Gabriel-Charles de Lattaignant


Maximes de coquetterie


 

À Mlle de Navarre


Jeune Iris, souffrez sans courroux
        De passer pour coquette.
Pourquoi vous offenseriez-vous
        D’une telle épithète ?
Quelque grain de légèreté
        Et de coquetterie
Ajoute encore à la beauté
        Le titre de jolie !
 
Ne voyons-nous pas tous les jours
        Folâtrer sur vos traces
Presque autant de nouveaux amours
        Qu’on voit en vous de grâces ?
On n’engage qu’un seul amant,
        Quand on est si fidèle.
Qui ne veut que plaire en a cent
        Qui voltigent comme elle.
 
Pourquoi vouloir mal à propos
        Vous piquer de constance ?
Cette triste vertu des sots
        N’est plus de mode en France.
Laissez aux belles du commun
        L’honneur d’être constante.
Vaut-il mieux n’en rendre heureux qu’un,
        Que d’en amuser trente ?
 
Ces belles dont l’antiquité
        Consacre la mémoire,
Avec plus de fidélité,
        Auraient eu moins de gloire ;
Et sans le nombre des amants
        Qui les ont adorées,
Que de déesses de ce temps
        Qui seraient ignorées !
 
Nous aurait-on parlé jamais
        De la beauté d’Hélène,
Sans ces rois et ces héros grecs,
        Qui portèrent sa chaîne ?
Vénus même, sans les amours
        Qui naissent sur ses traces,
À Paphos s’ennuierait toujours
        Seule avec ses trois Grâces.
 
Imitez toujours nos guerriers,
        Si jaloux de la gloire ;
Ils ne veulent que des lauriers
        Pour prix de leur victoire.
À peine un cœur est-il dompté,
        Attaquez-en un autre.
Triomphez de leur liberté ;
        Jouissez de la vôtre.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μаrоt : Dе sоi-mêmе

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Ρеllеrin : «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...»

Соrbièrе : Lе Ρоètе еt lа Сigаlе

Соrbièrе : Lа Сigаlе еt lе pоètе

Fоrt : Εn rеvеnаnt dе Sаint-Μаrtin

☆ ☆ ☆ ☆

Αpоllinаirе : «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...»

Vеrlаinе : «Lе sоlеil, mоins аrdеnt, luit сlаir аu сiеl mоins dеnsе...»

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Vignу : Lеs Dеstinéеs

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Kееpsаkе (Sаmаin)

De Jаdis sur «Ρаr l’аppеl sоuriаnt dе sа сlаirе étеnduе...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сосhоnfuсius sur «Εh biеn, оui ! ј’аimе un plаt саnаillе...» (Glаtignу)

De Сосhоnfuсius sur «Сi-gît qui fut dе bоnnе tаillе...» (Sсаrrоn)

De Jаdis sur «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...» (Αpоllinаirе)

De Jаdis sur «Τоut hоmmе а sеs dоulеurs...» (Сhéniеr)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Сhristiаn sur Lа dеrnièrе rоndе (Frаnс-Νоhаin)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

De Сhristiаn sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе