Charles Leconte de Lisle

Poèmes antiques


Sûryâ


 
Ta demeure est au bord des océans antiques,
Maître ! Les grandes Eaux lavent tes pieds mystiques.
 
Sur ta face divine et ton dos écumant
L’Abîme primitif ruisselle lentement.
Tes cheveux qui brûlaient au milieu des nuages,
Parmi les rocs anciens déroulés sur les plages,
Pendent en noirs limons, et la houle des mers
Et les vents infinis gémissent au travers.
Sûryâ ! Prisonnier de l’Ombre infranchissable,
Tu sommeilles couché dans les replis du sable.
Une haleine terrible habite en tes poumons ;
Elle trouble la neige errante au flanc des monts ;
Dans l’obscurité morne en grondant elle affaisse
Les astres submergés par la nuée épaisse,
Et fais monter en chœur les soupirs et les voix
Qui roulent dans le sein vénérable des bois.
 
Ta demeure est au bord des océans antiques,
Maître ! Les grandes Eaux lavent tes pieds mystiques.
 
Elle vient, elle accourt, ceinte de lotus blancs,
L’Aurore aux belles mains, aux pieds étincelants ;
Et tandis que, songeur, près des mers tu reposes,
Elle lie au char bleu les quatre Vaches roses.
Vois ! Les palmiers divins, les érables d’argent,
Et les frais nymphéas sur l’eau vive nageant,
La vallée où pour plaire entrelaçant leurs danses
Tournent les Apsaras en rapides cadences,
Par la nue onduleuse et molle enveloppés,
S’éveillent, de rosée et de flamme trempés.
Pour franchir des sept cieux les larges intervalles,
Attelle au timon d’or les sept fauves Cavales,
Secoue au vent des mers un reste de langueur,
Éclate, et lève-toi dans toute ta vigueur !
 
Ta demeure est au bord des océans antiques,
Maître ! Les grandes Eaux lavent tes pieds mystiques.
 
Mieux que l’oiseau géant qui tourne au fond des cieux,
Tu montes, ô guerrier, par bonds victorieux ;
Tu roules comme un fleuve, ô Roi, source de l’Être !
Le visible infini que ta splendeur pénètre,
En houles de lumière ardemment agité,
Palpite de ta force et de ta majesté.
Dans l’air flambant, immense, oh ! que ta route est belle
Pour arriver au seuil de la Nuit éternelle !
Quand ton char tombe et roule au bas du firmament,
Que l’horizon sublime ondule largement !
Ô Sûryâ ! Ton corps lumineux vers l’eau noire
S’incline, revêtu d’une robe de gloire ;
L’Abîme te salue et s’ouvre devant toi :
Descends sur le profond rivage et dors, ô Roi !
 
Ta demeure est au bord des océans antiques,
Maître ! Les grandes Eaux lavent tes pieds mystiques.
 
Guerrier resplendissant, qui marches dans le ciel
À travers l’étendue et le temps éternel ;
Toi qui verses au sein de la Terre robuste
Le fleuve fécondant de ta chaleur auguste,
Et sièges vers midi sur les brûlants sommets ;
Roi du monde, entends-nous, et protège à jamais
Les hommes au sang pur, les races pacifiques
Qui te chantent au bord des océans antiques !
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 11 décembre 2012 à 17h59

Tu picolais avec les  moutardiers antiques,
Pigeon ! Yake Lakang payait tes coups mystiques.

Par ton gosier divin, vers ton ventre écumant,
Le pinard de Cluny ruisselle lentement.
Tu crois voir, de tes yeux tout emplis de nuages,
Que vingt-cinq biches vont au long de vingt-cinq plages,
Et Leconte de Lisle, au hasard des sept mers,
Laissant Cochonfucius gouverner de travers.
Ce sont les moutardiers de l’Ombre infranchissable
Qui picolent debout, les deux pieds dans le sable.
Les vers qu’ils vont disant, le soir, à pleins poumons,
Troublent les trois clients qui viennent de Clermont.
Leur voix est triste et morne, et monte et puis s’affaisse,
Un lumignon surgit dans cette brume épaisse
Et fait monter plus haut les soupirs et les voix
Que pousse incessament cette troupe qui boit.

Tu picolais avec les moutardiers antiques,
Pigeon ! Yake Lakang payait tes coups mystiques.

Puis il vient, il accourt, au ciel de vendeur blanc,
Midas aux belles mains, aux pieds étincelants.
Et tandis que, songeur, ton godet tu reposes,
Il attache au char bleu les vingt-cinq biches roses.
Vois ! Le pinard divin qui coûte peu d’argent,
Et les francs moutardiers à-demi surnageant,
Le comptoir où pour plaire entrelaçant leurs danses
Grimpent les additions en rapides cadences.
Par l’ivresse onduleuse et molle enveloppés,
Les moutardiers de leur sueur se voient trempés.
Pour franchir des sept cieux les larges intervalles,
Ils vont encourageant les biches qui cavalent.
Au hasard des sept mers promenant sa langueur,
Le lumignon soudain démontre sa vigueur.

Tu picolais avec les moutardiers antiques,
Pigeon ! Yake Lakang payait tes coups mystiques.

Mieux que le lumignon qui tourne au fond des cieux,
Tu montes, moutardier, par bonds victorieux.
Tu roules comme un dé, Pigeon, source de l’Etre !
Le visible infini que ta splendeur pénètre,
En houles de lumière ardemment agité,
Palpite de ta force et de ta majesté.
Dans l’air flambant, immense, oh ! que ta cuite est belle
Qui te conduit au seuil de la Nuit éternelle !
Le lumignon qui roule au bas du firmament,
Vers l’horizon sublime ondule largement
Pauvre Pigeon ! Ton corps vers une biche noire
S’incline, vomissant sur sa robe de gloire.
L’Abîme te salue et s’ouvre devant toi.
Descends donc ce pinard et tu deviendras Roi !

Tu picolais avec les moutardiers antiques,
Pigeon ! Yake Lakang payait tes coups mystiques.

Noble Pigeon puissant, qui marches dans le ciel
À travers l’étendue et le temps éternel,
Toi qui bois le pinard d’un geste si robuste,
Toi qui baignes ton corps dans sa chaleur auguste,
Et sièges vers midi sur les brûlants sommets,
Vieux Pigeon ! entends-nous, et protège à jamais
Les buveurs du matin, les poivrots pacifiques
Qui picolent avec les moutardiers antiques !

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μас Οrlаn : «Соmmе ј’étаis mаl...»

Rаоul Ρоnсhоn

Hugо : Lа Vасhе

Μаrоt : «Un grоs priеur sоn pеtit-fils bаisаit...»

Μаrоt : Dеs nоnnеs, qui sоrtirеnt du соuvеnt pоur аllеr sе réсréеr

Μаrоt : Βаllаdе dе frèrе Lubin

Τоulеt : «Соmmе lеs diеuх gаvаnt lеur pаnsе...»

Βаrbеу d’Αurеvillу : À Vаlоgnеs

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

☆ ☆ ☆ ☆

Gаlоу : Νаturе pаrisiеnnе

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Sаiх : «Соmmе еn lа flеur dеsсеnd dоuсе rоséе...»

Αсkеrmаnn : Lе Сri

Vеrlаinе : Εх imо

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Rоllinаt : À l’inассеssiblе

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Jе vоus аi vuе еnfаnt, mаintеnаnt quе ј’у pеnsе...» (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur «Οù quе је tоurnе l’œil, sоit vеrs lе Саpitоlе...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur Dеlfiса (Νеrvаl)

De Сосhоnfuсius sur «Ô саlmе nuit, qui dоuсеmеnt соmpоsеs...» (Τуаrd)

De Jаdis sur Βоnјоur ! (Gérаldу)

De Сосhоnfuсius sur «Luth, соmpаgnоn dе mа саlаmité...» (Lаbé)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Sоnnеt à Sir Βоb (Соrbièrе)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе