Pamphile Le May


Le Retour aux champs


 
Enfin j’ai secoué la poussière des villes ;
      J’habite les champs parfumés.
Je me sens vivre ici, dans ces cantons tranquilles,
      Sur ces bords que j’ai tant aimés.
 
L’ennui me consumait dans tes vieilles murailles,
      Ô noble cité de Champlain !
Je ne suis pas, vois-tu, l’enfant de tes entrailles,
      Je ne suis pas né châtelain.
 
Je suis né dans les champs ; je suis fils de la brise
      Qui passe en caressant les fleurs ;
Je souris à la digue où le torrent se brise
      Avec d’impuissantes clameurs.
 
Mes premières amours, douces fleurs des vallées,
      N’ont-elles pas été pour vous ?
Pour vous, rocs au front nu, forêts échevelées,
      Vagues des fleuves en courroux ?
 
Pour vous, petits oiseaux qui semez, à l’aurore,
      Les doux accords de votre voix ?
Et pour vous, diamants qu’égrène un vent sonore,
      Après l’orage, sous les bois ?
 
Je souffrais dans ces murs où s’entasse la foule,
      Où l’herbe ne reverdit pas,
Où la fleur s’étiole, où la poussière roule
      Comme pour effacer nos pas.
 
J’avais bien assez vu comme le fort repousse
      Le faible à son boulet rivé,
Comme de son orgueil la sottise éclabousse
      L’esprit qui monte du pavé.
 
Nul vent harmonieux ne passait sur ma lyre,
      Et mes chants étaient suspendus.
Je ne retrouvais point le souffle qui m’inspire,
      Et je pleurais les jours perdus.
 
Il me fallait revoir, au milieu de la plaine,
      Ou sur le penchant du coteau,
Le laboureur qui rêve à la moisson prochaine
      En ouvrant un sillon nouveau.
 
Il me fallait l’odeur du foin qui se dessèche
      Sur le sol où passe la faux,
L’odeur du trèfle mûr que flairent dans la crèche,
      En hennissant, les fiers chevaux.
 
Il me fallait le jour, pour voir combien de voiles
      S’ouvrent blanches sur le flot bleu ;
Il me fallait la nuit, pour voir combien d’étoiles
      S’allument sous les pieds de Dieu.
 
Il me fallait encore entendre l’harmonie
      Des nids que berce le rameau,
Il me fallait entendre encor la voix bénie
      Des vieux clochers de mon hameau,
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rimbаud : «Qu’еst-се pоur nоus, mоn сœur...»

Ρоnсhоn : Lе Gigоt

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Riсhеpin : Сhаnsоn dеs сlосhеs dе bаptêmеs

Régniеr : Lа Lunе јаunе

Rаmuz : Lе Viеuх Jеаn-Lоuis

Βаudеlаirе : Саusеriе

Βruаnt : À Μоntpеrnаssе

Rimbаud : Βаrbаrе

Rоnsаrd

☆ ☆ ☆ ☆

Gоudеаu : Lа Rоndе du rеmоrds

Viоn Dаlibrау : «Quеl еmbаrrаs à сеttе pоrtе !...»

Βrissаrt : Lа Dаmе а un аmi

Μоntеsquiоu :

Αpоllinаirе : Αnniе

Ρrоust : «Αfin dе mе соuvrir dе fоurrurе еt dе mоirе...»

Rоstаnd : Ρаstоrаlе dеs сосhоns rоsеs

Lоuvigné du Dézеrt : «Guillоt, tiеn сеstе сhеsvrе à lа соrnе dоréе...»

Vеrlаinе : Αrt pоétiquе

Εlskаmp : Μаis соmmе еn imаgе à présеnt

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur «Lоirе qui vаs dе tоn оndе vitréе...» (Τоurs)

De Jаdis sur Соuplеts dе l’оisеlièrе (Çа fаit pеur аuх оisеаuх) (Gаlоppе d'Οnquаirе)

De Сосhоnfuсius sur «Αmоur vоmit sur mоi sа furеur еt sа rаgе...» (Jоdеllе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Jаdis sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сосhоnfuсius sur Lе Viеuх Ρоnt (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur Ρrinсе dеs јоiеs défеnduеs (Sеgаlеn)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Сurаrе- sur Végétаl (Jаrrу)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Сurаrе- sur Sоlitudе (Μilоsz)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De Αrсhivistе sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

De Duguinе sur Αmstеrdаm (Jаmmеs)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur Μа dаnsе (Сеndrаrs)

De Суоrаnе- sur «Ρаr l’аmplе mеr, lоin dеs pоrts еt аrènеs» (Sаint-Gеlаis)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz