Pamphile Le May


Le Retour aux champs


 
Enfin j’ai secoué la poussière des villes ;
      J’habite les champs parfumés.
Je me sens vivre ici, dans ces cantons tranquilles,
      Sur ces bords que j’ai tant aimés.
 
L’ennui me consumait dans tes vieilles murailles,
      Ô noble cité de Champlain !
Je ne suis pas, vois-tu, l’enfant de tes entrailles,
      Je ne suis pas né châtelain.
 
Je suis né dans les champs ; je suis fils de la brise
      Qui passe en caressant les fleurs ;
Je souris à la digue où le torrent se brise
      Avec d’impuissantes clameurs.
 
Mes premières amours, douces fleurs des vallées,
      N’ont-elles pas été pour vous ?
Pour vous, rocs au front nu, forêts échevelées,
      Vagues des fleuves en courroux ?
 
Pour vous, petits oiseaux qui semez, à l’aurore,
      Les doux accords de votre voix ?
Et pour vous, diamants qu’égrène un vent sonore,
      Après l’orage, sous les bois ?
 
Je souffrais dans ces murs où s’entasse la foule,
      Où l’herbe ne reverdit pas,
Où la fleur s’étiole, où la poussière roule
      Comme pour effacer nos pas.
 
J’avais bien assez vu comme le fort repousse
      Le faible à son boulet rivé,
Comme de son orgueil la sottise éclabousse
      L’esprit qui monte du pavé.
 
Nul vent harmonieux ne passait sur ma lyre,
      Et mes chants étaient suspendus.
Je ne retrouvais point le souffle qui m’inspire,
      Et je pleurais les jours perdus.
 
Il me fallait revoir, au milieu de la plaine,
      Ou sur le penchant du coteau,
Le laboureur qui rêve à la moisson prochaine
      En ouvrant un sillon nouveau.
 
Il me fallait l’odeur du foin qui se dessèche
      Sur le sol où passe la faux,
L’odeur du trèfle mûr que flairent dans la crèche,
      En hennissant, les fiers chevaux.
 
Il me fallait le jour, pour voir combien de voiles
      S’ouvrent blanches sur le flot bleu ;
Il me fallait la nuit, pour voir combien d’étoiles
      S’allument sous les pieds de Dieu.
 
Il me fallait encore entendre l’harmonie
      Des nids que berce le rameau,
Il me fallait entendre encor la voix bénie
      Des vieux clochers de mon hameau,
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Lоndrеs

Glаtignу : Lеs Αntrеs mаlsаins

Lа Villе dе Μirmоnt : «Ρаr un sоir dе brоuillаrd, еn un fаubоurg du nоrd...»

Lаfоrguе : Guitаrе : «Vоus qui vаlsеz се sоir...»

Jаmmеs : J’аimе l’ânе

Rоllinаt : L’Αngе pâlе

Vоltаirе : «Сi-gît qui tоuјоurs bаbillа...»

Lаmаrtinе : Ρеnséе dеs mоrts

Сrоs : Сrоquis

Αpоllinаirе : Grаtitudе

☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «Τе rеgаrdаnt аssisе аuprès dе tа соusinе...»

Rоllinаt : Lа Сhаnsоn dе l’аmаnt

Jаmmеs : ΑLΕXΑΝDRΕ DΕ RUСHΕΝFLΕUR (frаgmеnt)

Vеrlаinе : Соlоmbinе

Gérаrd : Lа Сhаumièrе

Rоllinаt : Sаgеssе du fоu

Vеrlаinе : «Lеs pаssаgеs Сhоisеul аuх оdеurs dе јаdis...»

Rоdеnbасh : Dégоût

Vоltаirе : «Hé quоi ! vоus êtеs étоnnéе...»

Vоiturе : «Ρоur vоus sеrvir...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Сеuх qui dеs Rоis, pаr fаits сhеvаlеurеuх...» (Τаhurеаu)

De Jаdis sur Соrrеspоndаnсеs (Βаudеlаirе)

De Jаdis sur Ρlаintе (Саrсо)

De Сосhоnfuсius sur Lе Μеrlе (Klingsоr)

De Jаdis sur Саügt (Jаmmеs)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt mаdrigаl (Сrоs)

De Εsprit dе сеllе sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Ρhèdrе (Fоurеst)

De Gégé sur Sоir dе Μоntmаrtrе. (Τоulеt)

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz