindre regard
Est le cercle infini dont la circonférence
Est partout, et le centre immoral nulle part.
 
Pour moi, déboulonné du pôle de stylite
Qui me sied, dès qu’un corps a trop de son secret,
J’affiche : celles qui voient tout, je les invite
À venir, à mon bras, des soirs, prendre le frais.
 
Or voici : nos deux Cris, abaissant leurs visières,
Passent mutuellement, après quiproquos,
Aux chers peignes du cru leurs moelles épinières
D’où lèvent débusqués tous les archets locaux.
 
Et les ciels familiers liserés de folie
Neigeant en charpie éblouissante, faut voir
Comme le moindre appel : c’est pour nous seuls ! rallie
Les louables efforts menés à l’abattoir !
 
Et la santé en deuil ronronne ses vertiges,
Et chante, pour la forme : « Hélas ! ce n’est pas bien,
Par ces pays, pays si tournoyants, vous dis-je,
Où la faim d’Infini justifie les moyens. »
 
Lors, qu’ils sont beaux les flancs tirant leur révérence
Au sanglant capitaliste berné des nuits,
En s’affalant cuver ces jeux sans conséquence !
Oh ! n’avoir à songer qu’à ses propres ennuis !
 
— Bons aïeux qui geigniez semaine par semaine,
Vers mon Cœur, baobab des védiques terroirs,
Je m’agite aussi ! mais l’Inconscient me mène ;
Or, il sait ce qu’il fait, je n’ai rien à y voir.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lа Fоntаinе : Ρаrоlе dе Sосrаtе

Lа Fоntаinе : Lе Sеrpеnt еt lа Limе

Lа Fоntаinе : Lе Rеnаrd еt lе Βustе

Τоulеt : «Τоutе аllégrеssе а sоn défаut...»

Τоulеt : «Sоus lе sоir јаunе еt vеrt...»

Τоulеt : «Sоus lе sоir јаunе еt vеrt...»

Fоrt : Lе Dit du pаuvrе viеuх

Νоël : Сhаnt dе Νоël

Riсhеpin : Ρаuvrе аvеuglе

Rоnsаrd : L’Αmоur оisеаu

☆ ☆ ☆ ☆

Fоrt : Lа Ρеtitе Ruе silеnсiеusе

Riсhеpin : Lе Μеrlе à lа glu

Ρérin : Αubе

Hugо : Ρоntо

Μаеtеrlinсk : «Lеs trоis sœurs аvеuglеs ...»

Dеsbоrdеs-Vаlmоrе : Lе Rоssignоl аvеuglе

Ρéguу : L’Αvеuglе

Αlbеrt-Βirоt : «Quе vаs-tu pеindrе аmi ?...»

Αlbеrt-Βirоt : Αuх јеunеs pоètеs

Hugо : À unе јеunе fеmmе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Unе (Sаmаin)

De Jаdis sur «J’аimе lа libеrté, еt lаnguis еn sеrviсе...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «Ρоur si fоu qu’il sе dоnnе, еst-il un сhаnsоnniеr...» (Соrаn)

De Jаdis sur «Si tu m’еn сrоis, Βаïf, tu сhаngеrаs Ρаrnаssе...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt à Sir Βоb (Соrbièrе)

De Jаdis sur «Αssis, lеs piеds pеndаnts, sоus l’аrсhе du viеuх pоnt...» (Соppéе)

De Jоhаnn sur L’Éсhо dе lа саvеrnе (Sаint-Ρоl-Rоuх)

De Égо Viсtоr sur «Lаissе dе Ρhаrаоn lа tеrrе Égуptiеnnе...» (Rоnsаrd)

De Сurаrе- sur «Νоus nе fаisоns lа соur аuх fillеs dе Μémоirе...» (Du Βеllау)

De Μаriаnnе sur «Jе sоngе à се villаgе аssis аu bоrd dеs bоis...» (Μоréаs)

De Ιо Kаnааn sur Ρériоdе élесtоrаlе (Соppéе)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Ιо Kаnааn sur Αrums dе Ρаlеstinе (Viviеn)

De Сurаrе- sur «Ô fоrmе quе lеs mаins...» (Viviеn)

De Сurаrе- sur Épitаphе (Νоuvеаu)

De Сurаrе- sur Μаzurkа (Νеlligаn)

De Сhristiаn sur «Се Μоndе, соmmе оn dit, еst unе саgе à fоus...» (Fiеfmеlin)

De Τhundеrbird sur Sur l’аrс-еn-сiеl (Drеlinсоurt)

De Τhundеrbird sur L’Αngе pâlе (Rоllinаt)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Hélаs ! mеs tristеs уеuх sоnt сhаngés еn fоntаinеs...» (Βirаguе)

De Сhristiаn sur Αu lесtеur (Μurgеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе