Jules Laforgue

Des Fleurs de bonne volonté, 1887


La vie qu’elles me font mener


 
                Pas moi, despotiques Vénus
                Offrant sur fond d’or le Lotus
                Du Mal, coiffées à la Titus !
                            Pas moi, Circées
Aux yeux en grand deuil violet comme des pensées !
                            Pas moi, binious
Des Papesses des blancs Champs-Élysées des fous,
                Qui vous relayez de musiques
                Par le calvaire de techniques
                Des sacrilèges domestiques !
 
                Le mal m’est trop ! tant que l’Amour
                S’échange par le temps qui court
                Simple et sans foi comme un bonjour,
                            Des jamais franches
À celles dont le Sort vient le poing sur la hanche,
                            Et que s’éteint
La Rosace du Temple, à voir, dans le satin,
                Ces sexes livrés à la grosse
                Courir, en valsant, vers la Fosse
                Commune des Modernes Noces.
 
                Ô Rosace ! leurs charmants yeux
                C’est des vains cadrans d’émail bleu
                Qui marquent l’heure que l’on veut,
                            Non des pétales,
De ton Soleil des Basiliques Nuptiales !
                            Au premier mot,
Peut-être (on est si distinguée à fleur de peau !)
                Elles vont tomber en syncope
                Avec des regards d’antilope ; —
                Mais tout leur être est interlope !
 
                Tu veux pas fleurir fraternel ?
                C’est bon, on te prendra tel quel,
                Petit mammifère usuel !
                            Même la blague
Me chaut peu de te passer au doigt une bague.
                            — Oh! quel grand deuil,
Pourtant ! leur ferait voir leur frère d’un autre œil !
                Voir un égal d’amour en l’homme
                Et non une bête de somme
                Là pour lui remuer des sommes !
 
                Quoi ? vais-je prendre un air géant,
                Et faire appeler le Néant ?
                Non, non ; ce n’est pas bienséant.
                            Je me promène
Parmi les sommités des colonies humaines ;
                            Du bout du doigt
Je feuillette les versions de l’Unique Loi,
                Et je vivotte, et m’inocule
                Les grands airs gris du crépuscule,
                Et j’en garule ! et j’en garule !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rimbаud : «Qu’еst-се pоur nоus, mоn сœur...»

Ρоnсhоn : Lе Gigоt

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Riсhеpin : Сhаnsоn dеs сlосhеs dе bаptêmеs

Régniеr : Lа Lunе јаunе

Rаmuz : Lе Viеuх Jеаn-Lоuis

Βаudеlаirе : Саusеriе

Βruаnt : À Μоntpеrnаssе

Rimbаud : Βаrbаrе

Rоnsаrd

☆ ☆ ☆ ☆

Gоudеаu : Lа Rоndе du rеmоrds

Viоn Dаlibrау : «Quеl еmbаrrаs à сеttе pоrtе !...»

Βrissаrt : Lа Dаmе а un аmi

Μоntеsquiоu :

Αpоllinаirе : Αnniе

Ρrоust : «Αfin dе mе соuvrir dе fоurrurе еt dе mоirе...»

Rоstаnd : Ρаstоrаlе dеs сосhоns rоsеs

Lоuvigné du Dézеrt : «Guillоt, tiеn сеstе сhеsvrе à lа соrnе dоréе...»

Vеrlаinе : Αrt pоétiquе

Εlskаmp : Μаis соmmе еn imаgе à présеnt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Ρеnsiоnnаirеs (Vеrlаinе)

De Jаdis sur «Lоirе qui vаs dе tоn оndе vitréе...» (Τоurs)

De Jаdis sur Соuplеts dе l’оisеlièrе (Çа fаit pеur аuх оisеаuх) (Gаlоppе d'Οnquаirе)

De Сосhоnfuсius sur «Αmоur vоmit sur mоi sа furеur еt sа rаgе...» (Jоdеllе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Jаdis sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сосhоnfuсius sur Lе Viеuх Ρоnt (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Сurаrе- sur Végétаl (Jаrrу)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Сurаrе- sur Sоlitudе (Μilоsz)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De Αrсhivistе sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

De Duguinе sur Αmstеrdаm (Jаmmеs)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur Μа dаnsе (Сеndrаrs)

De Суоrаnе- sur «Ρаr l’аmplе mеr, lоin dеs pоrts еt аrènеs» (Sаint-Gеlаis)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе