Victor de Laprade


Une voix dans l’herbe


 
Voix des torrents, des mers, dominant toute voix,
              Pins au large murmure.
Vous ne dites pas tout, grandes eaux et grands bois,
              Ce que sent la nature.
 
Vous n’exhalez pas seuls, ô vastes instruments,
              Ses accords gais ou mornes ;
Vous ne faites pas seuls, en vos gémissements,
              Parler l’être sans bornes.
 
Vous ne dites pas seuls les mots révélateurs
              D’un invisible monde ;
L’âme éclate à travers de plus humbles chanteurs,
              Une âme aussi profonde !
 
Le filet d’eau caché sous l’herbe, le buisson,
              La touffe de bruyère,
L’épi, le brin de mousse, ont aussi leur chanson,
              Ont aussi leur prière.
 
Bruit de la goutte d’eau monotone et plaintif,
              Cri des feuilles froissées,
Où, seul, trouve un accent le poète attentif
              Aux choses délaissées ;
 
Murmure inaperçu du brin d’herbe odorant
              Qui tremble à ma fenêtre,
Tu sors, comme la voix du chêne et du torrent,
              Des entrailles de l’être !
 
Tu parles d’infini, comme sur les sommets
              L’orgue des bois immenses.
Qui commencent aussi, sans l’achever jamais,
              L’accord que tu commences.
 
Ainsi vous, cœurs perdus dans l’ombre et dans l’oubli,
              Cœurs muets pour la foule,
Filet d’eau sous la pierre ou l’herbe enseveli,
              Brin de mousse qu’on foule ;
 
L’harmonie est en vous, l’accord triste ou joyeux !
              Et qui bien vous écoute,
Distingue avec amour le flot mystérieux
              Qui filtre goutte à goutte.
 
Ce soupir contenu qui s’exhale à regret
              N’en est pas moins sublime ;
C’est un monde profond autant qu’il est secret,
              Que ce murmure exprime.
 
Mais pour l’entendre, il faut, vers l’humble voix penché,
              Dans un lieu solitaire,
Comme vers le ruisseau sous ces gazons caché,
              S’arrêter et se taire.
 
Or, le sage, écoutant, loin du monde moqueur,
              Dieu dans la moindre brise,
Saisit pour son clavier et garde dans son cœur
              Tous ces bruits qu’on méprise ;
 
Car tous, là-haut, soupirs exhalés, sans témoin,
              Du brin d’herbe ou du hêtre,
Pour l’éternel concert, avec le même soin,
              Sont notés par le Maître !
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βаïf : «Αfin quе pоur јаmаis...»

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Rimbаud : Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir

Νеrvаl : Εl Dеsdiсhаdо

Rimbаud : Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir

Αјаlbеrt : Ρеtitеs оuvrièrеs

Τоulеt : «Sur l’осéаn соulеur dе fеr...»

Βаtаillе : Lеs Sоuvеnirs

Rоnsаrd : «Lе Сiеl nе vеut, Dаmе, quе је јоuissе...»

Μаgnу : «Αnnе, је vоus suppliе, à bаisеr аpprеnеz...»

☆ ☆ ☆ ☆

Fоurеst : Rеnоnсеmеnt

Lаfоrguе : Сélibаt, сélibаt, tоut n’еst quе сélibаt

Lе Μоinе : L’Îlе du Ρlаisir

Lеfèvrе-Dеumiеr : Lеs Сhеmins dе Fеr

Сеndrаrs : Соmplеt blаnс

Lоrrаin : Соquinеs

Gаutiеr : Lе Jаrdin dеs Ρlаntеs : «J’étаis pаrti, vоуаnt lе сiеl...»

Βérоаldе : Αdiеu : «Jе vеuх sеul, éсаrté, оrеs dаns un bосаgе...»

Sаmаin : Αutоmnе

Сrоs : Libеrté

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur L’Étаpе (Соppéе)

De Сосhоnfuсius sur Lе Ρоnt (Hugо)

De Сосhоnfuсius sur «Βеаuх уеuх, qui rесélеz tаnt dе trаits еt dе fеuх...» (Durаnd)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De tRΟLL sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De L’âmе аuх ninаs sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Сurаrе- sur «Dоulсin, quаnd quеlquеfоis је vоis сеs pаuvrеs fillеs...» (Du Βеllау)

De Fоllоwеur sur «Jе vоis millе bеаutés, еt si n’еn vоis pаs unе...» (Rоnsаrd)

De Εsprit dе сеllе sur «Jе rеgrеttе еn plеurаnt lеs јоurs mаl еmplоуés...» (Dеspоrtеs)

De Ρоr’d’âmе sur Ρlus tаrd (Μusеlli)

De Сurаrе- sur «Βаrquе, qui vаs flоttаnt sur lеs éсuеils du mоndе...» (Duplеssis-Μоrnау)

De Сhr... sur Αu Соllègе (Évаnturеl)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

De Μоrin dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Fоrаin dе Βlаnсhеmоr sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеhаn Çètоù sur Lе Τаlismаn (Νеlligаn)

De Αrаmis sur L’Hоspitаlité (Fаbrе d'Églаntinе)

De Αrаmis sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz