Jean Lemaire de Belges

(1473-ca. 1520)

Un autrе pоèmе :

Νоtrе âgе еst brеf...

 

 

Jean Lemaire de Belges

La Concorde du genre humain



Le genre humain, dès longtemps misérable,
Était en limbe ainsi comme un damné ;
Mais à ce jour, au monde secourable,
Il se réveille en joie désirable,
Car le doux fruit, son rédempteur est né.
Le fruit de paix, d’amour enluminé,
N’est fors que Dieu qui se joint avec nous,
Car où paix est, Dieu y est incarné
À qui devons tous fléchir nos genoux.
 
Tourbe infernale et démogorgonique,
Jà verras-tu tes noirs cloîtres brisés !
Guerre sanglante et Trahison inique,
Horreur, Fureur, Injure plutonique,
Famine, Esclandre et outrageux Oser,
Abîmez-vous et laissez reposer
Le genre humain, puisque Paix a son cours !
Honteux méchants, je vous sens marmouser
D’être vaincus par féminin secours.
 
[...]
 
Or faudrait-il ici sur quoi je muse,
Avoir clair son et de plus cliquant forge ;
Ma musette est trop sourde et trop camuse ;
Un autre organe, une angélique Muse
Affert ici, chantant à pleine gorge.
Revienne au monde un Gréban ou un George,
Un Jean de Meung, maître Alain, Molinet,
Car mon engin n’est en mer qu’un grain d’orge
Pour bien noter ce haut mystère au net.
 
Néanmoins, ô Vierge, à qui tout doit homme
Fais que je semble un bien peu l’alouette
Qui en chantant dresse au ciel son plumage
Et, contendant au clair céleste image,
Mieux se déguise au moins que la chouette,
Donne parole à ma langue muette ;
Et me fais dire ici que sans miracle
Ne s’est pas fait que la propre diète :
De toi conçue, avons paix pour oracle.
 
[...]
 
Arrière ! horrible et hérodique monstre,
On te défend ce noble monde rond.
L’enfant est né ; l’étoile le démontre ;
Les rois puissants lui viendront à rencontre
Qui ce doux fruit nouvel adoreront.
Or, myrrhe, encens très tous lui offreront
Et, outre plus, honoreront sa mère ;
« Dame de paix » toujours la nommeront
Et « de concorde amie non amère ».
 
Ô Marguerite, ô fille de Marie,
Perle et consoude, ondoyant gemme et fleur,
Seule union, seul chef de pierrerie,
En médecine et en trésorerie
Aidante et riche, effaçant perte et pleur,
Cœurs unissant en grâce et en valeur,
Consolidant les courages déjoints,
Tu rends au monde odeur, vie et chaleur
Qui presque était amorti de tous points.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Сlаudе Lе Ρеtit

Οrléаns : «Jе mеurs dе sоif, еn сôté lа fоntаinе...»

Οrléаns : «Diеu, qu’il lа fаit bоn rеgаrdеr...»

Rоdеnbасh : «Lеs суgnеs blаnсs, dаns lеs саnаuх dеs villеs mоrtеs...»

Sсаliоn dе Virblunеаu : «Étаnt аu lit соuсhé, аu liеu dе rеpоsеr...»

Klingsоr : L’Ιnutilе Сhаnsоn

Viаu : «L’аutrе јоur inspiré d’unе divinе flаmmе...»

Viаu : «Αu mоins аi-је sоngé quе је vоus аi bаiséе...»

Lаmаrtinе : Αuх Сhrétiеns dаns lеs tеmps d’éprеuvе

Sсudérу : Ρhilis dаnsе lа Sаrаbаndе

Sсudérу : Sur un Sоngе

Hugо : Сlаirе

☆ ☆ ☆ ☆

Οrléаns : «Jе mеurs dе sоif, еn сôté lа fоntаinе...»

Viаu : «L’аutrе јоur inspiré d’unе divinе flаmmе...»

Αpоllinаirе : Dаmе à lа sеrvаntе

Αubigné : Εхtаsе

Drеlinсоurt : Sur lеs Ρiеrrеs préсiеusеs

Vоiturе : «D’un buvеur d’еаu, соmmе аvеz débаttu...»

Sаrrаsin : «Lа bеаuté quе је sеrs...»

Hugо : Сlаirе Ρ.

Rоdеnbасh : «Dоuсеur du sоir ! Dоuсеur dе lа сhаmbrе sаns lаmpе !...»

Αpоllinаirе : Сœur соurоnnе еt mirоir

Cоmmеntaires récеnts

De Αrаmis sur Guitаrе : «Gаstibеlzа, l’hоmmе à lа саrаbinе...» (Hugо)

De Сосhоnfuсius sur Αuх préсiеusеs (Lе Ρеtit)

De Αrаmis sur Stаnсеs à Μаrquisе (Соrnеillе)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt d’Αutоmnе (Βаudеlаirе)

De Сосhоnfuсius sur Εхtаsе (Αubigné)

De Сrуstасé sur «Αuprès dе се bеаu tеint, lе lуs еn nоir sе сhаngе...» (Αubigné)

De piсh24 sur Ρhilis dаnsе lа Sаrаbаndе (Sсudérу)

De Rоlаnd Βасri sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Ρ10H24- sur Εllе еt lui (Αutrаn)

De Jеhаn Fоntаinе sur Lе Glаnd еt lе Сhаmpignоn (Lасhаmbеаudiе)

De Сurаrе- sur «Quаnd је vоudrаi sоnnеr dе mоn grаnd Αvаnsоn...» (Du Βеllау)

De Αrаmis sur «Quаnd mоn fil sе саssеrа sоus...» (Ρеllеrin)

De Αmаris- sur Sуmbоlе (Gilkin)

De Εsprit dе сеllе sur Sоnnеt mélаnсоliquе (Αdеlswärd-Fеrsеn)

De Сurаrе- sur Αprès lа bаtаillе (Hugо)

De Μilоu dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Filоu dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Quеuflу sur «Vоus Flеuvеs еt Ruissеаuх, еt vоus, сlаirеs Fоntаinеs...» (Сhаndiеu)

De Lе Gаrdiеn sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

De Εsprit dе сеllе sur Républiquе Αrgеntinе — Lа Ρlаtа (Lеvеу)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz