Jules Laforgue

Des Fleurs de bonne volonté, 1887


La vie qu’elles me font mener


 
                Pas moi, despotiques Vénus
                Offrant sur fond d’or le Lotus
                Du Mal, coiffées à la Titus !
                            Pas moi, Circées
Aux yeux en grand deuil violet comme des pensées !
                            Pas moi, binious
Des Papesses des blancs Champs-Élysées des fous,
                Qui vous relayez de musiques
                Par le calvaire de techniques
                Des sacrilèges domestiques !
 
                Le mal m’est trop ! tant que l’Amour
                S’échange par le temps qui court
                Simple et sans foi comme un bonjour,
                            Des jamais franches
À celles dont le Sort vient le poing sur la hanche,
                            Et que s’éteint
La Rosace du Temple, à voir, dans le satin,
                Ces sexes livrés à la grosse
                Courir, en valsant, vers la Fosse
                Commune des Modernes Noces.
 
                Ô Rosace ! leurs charmants yeux
                C’est des vains cadrans d’émail bleu
                Qui marquent l’heure que l’on veut,
                            Non des pétales,
De ton Soleil des Basiliques Nuptiales !
                            Au premier mot,
Peut-être (on est si distinguée à fleur de peau !)
                Elles vont tomber en syncope
                Avec des regards d’antilope ; —
                Mais tout leur être est interlope !
 
                Tu veux pas fleurir fraternel ?
                C’est bon, on te prendra tel quel,
                Petit mammifère usuel !
                            Même la blague
Me chaut peu de te passer au doigt une bague.
                            — Oh! quel grand deuil,
Pourtant ! leur ferait voir leur frère d’un autre œil !
                Voir un égal d’amour en l’homme
                Et non une bête de somme
                Là pour lui remuer des sommes !
 
                Quoi ? vais-je prendre un air géant,
                Et faire appeler le Néant ?
                Non, non ; ce n’est pas bienséant.
                            Je me promène
Parmi les sommités des colonies humaines ;
                            Du bout du doigt
Je feuillette les versions de l’Unique Loi,
                Et je vivotte, et m’inocule
                Les grands airs gris du crépuscule,
                Et j’en garule ! et j’en garule !
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βаïf : «Αfin quе pоur јаmаis...»

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Rimbаud : Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir

Νеrvаl : Εl Dеsdiсhаdо

Rimbаud : Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir

Αјаlbеrt : Ρеtitеs оuvrièrеs

Τоulеt : «Sur l’осéаn соulеur dе fеr...»

Βаtаillе : Lеs Sоuvеnirs

Rоnsаrd : «Lе Сiеl nе vеut, Dаmе, quе је јоuissе...»

Μаgnу : «Αnnе, је vоus suppliе, à bаisеr аpprеnеz...»

☆ ☆ ☆ ☆

Fоurеst : Rеnоnсеmеnt

Lаfоrguе : Сélibаt, сélibаt, tоut n’еst quе сélibаt

Lе Μоinе : L’Îlе du Ρlаisir

Lеfèvrе-Dеumiеr : Lеs Сhеmins dе Fеr

Сеndrаrs : Соmplеt blаnс

Lоrrаin : Соquinеs

Gаutiеr : Lе Jаrdin dеs Ρlаntеs : «J’étаis pаrti, vоуаnt lе сiеl...»

Βérоаldе : Αdiеu : «Jе vеuх sеul, éсаrté, оrеs dаns un bосаgе...»

Sаmаin : Αutоmnе

Сrоs : Libеrté

Cоmmеntaires récеnts

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сосhоnfuсius sur L’Étаpе (Соppéе)

De Сосhоnfuсius sur Lе Ρоnt (Hugо)

De Сосhоnfuсius sur «Βеаuх уеuх, qui rесélеz tаnt dе trаits еt dе fеuх...» (Durаnd)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De tRΟLL sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De L’âmе аuх ninаs sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Сurаrе- sur «Dоulсin, quаnd quеlquеfоis је vоis сеs pаuvrеs fillеs...» (Du Βеllау)

De Fоllоwеur sur «Jе vоis millе bеаutés, еt si n’еn vоis pаs unе...» (Rоnsаrd)

De Εsprit dе сеllе sur «Jе rеgrеttе еn plеurаnt lеs јоurs mаl еmplоуés...» (Dеspоrtеs)

De Ρоr’d’âmе sur Ρlus tаrd (Μusеlli)

De Сhr... sur Αu Соllègе (Évаnturеl)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

De Μоrin dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Fоrаin dе Βlаnсhеmоr sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеhаn Çètоù sur Lе Τаlismаn (Νеlligаn)

De Αrаmis sur L’Hоspitаlité (Fаbrе d'Églаntinе)

De Αrаmis sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе