Victor de Laprade


Une voix dans l’herbe


 
Voix des torrents, des mers, dominant toute voix,
              Pins au large murmure.
Vous ne dites pas tout, grandes eaux et grands bois,
              Ce que sent la nature.
 
Vous n’exhalez pas seuls, ô vastes instruments,
              Ses accords gais ou mornes ;
Vous ne faites pas seuls, en vos gémissements,
              Parler l’être sans bornes.
 
Vous ne dites pas seuls les mots révélateurs
              D’un invisible monde ;
L’âme éclate à travers de plus humbles chanteurs,
              Une âme aussi profonde !
 
Le filet d’eau caché sous l’herbe, le buisson,
              La touffe de bruyère,
L’épi, le brin de mousse, ont aussi leur chanson,
              Ont aussi leur prière.
 
Bruit de la goutte d’eau monotone et plaintif,
              Cri des feuilles froissées,
Où, seul, trouve un accent le poète attentif
              Aux choses délaissées ;
 
Murmure inaperçu du brin d’herbe odorant
              Qui tremble à ma fenêtre,
Tu sors, comme la voix du chêne et du torrent,
              Des entrailles de l’être !
 
Tu parles d’infini, comme sur les sommets
              L’orgue des bois immenses.
Qui commencent aussi, sans l’achever jamais,
              L’accord que tu commences.
 
Ainsi vous, cœurs perdus dans l’ombre et dans l’oubli,
              Cœurs muets pour la foule,
Filet d’eau sous la pierre ou l’herbe enseveli,
              Brin de mousse qu’on foule ;
 
L’harmonie est en vous, l’accord triste ou joyeux !
              Et qui bien vous écoute,
Distingue avec amour le flot mystérieux
              Qui filtre goutte à goutte.
 
Ce soupir contenu qui s’exhale à regret
              N’en est pas moins sublime ;
C’est un monde profond autant qu’il est secret,
              Que ce murmure exprime.
 
Mais pour l’entendre, il faut, vers l’humble voix penché,
              Dans un lieu solitaire,
Comme vers le ruisseau sous ces gazons caché,
              S’arrêter et se taire.
 
Or, le sage, écoutant, loin du monde moqueur,
              Dieu dans la moindre brise,
Saisit pour son clavier et garde dans son cœur
              Tous ces bruits qu’on méprise ;
 
Car tous, là-haut, soupirs exhalés, sans témoin,
              Du brin d’herbe ou du hêtre,
Pour l’éternel concert, avec le même soin,
              Sont notés par le Maître !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lа Villе dе Μirmоnt : «Ρаr un sоir dе brоuillаrd, еn un fаubоurg du nоrd...»

Lаfоrguе : Guitаrе : «Vоus qui vаlsеz се sоir...»

Jаmmеs : J’аimе l’ânе

Rоllinаt : L’Αngе pâlе

Vоltаirе : «Сi-gît qui tоuјоurs bаbillа...»

Lаmаrtinе : Ρеnséе dеs mоrts

Сrоs : Сrоquis

Αpоllinаirе : Grаtitudе

Αgоult : L’Αdiеu

Μауnаrd : «Νуmphеs, dе grâсе, аpprосhеz-vоus...»

☆ ☆ ☆ ☆

Rоllinаt : Lа Сhаnsоn dе l’аmаnt

Jаmmеs : ΑLΕXΑΝDRΕ DΕ RUСHΕΝFLΕUR (frаgmеnt)

Vеrlаinе : Соlоmbinе

Gérаrd : Lа Сhаumièrе

Rоllinаt : Sаgеssе du fоu

Vеrlаinе : «Lеs pаssаgеs Сhоisеul аuх оdеurs dе јаdis...»

Rоdеnbасh : Dégоût

Vоltаirе : «Hé quоi ! vоus êtеs étоnnéе...»

Vоiturе : «Ρоur vоus sеrvir...»

Du Βеllау : Villаnеllе : «Εn се mоis déliсiеuх...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Μеrlе (Klingsоr)

De Jаdis sur Саügt (Jаmmеs)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt mаdrigаl (Сrоs)

De Εsprit dе сеllе sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur «L’еаu hоulеusе du pоrt еst sаns mirаgе аuсun...» (Rоdеnbасh)

De Jаdis sur «Jе nе sаis pоurquоi...» (Vеrlаinе)

De Сосhоnfuсius sur Lа Μоrt dе l’Αiglе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Ρhèdrе (Fоurеst)

De Gégé sur Sоir dе Μоntmаrtrе. (Τоulеt)

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz