Lamartine

Méditations poétiques, 1820


Le Golfe de Baya

             
près de Naples


        Vois-tu comme le flot paisible
        Sur le rivage vient mourir !
        Vois-tu le volage zéphyr
        Rider, d’une haleine insensible,
        L’onde qu’il aime à parcourir !
        Montons sur la barque légère
        Que ma main guide sans efforts,
        Et de ce golfe solitaire
        Rasons timidement les bords.
 
        Loin de nous déjà fuit la rive.
        Tandis que d’une main craintive
        Tu tiens le docile aviron,
        Courbé sur la rame bruyante
        Au sein de l’onde frémissante
        Je trace un rapide sillon.
 
        Dieu ! quelle fraîcheur on respire !
        Plongé dans le sein de Thétis,
        Le soleil a cédé l’empire
        À la pâle reine des nuits.
        Le sein des fleurs demi-fermées
        S’ouvre, et de vapeurs embaumées
        En ce moment remplit les airs ;
        Et du soir la brise légère
        Des plus doux parfums de la terre
        À son tour embaume les mers.
 
        Quels chants sur ces flots retentissent ?
        Quels chants éclatent sur ces bords ?
        De ces deux concerts qui s’unissent
        L’écho prolonge les accords.
        N’osant se fier aux étoiles,
        Le pêcheur, repliant ses voiles,
        Salue, en chantant, son séjour.
        Tandis qu’une folle jeunesse
        Pousse au ciel des cris d’allégresse,
        Et fête son heureux retour.
 
        Mais déjà l’ombre plus épaisse
        Tombe, et brunit les vastes mers ;
        Le bord s’efface, le bruit cesse,
        Le silence occupe les airs.
        C’est l’heure où la mélancolie
        S’assoit pensive et recueillie
        Aux bords silencieux des mers,
        Et, méditant sur les ruines,
        Contemple au penchant des collines
        Ce palais, ces temples déserts.
 
Ô de la liberté vieille et sainte patrie !
Terre autrefois féconde en sublimes vertus !
Sous d’indignes Césars maintenant asservie,
Ton empire est tombé ! tes héros ne sont plus !
        Mais dans ton sein l’âme agrandie
Croit sur leurs monuments respirer leur génie,
Comme on respire encor dans un temple aboli
La majesté du dieu dont il était rempli.
Mais n’interrogeons pas vos cendres généreuses,
Vieux Romains ! fiers Catons ! mânes des deux Brutus !
Allons redemander à ces murs abattus
Des souvenirs plus doux, des ombres plus heureuses.
 
        Horace, dans ce frais séjour,
        Dans une retraite embellie
        Par le plaisir et le génie,
        Fuyait les pompes de la cour ;
        Properce y visitait Cinthie,
        Et sous les regards de Délie
Tibulle y modulait les soupirs de l’amour.
Plus loin, voici l’asile où vint chanter le Tasse,
Quand, victime à la fois du génie et du sort,
Errant dans l’univers, sans refuge et sans port,
La pitié recueillit son illustre disgrâce.
Non loin des mêmes bords, plus tard il vint mourir ;
La gloire l’appelait, il arrive, il succombe :
La palme qui l’attend devant lui semble fuir,
Et son laurier tardif n’ombrage que sa tombe.
 
Colline de Baya ! poétique séjour !
Voluptueux vallon qu’habita tour à tour
        Tout ce qui fut grand dans le monde,
Tu ne retentis plus de gloire ni d’amour.
        Pas une voix qui me réponde,
        Que le bruit plaintif de cette onde,
Ou l’écho réveillé des débris d’alentour !
 
        Ainsi tout change, ainsi tout passe ;
        Ainsi nous-mêmes nous passons,
        Hélas ! sans laisser plus de trace
        Que cette barque où nous glissons
        Sur cette mer où tout s’efface.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Οrléаns : «Jе mеurs dе sоif, еn сôté lа fоntаinе...»

Οrléаns : «Diеu, qu’il lа fаit bоn rеgаrdеr...»

Rоdеnbасh : «Lеs суgnеs blаnсs, dаns lеs саnаuх dеs villеs mоrtеs...»

Sсаliоn dе Virblunеаu : «Étаnt аu lit соuсhé, аu liеu dе rеpоsеr...»

Klingsоr : L’Ιnutilе Сhаnsоn

Viаu : «L’аutrе јоur inspiré d’unе divinе flаmmе...»

Viаu : «Αu mоins аi-је sоngé quе је vоus аi bаiséе...»

Lаmаrtinе : Αuх Сhrétiеns dаns lеs tеmps d’éprеuvе

Sсudérу : Ρhilis dаnsе lа Sаrаbаndе

Sсudérу : Sur un Sоngе

☆ ☆ ☆ ☆

Οrléаns : «Jе mеurs dе sоif, еn сôté lа fоntаinе...»

Viаu : «L’аutrе јоur inspiré d’unе divinе flаmmе...»

Αpоllinаirе : Dаmе à lа sеrvаntе

Αubigné : Εхtаsе

Drеlinсоurt : Sur lеs Ρiеrrеs préсiеusеs

Vоiturе : «D’un buvеur d’еаu, соmmе аvеz débаttu...»

Sаrrаsin : «Lа bеаuté quе је sеrs...»

Hugо : Сlаirе Ρ.

Rоdеnbасh : «Dоuсеur du sоir ! Dоuсеur dе lа сhаmbrе sаns lаmpе !...»

Αpоllinаirе : Сœur соurоnnе еt mirоir

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt d’Αutоmnе (Βаudеlаirе)

De Сосhоnfuсius sur Εхtаsе (Αubigné)

De Сhristiаn sur Guitаrе : «Gаstibеlzа, l’hоmmе à lа саrаbinе...» (Hugо)

De Сосhоnfuсius sur Ρsеudо-sоnnеt plus spéсiаlеmеnt truсulеnt еt аllégоriquе (Fоurеst)

De Сrуstасé sur «Αuprès dе се bеаu tеint, lе lуs еn nоir sе сhаngе...» (Αubigné)

De piсh24 sur Ρhilis dаnsе lа Sаrаbаndе (Sсudérу)

De Rоlаnd Βасri sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Ρ10H24- sur Εllе еt lui (Αutrаn)

De Jеhаn Fоntаinе sur Lе Glаnd еt lе Сhаmpignоn (Lасhаmbеаudiе)

De Сurаrе- sur «Quаnd је vоudrаi sоnnеr dе mоn grаnd Αvаnsоn...» (Du Βеllау)

De Αrаmis sur «Quаnd mоn fil sе саssеrа sоus...» (Ρеllеrin)

De Αmаris- sur Sуmbоlе (Gilkin)

De Εsprit dе сеllе sur Sоnnеt mélаnсоliquе (Αdеlswärd-Fеrsеn)

De Сurаrе- sur Αprès lа bаtаillе (Hugо)

De Αrаmis sur Dimаnсhе sоir (Rаmuz)

De Μilоu dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Filоu dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Quеuflу sur «Vоus Flеuvеs еt Ruissеаuх, еt vоus, сlаirеs Fоntаinеs...» (Сhаndiеu)

De Αrаmis sur Βаllаdе dеs grоs dindоns (Rоstаnd)

De Lе Gаrdiеn sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

De Εsprit dе сеllе sur Républiquе Αrgеntinе — Lа Ρlаtа (Lеvеу)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе