Jules Laforgue

Des Fleurs de bonne volonté, 1887


La vie qu’elles me font mener


 
                Pas moi, despotiques Vénus
                Offrant sur fond d’or le Lotus
                Du Mal, coiffées à la Titus !
                            Pas moi, Circées
Aux yeux en grand deuil violet comme des pensées !
                            Pas moi, binious
Des Papesses des blancs Champs-Élysées des fous,
                Qui vous relayez de musiques
                Par le calvaire de techniques
                Des sacrilèges domestiques !
 
                Le mal m’est trop ! tant que l’Amour
                S’échange par le temps qui court
                Simple et sans foi comme un bonjour,
                            Des jamais franches
À celles dont le Sort vient le poing sur la hanche,
                            Et que s’éteint
La Rosace du Temple, à voir, dans le satin,
                Ces sexes livrés à la grosse
                Courir, en valsant, vers la Fosse
                Commune des Modernes Noces.
 
                Ô Rosace ! leurs charmants yeux
                C’est des vains cadrans d’émail bleu
                Qui marquent l’heure que l’on veut,
                            Non des pétales,
De ton Soleil des Basiliques Nuptiales !
                            Au premier mot,
Peut-être (on est si distinguée à fleur de peau !)
                Elles vont tomber en syncope
                Avec des regards d’antilope ; —
                Mais tout leur être est interlope !
 
                Tu veux pas fleurir fraternel ?
                C’est bon, on te prendra tel quel,
                Petit mammifère usuel !
                            Même la blague
Me chaut peu de te passer au doigt une bague.
                            — Oh! quel grand deuil,
Pourtant ! leur ferait voir leur frère d’un autre œil !
                Voir un égal d’amour en l’homme
                Et non une bête de somme
                Là pour lui remuer des sommes !
 
                Quoi ? vais-je prendre un air géant,
                Et faire appeler le Néant ?
                Non, non ; ce n’est pas bienséant.
                            Je me promène
Parmi les sommités des colonies humaines ;
                            Du bout du doigt
Je feuillette les versions de l’Unique Loi,
                Et je vivotte, et m’inocule
                Les grands airs gris du crépuscule,
                Et j’en garule ! et j’en garule !
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βеrtrаnd : Μоn Βisаïеul

Siеfеrt : Vivеrе mеmеntо

Diеrх : Lеs Νuаgеs

Diеrх : Lа Ρrisоn

Gérаrd : Lа Rоndе dеs mоis

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lе rirе сlаir, l’âmе sаns rеprосhе...»

Régniеr : Lе Μаrаudеur

Hеrvillу : Sur lеs bоrds du Sаubаt

Riсhеpin : Sоnnеt mоdеrnе

Hеrvillу : Βuсоliquе Νоirе

☆ ☆ ☆ ☆

Riсtus : L’Hivеr

Viеlé-Griffin : «Jе сhаntе hаut pоur m’еntеndrе...»

Βеrtrаnd : Μоn Βisаïеul

Rоllinаt : «С’еst vrаi quе dаns lа ruе еllе impоsе à сhасun...»

Diеrх : Εn сhеmin

Vеrlаinе : Rеdditiоn

Régniеr : Élégiе

Riсhеpin : «Quе tа mаîtrеssе sоit оu blоndе, оu rоussе, оu brunе...»

Sаmаin : Εrmiоnе

Lеfèvrе-Dеumiеr : L’Étinсеllе élесtriquе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Μоn Βisаïеul (Βеrtrаnd)

De Сосhоnfuсius sur Ρrièrе pоur lе mаtin (Drеlinсоurt)

De Сосhоnfuсius sur Ρоur lе јеudi 9 јаnviеr 1913 (Ρéguу)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Vоуеllеs (Rimbаud)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Lа Viе аntériеurе (Βаudеlаirе)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Βаllаdе [dеs dаmеs du tеmps јаdis] (Villоn)

De Vinсеnt sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Lеs Étоilеs blеuеs (Rоllinаt)

De lасоtе sur Lа nеigе еst bеllе (Riсhеpin)

De Vinсеnt sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si је pоuvаis pоrtеr dеdаns lе sеin, Μаdаmе...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur «Lа vоiх qui rеtеntit dе l’un à l’аutrе Ρôlе...» (Gоmbаud)

De Ρhèdrе sur «Се mirоir оù сhасun соntеmplе sа figurе...» (Μаllеvillе)

De Kеinеr sur «Βоnnе аnnéе à tоutеs lеs сhоsеs...» (Gérаrd)

De Αnnа ΑKHΜΑΤΟVΑ sur «J’еrrаis еn mоn јаrdin, quаnd аu bоut d’unе аlléе...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur «Βiеnhеurеuх sоit lе јоur, еt lе mоis, еt l’аnnéе...» (Μаgnу)

De Rilkе Rаinеr Μаriа sur J’éсris (Νоаillеs)

De Сurаrе- sur Épitаphе d’un сhаt (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «D’un sоmmеil plus trаnquillе à mеs Αmоurs rêvаnt...» (Viаu)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur «Lе mаl еst grаnd, lе rеmèdе еst si brеf...» (Rоnsаrd)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Сlаudе Gаrniеr

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе