Eugène Le Mouël

Fleur de blé noir, 1901


Supplique au lutteur de Scaër


 
Lutteur trapu, terreur des hommes et des bêtes,
Qui portes, sans faiblir, un poulain de deux ans,
Et dont le torse nu, marqué de doigts pesants,
Fume au soleil parmi la poussière des fêtes,
 
Ô Lutteur de Scaër, aux cheveux plantés bas,
Dont le col de taureau se gonfle sous l’outrage,
Chôme, un de ces matins. — Quitte ton labourage,
Marche vers mon logis armé de ton penn-baz ;
 
Suis, vers le haut des monts, la route forestière
D’où l’on voit, par instants, la mer à l’horizon ;
Tes pieds seront moins las en foulant le gazon,
Ta gorge s’emplira de la brise côtière.
 
Ménage ton haleine ; arrive avec lenteur.
Je t’attendrai dans mon courtil, clos d’aubépines ;
Le merle noir, en paix, y vit de ses rapines,
L’abeille y va dormir dans les pois de senteur.
 
Tu le reconnaîtras à son calme, à son ombre,
Le jardin broussailleux que négligent mes bras :
Regarde par-dessus la haie — et tu verras
Un rêveur au front blanc sous le feuillage sombre.
 
Je suis un fou d’amour, de ceux dont tu souris !
Et j’incline ma tête où tournent des chimères,
Des songes fugitifs pareils aux Éphémères
Virant, sans fin, dans l’air profond des soirs fleuris !
 
L’aurore, en mon enclos, se parfume de menthe,
Midi, ruisselant d’or, s’empourpre aux groseilliers,
La nuit tombe en faisant chanter les peupliers ;
À quoi bon ? — Plus jamais n’y viendra mon amante !
 
Donc, par-dessus la haie, ô Lutteur inclément,
Tu me verras pleurer. — Raille-moi, je t’en prie !
Sois amer, sois cruel ! Trouble ma rêverie !
Que ton brutal défi ravive mon tourment !
 
Insulte mon amour ! Je veux que tu l’insultes !
Pour que, malgré tes yeux injectés de sang vil,
Moi, que ton poing massif peut tordre ainsi qu’un fil,
Je franchisse d’un bond les broussailles incultes.
 
Alors, Lutteur, prends-moi. Frappe, renverse, étreins !
Le craquement des os est doux à ton oreille ;
Comme le vigneron les grappes de la treille,
Écrase allègrement ma poitrine et mes reins !
 
Je sentirai mon cœur se vider goutte à goutte :
Mon cœur, tel que l’épi battu par les fléaux,
Que la feuille séchée aux pignons des préaux,
Tel que le fruit tombé sur l’ajonc de la route !
 
Quand tu l’auras broyé dans un suprême effort,
Arrête-toi. — Remets ta ceinture et ta veste,
Et puis va-t’en. — Je veux que le souffle me reste ;
Je pourrai vivre heureux, car mon cœur sera mort.
 
Tu t’en retourneras, vaniteux de ta force,
Ô Lutteur, provoquant à des combats nouveaux,
Abattant méchamment la tête des pavots
Et dépouillant les troncs légers de leur écorce.
 
Et moi, dans mon courtil en fleurs j’irai m’asseoir.
Ne portant plus en moi la peine accoutumée,
Je me réjouirai de l’aube parfumée,
Des midis empourprés et des chansons du soir !
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Fоrt : Соnvоi dе Ρаul Vеrlаinе аprès un tоurbillоn dе nеigе

Vаuсаirе : Соnsеils à mа pеtitе аmiе

Sаmаin : Unе

Vаlérу : Lе Суgnе

Dubus : Μаdrigаl

Vаlérу : Lе Суgnе

Lоuÿs : Sеin dе brаnléе

Βаudеlаirе : Sеd nоn sаtiаtа

Сrоs : Lа Сhаnsоn dеs Hуdrоpаthеs

Βrinn’Gаubаst : Μаtin d’ivrеssе

☆ ☆ ☆ ☆

Vаlérу : Lе Βеаu Dimаnсhе

Βruаnt : Fаntаisiе tristе

Αutrаn : Lе Ρrintеmps du сritiquе

Vаlmоrе : Αdiеu à l’еnfаnсе

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Vеrhаеrеn : «Lе sоir tоmbе, lа lunе еst d’оr...»

Vаuсаirе : Répétitiоn

Βrinn’Gаubаst : Dеvаnt lа Μоrt

Βrinn’Gаubаst : Εstо vir

Rоdеnbасh : «Lа flоttе dеs hеurеuх суgnеs аppаrеillаit...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur L’Αzur (Μаllаrmé)

De Сосhоnfuсius sur Lе Τеint (Sсhеlаndrе)

De Сосhоnfuсius sur «Βеllе qui d’un rеgаrd...» (Βеаuјеu)

De Ρеrvеrs nаrсissе sur «Ρuisquе lеs сhаmps јоuissеnt dе mа bеllе...» (Τоurs)

De Vinсеnt sur «Εst-il riеn dе plus vаin qu’un sоngе mеnsоngеr...» (Сhаssignеt)

De Vinсеnt sur «Αmоur, је prеnds соngé dе tа mеntеusе éсоlе...» (Rоnsаrd)

De ΒiΒ lа bаlеinе sur «Quаnd је tе vis еntrе un milliеr dе Dаmеs...» (Βаïf)

De Сhristiаn sur Lеs Ρоrсs (Vеrhаеrеn)

De Сrаpаudinе sur Splееn : «Μеs intimеs dоulеurs...» (Ο'Νеddу)

De Αmаndinе ΟZΑUR sur Sоnnеt fоutаtif (Lе Ρеtit)

De Vinсеnt sur Désir d’оisеаu (Βrinn'Gаubаst)

De Сurаrе- sur Βrеtаgnе еst univеrs (Sаint-Ρоl-Rоuх)

De Сurаrе- sur «Αimе, si tu lе vеuх, је nе l’еmpêсhе pаs...» (Viоn Dаlibrау)

De Sаudаdе sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Αmаndinе ΟZΑUR sur À Сhаrlеs dе Sivrу (Vеrlаinе)

De riс(h)аrd sur Lеs Соnquérаnts (Hеrеdiа)

De Сhristiаn sur Un début (Αutrаn)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Τоtо28 sur Βibliоthèquеs (Αutrаn)

De Τоtо28 sur Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...» (Μussеt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz