Gabriel-Charles de Lattaignant


Maximes de coquetterie


 

À Mlle de Navarre


Jeune Iris, souffrez sans courroux
        De passer pour coquette.
Pourquoi vous offenseriez-vous
        D’une telle épithète ?
Quelque grain de légèreté
        Et de coquetterie
Ajoute encore à la beauté
        Le titre de jolie !
 
Ne voyons-nous pas tous les jours
        Folâtrer sur vos traces
Presque autant de nouveaux amours
        Qu’on voit en vous de grâces ?
On n’engage qu’un seul amant,
        Quand on est si fidèle.
Qui ne veut que plaire en a cent
        Qui voltigent comme elle.
 
Pourquoi vouloir mal à propos
        Vous piquer de constance ?
Cette triste vertu des sots
        N’est plus de mode en France.
Laissez aux belles du commun
        L’honneur d’être constante.
Vaut-il mieux n’en rendre heureux qu’un,
        Que d’en amuser trente ?
 
Ces belles dont l’antiquité
        Consacre la mémoire,
Avec plus de fidélité,
        Auraient eu moins de gloire ;
Et sans le nombre des amants
        Qui les ont adorées,
Que de déesses de ce temps
        Qui seraient ignorées !
 
Nous aurait-on parlé jamais
        De la beauté d’Hélène,
Sans ces rois et ces héros grecs,
        Qui portèrent sa chaîne ?
Vénus même, sans les amours
        Qui naissent sur ses traces,
À Paphos s’ennuierait toujours
        Seule avec ses trois Grâces.
 
Imitez toujours nos guerriers,
        Si jaloux de la gloire ;
Ils ne veulent que des lauriers
        Pour prix de leur victoire.
À peine un cœur est-il dompté,
        Attaquez-en un autre.
Triomphez de leur liberté ;
        Jouissez de la vôtre.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lа Fоntаinе : Lа Βеsасе

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оubli dеs mоrts

Lаfоrguе : Соmplаintе du fœtus dе pоètе

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lоrsquе је t’аi соnnuе аuх Îlеs dе lа Sоndе...»

Ρоnсhоn : Ρаrtiе dе сhаssе

Jаmmеs : Lеs Νègrеs

☆ ☆ ☆ ☆

Ghil : Lеs Yеuх dе l’аïеulе

Sсhwоb : Βоuts rimés

Du Βеllау : «Jе nе tе priе pаs dе lirе mеs éсrits...»

Viviеn : «Ρаrlе-mоi, dе tа vоiх pаrеillе à l’еаu соurаntе...»

Ρоnсhоn : Сhаnsоn dе printеmps

Hеrvillу : Βuсоliquе Νоirе

Νоuvеаu : Αu muséе dеs аntiquеs

Hеrvillу : Sur lеs bоrds du Sаubаt

Cоmmеntaires récеnts

De Τhundеrbird sur L’Αmbitiоn tаnсéе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сосhоnfuсius sur Sоngе (Μаrbеuf)

De Сосhоnfuсius sur «Quаnd је tе vis еntrе un milliеr dе Dаmеs...» (Βаïf)

De Сосhоnfuсius sur Αu сiеl (Αpоllinаirе)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Vinсеnt sur Élоgе à lа јеunе fillе (Sеgаlеn)

De Dupаnlоup sur Ρаrtiе dе сhаssе (Ρоnсhоn)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Τhundеrbird sur Sur un tоmbеаu (Τristаn L'Hеrmitе)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lilith sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе