Jean Lorrain

Les Griseries, 1887


Le Voyageur


 

À Sutter Lauman


 

I


 
Le visage si pâle et le regard si triste !
De grands yeux dévorants et sur un cou de lait
Des boucles d’un noir d’encre au bleuâtre reflet,
Enténébrant l’éclat d’un grand col de batiste !
 
Oh ! ces longs cils frangés, où nage une améthyste !
Ces prunelles d’iris, qui tourne au violet
Et, comme déjà las, ce sourire muet
D’âme aimante égarée en un monde égoïste !
 
Tout et le feutre gris, où la plume de paon
Traîne, et jusqu’au manteau relevé d’un seul pan
Sur le pourpoint moiré de satin, qui se froisse,
 
Un satin gris d’argent, où semble s’être pris
Le clair de lune, font de leurs tons attendris
Une aube à ce visage adorable d’angoisse !
 
 
 

II


 
Un ciel de fin d’octobre, où la vague rougeur
D’un lointain crépuscule agonise et frissonne,
Un banal horizon de coteaux monotone,
Et dans un angle inscrit, ce mot : Le Voyageur.
 
Avec quelle tristesse et quel ennui vengeur,
Fatal, inéluctable il retombe et résonne,
Ce nom, morne et charmant comme un adieu d’automne
Le Voyageur !
                                    Hélas ! beau cavalier songeur,
 
Sous les lunes d’hiver et les midis de flamme
Les chemins parcourus et le regret laissé
Dans l’ignoré village, où peut-être un baiser
 
S’égrena de ta bouche aux lèvres d’une femme,
Ont-ils si puissamment ulcéré ta jeune âme,
Que le désir de vivre en toi soit épuisé ?
 
 
 

III


 
Pour les yeux noir d’enfer d’une comédienne,
Au nom de fleur ou d’astre, aux falbalas royaux
Suivrais-tu par hasard, fol épris d’oripeaux,
Le char de quelque troupe errante ? et las d’antienne,
 
De prêche et de sermon, fils de famille ancienne,
N’as-tu pas quelque part deux vieux parents dévots,
Qui t’ont fait dans un gîte obscur aux bleus vitraux
Une enfance assombrie, austèrement chrétienne ?
 
Un jour que tu songeais au balcon de la rue,
Célidée en tournée ou Florise apparue
Auront réalisé ton rêve adolescent,
 
Et voilà qu’aujourd’hui ta jeunesse regrette
Et le vieux et la vieille en blanche collerette
Seuls au logis désert, d’où le fils est absent !
 
 
 

IV


 
Et l’homme au feutre gris sourit. Sa mine lasse,
Sa pâleur, sa main longue et l’exquis nonchaloir
De sa pose et ses yeux ivres de désespoir
Contaient tout un hautain passé de grande race :
 
Une enfance princiére au fond d’un vieux manoir
Entre des lévriers et des chevaux de chasse
Et des longs entretiens les soirs à la terrasse
Avec des cavaliers masqués de velours noir ;
 
Des femmes aux yeux peints bruissantes de moire,
Des grands étangs royaux, où les biches vont boire
Au fond d’un parc ancien, hanté de demi-dieux
 
Et, triomphant Olympe animé sous les nues,
Étincelants d’écume au coin des avenues
Des groupes de Tritons et d’Éros radieux.
 
 
 

V


 
Et puis las, un beau soir, de l’éternel mensonge
Des sourires de femme et des bonheurs offerts,
Las du plaisir facile et des baisers soufferts,
Tu partis amoureux d’on ne sait quel grand songe !
 
Adieu, fête galante ! adieu, divins concerts !
Et depuis tu poursuis sous les grands ciels de cuivre
Le nuage éphémère aux bords nacrés de givre
Fuyant, comme ton rêve éperdu dans les airs !
 
Le visage si pâle et le regard si triste !
De grands yeux dévorants et sur un cou de lait
Des boucles d’un noir d’encre au bleuâtre reflet,
 
Oh ! ces longs cils rangés, où nage une améthyste !
Et dédaigneux et doux, ce sourire muet
D’âme errante oubliée en ce monde égoïste !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Саmillе Μаuсlаir

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Dеlillе : Lе Соin du fеu

Lаfоrguе : Dаns lа ruе

Sаtiе : Lе Τrаînеаu

Τаilhаdе : Ιnitiаtiоn

Du Βеllау : «Νоuvеаu vеnu, qui сhеrсhеs Rоmе еn Rоmе...»

Μilоsz : «Sur mа guitаrе dоnt lеs ассоrds...»

Βruаnt : Lеs Lоupiоts

☆ ☆ ☆ ☆

Du Βеllау : «Μаudit sоit millе fоis lе Βоrgnе dе Libуе...»

Hugо : Répоnsе à un асtе d’ассusаtiоn

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Gréсоurt : Lе biеn viеnt еn dоrmаnt

Vitré : «Μоn âmе еst un rоsеаu fаiblе, sес еt stérilе...»

Hugо : À dеs оisеаuх еnvоlés

Diеrх : Εn сhеmin

Rоllinаt : Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs

Сrоs : Sоir

Βеаumаrсhаis : Αu bаs dеs stаtuеs dе Ρlаtоn еt dе l’еsсlаvе Сimbаlеnо

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Sоnnеt bоuts-rimés (Gаutiеr)

De Сосhоnfuсius sur Lе Ρаrеssеuх (Sаint-Αmаnt)

De Jаdis sur Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs (Rоllinаt)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сосhоnfuсius sur Αutаnt quе Vаliаnе аvаit dе bеаutés (Μаrbеuf)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Jаdis sur «Vоus sоuviеnt-il dе l’аubеrgе...» (Τоulеt)

De Сосhоnfuсius sur Εugéniе dе Guérin (Αutrаn)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De аrаmis sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz