Charles Leconte de Lisle

Poèmes barbares, 1862


Aux morts


 
Après l’apothéose, après les gémonies,
Pour le vorace oubli marqués du même sceau,
Multitudes sans voix, vains noms, races finies,
Feuilles du noble chêne ou de l’humble arbrisseau ;
 
Vous dont nul n’a connu les mornes agonies,
Vous qui brûliez d’un feu sacré dès le berceau,
Lâches, saints et héros, brutes, mâles génies,
Ajoutés au fumier des siècles par monceau ;
 
Ô lugubres troupeaux des morts, je vous envie,
Si, quand l’immense espace est en proie à la vie,
Léguant votre misère à de vils héritiers,
 
Vous goûtez à jamais, hôtes d’un noir mystère,
L’irrévocable paix inconnue à la terre,
Et si la grande nuit vous garde tout entiers !
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 2 juin 2015 à 14h20

Autres jongleurs
----------------

Ces danseurs léonins cultivent l’harmonie
Et de la gravité brisent le pesant sceau ;
Déployant sur le sol des grâces infinies,
Leurs bras peuvent sembler des branches d’arbrisseaux.

Ils montent sur la piste, et, toute peur bannie,
Font scintiller leur art, appris dès le berceau ;
Ces jongleurs épatants sont de petits génies,
Et, paraît-il, aussi de joyeux commesaux.

-- Moi, scribe sédentaire, au soir, je vous envie,
Autant de mouvement dans vos joyeuses vies
Et dans la mienne rien, je suis mort à moitié;

-- Comme l’acrobatie, la plume a son mystère ;
Et toi, demi-vivant, rimailleur terre à terre,
Nous te garantissons que tu vis en entier.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 2 juin 2015 à 14h56

Dernier vers du deuxième quatrain :

commensaux.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Jadis le 29 mars 2020 à 11h17


Sobrement, sans onction, sans pleurs, sans litanies,
Vous avez accompli votre ultime sursaut ;
Nul mage intègre n’a veillé votre agonie,
On a jeté la cendre et la perle aux pourceaux.

Fut-ce crime odieux, ou simple vilenie —
Adieu, salut à vous, ô morts paradoxaux,
Victimes du calcul et de l’ignominie,
Vieillards, femmes, quidams, croquants et jouvenceaux.

Ô lugubres troupeaux des morts, je vous envie,
Ma faim de vivre encore est ores assouvie :
Je vous suivrai bientôt, et assez volontiers.

Vous avez pris congé, muets et solitaires,
Votre absence n’appelle ici nul commentaire :
Personne n’est coupable, et nul n’est à châtier.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rimbаud : «Qu’еst-се pоur nоus, mоn сœur...»

Ρоnсhоn : Lе Gigоt

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Riсhеpin : Сhаnsоn dеs сlосhеs dе bаptêmеs

Régniеr : Lа Lunе јаunе

Rаmuz : Lе Viеuх Jеаn-Lоuis

Βаudеlаirе : Саusеriе

Βruаnt : À Μоntpеrnаssе

Rimbаud : Βаrbаrе

Rоnsаrd

☆ ☆ ☆ ☆

Gоudеаu : Lа Rоndе du rеmоrds

Viоn Dаlibrау : «Quеl еmbаrrаs à сеttе pоrtе !...»

Βrissаrt : Lа Dаmе а un аmi

Μоntеsquiоu :

Αpоllinаirе : Αnniе

Ρrоust : «Αfin dе mе соuvrir dе fоurrurе еt dе mоirе...»

Rоstаnd : Ρаstоrаlе dеs сосhоns rоsеs

Lоuvigné du Dézеrt : «Guillоt, tiеn сеstе сhеsvrе à lа соrnе dоréе...»

Vеrlаinе : Αrt pоétiquе

Εlskаmp : Μаis соmmе еn imаgе à présеnt

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur L’Hоspitаlité (Fаbrе d'Églаntinе)

De Сосhоnfuсius sur «Се јоurd’hui, du sоlеil lа сhаlеur аltéréе...» (Lа Βоétiе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Jаdis sur «Μаdаmе је vоus dоnnе...» (Βеnsеrаdе)

De Сосhоnfuсius sur «Jе vоudrаis biеn riсhеmеnt јаunissаnt...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Τаnt d’Αstrеs сlаirs nе dаnsеnt pаr lа nuit...» (Gаrniеr)

De Сосhоnfuсius sur Lе Vin du Sоlitаirе (Βаudеlаirе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Сurаrе- sur Végétаl (Jаrrу)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Сurаrе- sur Sоlitudе (Μilоsz)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De Сurаrе- sur «Νi lа furеur dе lа flаmmе еnrаgéе...» (Du Βеllау)

De Αrсhivistе sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

De Duguinе sur Αmstеrdаm (Jаmmеs)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur Μа dаnsе (Сеndrаrs)

De Суоrаnе- sur «Ρаr l’аmplе mеr, lоin dеs pоrts еt аrènеs» (Sаint-Gеlаis)

De Τhundеrbird sur Lе Ρоètе соntumасе (Соrbièrе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе