Jean de Lingendes


Stances


 
Connaissant votre humeur, je veux bien, ma Sylvie,
                Que passant votre temps
Avec tous les amants dont vous êtes servie,
                Vous les rendiez contents,
 
J’approuve vos plaisirs, et qu’il vous soit loisible
                D’en jouir bien à point :
Car, donnant tant d’amour, il serait impossible
                Que vous n’en eussiez point.
 
Mais puisque ce péché point de blâme n’apporte,
                Quand on le cache bien,
Je voudrais seulement que vous fissiez en sorte
                Que je n’en susse rien.
 
Celle qui fait du mal se peut dire innocente,
                En le tenant caché ;
Mais quand on fait du mal, et qu’après on s’en vante,
                On fait double péché.
 
Recevez tous les jours ce plaisir ordinaire
                De quelque amant discret ;
Et cessant de le dire, et non pas de le faire,
                Tenez le plus secret.
 
À tous sales discours, que vos lèvres soient closes,
                Et par un geste feint,
S’il en faut écouter, faites changer en roses
                Les lys de votre teint.
 
Un autre lien requiert de ne faire pas conte
                Des rapports d’un jaloux ;
Et quittant cet honneur, chasser encor la honte
                Bien loin d’auprès de vous.
 
Sous les rideaux tirés, ces paroles lascives,
                Ces ris délicieux,
Ces contes affectés, et ces façons naïves,
                Vous siéront beaucoup mieux.
 
Mais feignez d’être chaste, et ne faites pas gloire
                De me savoir trahir,
Me décelant un mal que je ne veux pas croire,
                De peur de vous haïr.
 
Car j’enrage de voir qu’un Page vous apporte
                Si souvent le bonjour ;
Pendant qu’un autre encore attend à votre porte
                De vous voir à son tour.
 
D’un dépit bien ardent, il faut que je l’avoue,
                Je me sens embraser,
Voyant tous les matins encor, sur votre joue,
                L’empreinte d’un baiser.
 
Lors voyant loin de vous la honte être bannie,
                Je deviens si jaloux,
Que je voudrais mourir ; mais, pour vous voir punie
                Ne mourir qu’avec vous.
 
Couvrez bien vos amours, sans craindre que j’estime
                Qu’on se doive fâcher,
Ni que l’on puisse encor vous reprocher un crime
                Que vous pouvez cacher.
 
Que si je vous surprends me faisant cette injure,
                Un jour à l’impourvu,
Soutenez qu’il est faux, jusqu’à tant que je jure
                De n’en avoir rien vu
 
Car alors réputant pour des contes frivoles
                Tout ce qui sera fait,
Et démentant mes yeux pour croire à vos paroles,
                Je serai satisfait.



Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rimbаud

Sеlvе : Sur сеs mоts : Sоuviеnnе-tоi, Hоmmе, quе tu еs сеndrе

Vеrlаinе : Соlоmbinе

Vеrlаinе : «Τu bоis, с’еst hidеuх ! prеsquе аutаnt quе mоi...»

Βаudеlаirе : «Vоus аvеz, соmpаgnоn dоnt lе сœur еst pоètе...»

Βаïf : «À lа fоntаinе је vоudrаis...»

Hugо : «Εllе étаit déсhаusséе, еllе étаit déсоifféе...»

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе suis né dаns un pоrt еt dеpuis mоn еnfаnсе...»

Rоllinаt : À quоi pеnsе lа Νuit

Сrоs : Désеrtеusеs

☆ ☆ ☆ ☆

Βоissiеr : Lа Rоndе dеs fоеtus

Сrоs : Ρауsаgе

Vеrlаinе : Соlоmbinе

Vеrlаinе : Сésаr Βоrgiа

Ρаrnу : Lе Lеndеmаin : «Εnfin, mа сhèrе Éléоnоrе...»

Τоulеt : «Lе miсrоbе : Βоtulinus...»

Rоllinаt : L’Εnviе

Αpоllinаirе : Εхеrсiсе

Βаnvillе : Lа Соrdе rоidе

Соurtеlinе : Lе Соup dе mаrtеаu

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Si ј’аi biеn оu mаl dit еn сеs Sоnnеts, Μаdаmе...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt burlеsquе sur lа Ρhèdrе dе Rасinе (Dеshоulièrеs)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt mаdrigаl (Сrоs)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Αntigrippе sur Lа Τоrсhе (Νizеt)

De Ιо Kаnааn sur Lа Ρiеuvrе (Sаtiе)

De Сurаrе- sur Sоlliсitudеs (Frаnс-Νоhаin)

De Μоdо sur Lеs Ιngénus (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Αutrе sоnnеt sur lе mêmе vоl (Sаint-Αmаnt)

De Jаdis sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De JR Τrоll sur Éléphаnt dе Ρаris. (Τоulеt)

De Jаdis sur «Quаnd lеs оs sоnt pаrеils...» (Τоulеt)

De Xiаn sur «Si сеlui qui s’аpprêtе à fаirе un lоng vоуаgе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Si tu viеns (Dеlаruе-Μаrdrus)

De Сurаrе- sur Lе Βаtеаu ivrе (Rimbаud)

De Xiаn sur Sоnnеt : «Dеuх sоnnеts pаrtаgеnt lа villе...» (Соrnеillе)

De Xiаn sur Vеrs imprоvisés sur un аlbum (Lаmаrtinе)

De Саnаrd sur Sur Jоnаs (Drеlinсоurt)

De Sаuvеtеur sur À Μаdаmе G., Sоnnеt (Μussеt)

De Μоnrоsе sur «Lа nudité dеs flеurs с’еst lеur оdеur сhаrnеllе...» (Αpоllinаirе)

De FΕDΕRΜΑΝΝ sur Lа Guеrrе (Sаint-Ρоl-Rоuх)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz