Lamartine

Méditations poétiques, 1820


La Providence à l’homme


 
Quoi ! le fils du néant a maudit l’existence !
Quoi ! tu peux m’accuser de mes propres bienfaits !
Tu peux fermer tes yeux à la magnificence
            Des dons que je t’ai faits !
 
Tu n’étais pas encor, créature insensée,
Déjà de ton bonheur j’enfantais le dessein ;
Déjà, comme son fruit, l’éternelle pensée
            Te portait dans son sein.
 
Oui, ton être futur vivait dans ma mémoire ;
Je préparais les temps selon ma volonté.
Enfin ce jour parut ; je dis : Nais pour ma gloire
            Et ta félicité !
 
Tu naquis : ma tendresse, invisible et présente,
Ne livra pas mon œuvre aux chances du hasard ;
J’échauffai de tes sens la sève languissante,
            Des feux de mon regard.
 
D’un lait mystérieux je remplis la mamelle ;
Tu t’enivras sans peine à ces sources d’amour.
J’affermis les ressorts, j’arrondis la prunelle
            Où se peignit le jour.
 
Ton âme, quelque temps par les sens éclipsée,
Comme tes yeux au jour, s’ouvrit à la raison :
Tu pensas ; la parole acheva ta pensée,
            Et j’y gravai mon nom.
 
      En quel éclatant caractère
      Ce grand nom s’offrit à tes yeux !
      Tu vis ma bonté sur la terre,
      Tu lus ma grandeur dans les cieux !
      L’ordre était mon intelligence ;
      La nature, ma providence ;
      L’espace, mon immensité !
      Et, de mon être ombre altérée,
      Le temps te peignit ma durée,
      Et le destin, ma volonté !
 
      Tu m’adoras dans ma puissance,
      Tu me bénis dans ton bonheur,
      Et tu marchas en ma présence
      Dans la simplicité du cœur ;
      Mais aujourd’hui que l’infortune
      A couvert d’une ombre importune
      Ces vives clartés du réveil,
      Ta voix m’interroge et me blâme,
      Le nuage couvre ton âme,
      Et tu ne crois plus au soleil.
 
      « Non, tu n’es plus qu’un grand problème
      Que le sort offre à la raison ;
      Si ce monde était ton emblème,
      Ce monde serait juste et bon. »
      Arrête, orgueilleuse pensée ;
      À la loi que je t’ai tracée
      Tu prétends comparer ma loi ?
      Connais leur différence auguste :
      Tu n’as qu’un jour pour être juste,
      J’ai l’éternité devant moi !
 
      Quand les voiles de ma sagesse
      À tes yeux seront abattus,
      Ces maux, dont gémit ta faiblesse,
      Seront transformés en vertus,
      De ces obscurités cessantes
      Tu verras sortir triomphantes
      Ma justice et ta liberté ;
      C’est la flamme qui purifie
      Le creuset divin où la vie
      Se change en immortalité !
 
Mais ton cœur endurci doute et murmure encore ;
Ce jour ne suffit pas à tes yeux révoltés,
Et dans la nuit des sens tu voudrais voir éclore
            De l’éternelle aurore
            Les célestes clartés !
 
Attends ; ce demi-jour, mêlé d’une ombre obscure,
Suffit pour te guider en ce terrestre lieu :
Regarde qui je suis, et marche sans murmure,
            Comme fait la nature
            Sur la foi de son Dieu.
 
La terre ne sait pas la loi qui la féconde ;
L’océan, refoulé sous mon bras tout-puissant,
Sait-il comment au gré du nocturne croissant
            De sa prison profonde
            La mer vomit son onde,
            Et des bords qu’elle inonde
            Recule en mugissant ?
 
Ce soleil éclatant, ombre de ma lumière,
Sait-il où le conduit le signe de ma main ?
S’est-il tracé soi-même un glorieux chemin ?
            Au bout de sa carrière,
            Quand j’éteins sa lumière,
            Promet-il à la terre
            Le soleil de demain ?
 
Cependant tout subsiste et marche en assurance.
Ma voix chaque matin réveille l’univers !
J’appelle le soleil du fond de ses déserts :
            Franchissant la distance,
            Il monte en ma présence,
            Me répond, et s’élance
            Sur le trône des airs !
 
      Et toi, dont mon souffle est la vie ;
      Toi, sur qui mes yeux sont ouverts,
      Peux-tu craindre que je t’oublie,
      Homme, roi de cet univers ?
      Crois-tu que ma vertu sommeille ?
      Non, mon regard immense veille
      Sur tous les mondes à la fois !
      La mer qui fuit à ma parole,
      Ou la poussière qui s’envole,
      Suivent et comprennent mes lois.
 
      Marche au flambeau de l’espérance
      Jusque dans l’ombre du trépas,
      Assuré que ma providence
      Ne tend point de piège à tes pas.
      Chaque aurore la justifie,
      L’univers entier s’y confie,
      Et l’homme seul en a douté !
      Mais ma vengeance paternelle
      Confondra ce doute infidèle
      Dans l’abîme de ma bonté.
 

Commentaire(s)
Déposé par Cochonfucius le 18 octobre 2016 à 11h29

Pentacéphale
---------------

Certains ont contesté, c’est vrai, son existence ;
Il conteste la leur, et voilà, c’est bien fait.
Or, lui s’épanouit dans sa magnificence,
Fier comme un receveur, beau comme un sous-préfet.

Sa sagesse est profonde et n’est pas insensée,
Il a de nobles buts et d’excellents desseins ;
Une fleur, qui ressemble à une humble pensée,
Tout au long de sa vie, le porte dans son sein.

Des chansons de jadis dansent dans sa mémoire ;
Il s’occupe toujours selon sa volonté,
Il vit modestement, ne cherchant point la gloire,
Mais seulement le goût de la félicité !

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Hugо : Guitаrе : «Gаstibеlzа, l’hоmmе à lа саrаbinе...»

Τаvаn : Lа Rоndе dеs mоis

Gаutiеr : Lеs Αссrосhе-сœurs

Fоurеst : Ρsеudо-sоnnеt plus spéсiаlеmеnt truсulеnt еt аllégоriquе

Gilkin : Lа Саpitаlе

Ιwаn Gilkin

Fоurеst : Ρsеudо-sоnnеt аfriсаin еt gаstrоnоmiquе

Βоukау : Τu t’еn irаs lеs piеds dеvаnt

Fаvrе : «Μаgnifiquеs mоndаins...»

☆ ☆ ☆ ☆

Соuté : Lе Сhаmp d’ nаviоts

Lа Сеppèdе : «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...»

Βruаnt : Соnаssе

Sсhwоb : Βоuts rimés

Fоurеst : Unе viе

Сrоs : Sоnnеt : «Βiеn quе Ρаrisiеnnе еn tоus pоints, vоus аvеz...»

Fоurеst : Ιphigéniе

Riсtus : Βеrсеusе pоur un Ρаs-dе-Сhаnсе

Fоurеst : Flеurs dеs mоrts

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Αuјоurd’hui, hiеr, dеmаin (Siеfеrt)

De Νаthаliе sur «Ô musе inсоrrigiblе, оù fаut-il quе tu аillеs !...» (Rоllinаt)

De sуnсhrоniсité sur Lе Rоi Rеnаud (***)

De Jоhn Kеаts sur «Sur lе bоrd d’un bеаu flеuvе Αmоur аvаit tеndu...» (Μаgnу)

De Сосhоnfuсius sur Lе Сhrist аuх Οliviеrs (Νеrvаl)

De Сосhоnfuсius sur «Quаnd Jоdеllе аrrivа sоufflаnt еnсоr sа pеinе...» (Αubigné)

De Lа Μusérаntе sur Lеs Αspеrgеs (Rоllinаt)

De Αllis sur Épitаphе (Νоuvеаu)

De Βоnјоur tristеssе sur Τu t’еn irаs lеs piеds dеvаnt (Βоukау)

De Μаrl’hаinе sur Соnаssе (Βruаnt)

De Gаrсе’sоnnе sur «Νаturе еst аuх bâtаrds vоlоntiеrs fаvоrаblе...» (Du Βеllау)

De Νаdiа sur Εnсоrе сеt аstrе (Lаfоrguе)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Μоn Βisаïеul (Βеrtrаnd)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Vоуеllеs (Rimbаud)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Lа Viе аntériеurе (Βаudеlаirе)

De Vinсеnt sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Lеs Étоilеs blеuеs (Rоllinаt)

De lасоtе sur Lа nеigе еst bеllе (Riсhеpin)

De Vinсеnt sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Kеinеr sur «Βоnnе аnnéе à tоutеs lеs сhоsеs...» (Gérаrd)

De Сhristiаn sur «Βiеnhеurеuх sоit lе јоur, еt lе mоis, еt l’аnnéе...» (Μаgnу)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе