Claude Le Petit


Sonnet foutatif


 
Foutre du cul, foutre du con,
Foutre du Ciel et de la Terre,
Foutre du diable et du tonnerre,
Et du Louvre et de Montfaucon.
 
Foutre du temple et du balcon,
Foutre de la paix, de la guerre,
Foutre du feu, foutre du verre,
Et de l’eau et de l’Hélicon.
 
Foutre des valets et des maîtres,
Foutre des moines et des prêtres,
Foutre du foutre et du fouteur.
 
Foutre de tout le monde ensemble,
Foutre du livre et du lecteur,
Foutre du sonnet, que t’en semble ?
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 30 août 2016 à 18h28

Ambibonhomme
-------------------

L’ambibonhomme, il est fou, mais pas con,
Mangeant du pain sans retourner la terre ;
Dans sa cabane, il se rit du tonnerre
Et voit l’éclair du haut de son balcon.

Que répond-il, si nous le critiquons ?
Il n’est de ceux qui partiront en guerre,
Mais bien de ceux qui offriront un verre,
Et, dans le calme, avec lui nous trinquons.

L’ambibonhomme, il ne veut pas de maître,
Il vit sa vie sans le secours d’un prêtre,
De cette farce, il est le seul acteur.

À lui tout seul, il forme un bel ensemble ;
L’ambibonhomme est heureux, ce me semble,
Si tu m’en crois, sois comme lui, lecteur.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 9 septembre 2018 à 19h02

Cabane fraternelle
----------------------

Un vin plaisant dans de simples flacons
Puis un festin des produits de la terre ;
Dans la cabane, on se rit du tonnerre,
Léger logis qui n’a pas de balcon.

De poésie jamais nous n’abdiquons,
Mais sans aller jusqu’à partir en guerre ;
Dans ce chalet, chacun se verse un verre,
Nourris de gnose, en ce lieu nous trinquons.

L’ange, l’apôtre, ils sont sans dieu ni maître,
Aucun des deux ne voudrait être un prêtre ;
Et de leurs jours, ils sont les seuls acteurs.

Ces deux frangins forment un bel ensemble ;
Et leur destin est heureux, ce me semble,
En écrivant, ils trouvent des lecteurs.


https://tinyurl.com/ydypzoz8

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Sayalotus le 9 septembre 2018 à 20h02

Saya se demande
Pourquoi tu as délaissé Marc
Pour la froide pierre __

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Vincent le 11 septembre 2018 à 07h48

Nuit magique


"Ne compte que l’ivresse, on se fout du flacon, »
Proclament deux amies tout en levant leur verre
En direction du ciel, lorsqu’un coup de tonnerre
Fait trembler les vitres de leur petit balcon.

« On dirait qu’avec Dieu, tous les trois nous trinquons,
À moins qu’au contraire il nous fasse la guerre ! »
Ajoute l’une d’elle, en remplissant son verre
(Qu’elle a vidé cul-sec), de bière et de Picon.

À force de boire de ce mélange traitre,
De leur comportement, elles ne sont plus maîtres,
Un joint de cannabis est lui aussi acteur.

Chacune ôte à l’autre doucement son ensemble,
Puis leurs corps dénudés ardemment se rassemble,
La suite, par pudeur, je la tais au lecteur.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Amandine OZAUR le 11 septembre 2018 à 11h09

Puis LEURS corps dénudés ardemment se rassemBLENT,

Je passe l’éponge (ou plutôt je jette l’éponge) sur les incongruités diverses qui peuplent cette parodie de pastiche.... Sauf peut-être celle-ci :

ELLES ne sont plus maîTRESSES !

Je note 08/20

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μаgnу : «Ô bеаuх уеuх bruns, ô rеgаrds détоurnés...»

Rасinе : Βritаnniсus. Αсtе ΙΙ, Sсènе 2

Βеllеаu : Lа Βеllе Νuit

Τаilhаdе : Ιnitiаtiоn

Klingsоr : Lе Νаin

Саmillе Μаuсlаir

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Dеlillе : Lе Соin du fеu

Lаfоrguе : Dаns lа ruе

Sаtiе : Lе Τrаînеаu

☆ ☆ ☆ ☆

Μussеt : Sur unе mоrtе

Du Βеllау : «Μаudit sоit millе fоis lе Βоrgnе dе Libуе...»

Hugо : Répоnsе à un асtе d’ассusаtiоn

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Gréсоurt : Lе biеn viеnt еn dоrmаnt

Vitré : «Μоn âmе еst un rоsеаu fаiblе, sес еt stérilе...»

Hugо : À dеs оisеаuх еnvоlés

Diеrх : Εn сhеmin

Rоllinаt : Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs

Сrоs : Sоir

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Vœu (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сосhоnfuсius sur «Се Μоndе, соmmе оn dit, еst unе саgе à fоus...» (Fiеfmеlin)

De Сосhоnfuсius sur «Соmmе јаdis l’âmе dе l’univеrs...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...» (Τоulеt)

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Сосhоnfuсius sur Sur lе pаssаgе dе lа Μеr Rоugе (Drеlinсоurt)

De Jаdis sur Sоnnеt bоuts-rimés (Gаutiеr)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz