Jean Lorrain

Modernités, 1885


Les Montreurs


 

I. — Parade


« À la lutte, à la lutte, ohé, génie et gloire !
« Qui veut voir en maillot, en chemise, en collant
« Poudrés d’or ou reins nus les hommes de talent.
« Voici les fils publics et les montreurs de foire !
 
« Le gars normand ? — Présent. À chaque assaut, victoire.
« Trapu, la chair épaisse et le poil rutilant,
« C’est le coup littéraire au solide relent,
« L’homme étalon du jour !
                                                  Cet autre à toison noire
« Qui se carre en jonglant, beau comme un dieu d’airains
« C’est le poète aimé, l’acrobate à tous crins
« De l’unique et divine hystérique moderne !
 
« Messieurs, voyez mes bras ! »
                                                  « Monsieur, voyez mes reins »
« Madame, voyez mon... »
                                                  Et dans Paris caverne
Bout le boniment fou des poètes forains.
 
 

II. — La Voix d’or


Le fifre s’exaspère et « Zim-Boum », la cymbale
Tonitrue et voilà qu’au milieu des hoquets,
Des cris, des beuglements, au halo des quinquets,
La divine apparaît.
                                    Sa traîne triomphale
Est d’un satin si blême et sa chair idéale
Si frêle, qu’au milieu des énormes bouquets,
Outrageusement blancs des Grelotteux coquets,
On dirait un rayon de lune.
                                                      Sidérale
La divine s’avance et givrée, en mica
Elle parle et soudain sa voix d’harmonica
Tinte fausse et voilà qu’au-dessus de la foule
La neige en flocons blancs tombe lente : en éclats
De verre sa voix craque et le public s’écoule,
S’éloignant lentement de l’actrice Verglas.
 
 

III. — L’Homme en noir


Drapé d’un grand manteau, masqué, la tête blonde
D’un blond roux, crespelé comme une mousse d’ors,
L’homme en noir est auprès, dans l’étroit justaucorps
De velours, intrigant le public à la ronde.
 
Sur le char populaire, où s’éraillent les cors
Des lutteurs, svelte et fier et sanglé de cuir jaune
L’homme avec des dédains de roi lassé du trône
Cingle de ses mépris la foule et ses efforts.
 
De clairs grelots d’argent sonnent à ses chevilles,
À ses bras haut gantés de fauve, à son cou blanc
Serti de tulle noir orné de cannetille,
 
Et, poète ironique et chanteur insolent,
Aux badauds assourdis l’homme à la cape noire
Râcle des airs muets sur une bassinoire.
 
 

IV. — À la fange


« Sportmen, voyous, banquiers, potaches, à la fange !
Entrez. »
                  Là le succès est immense, on se tord.
 
Debout dans un landau, d’un fabuleux décor,
Peint de Cupidons bleus sur un fond rose orange,
Ricane, roide et blême, une vendeuse étrange
 
Dans un baiser savant et long contre un louis d’or
Elle vend la Folie et le Spasme et la Mort ;
Et son nom stigmatise une époque.
                                                                Elle est d’Ange.
 
Le public arrêté, dans la stupeur farouche
D’un bétail, a l’horreur du rouge de sa bouche,
Gouffre ignoble où le sang luit et perle en corail.
 
Tous ont peur et pourtant chacun d’un regard louche,
Épris de cette lèvre au sûr et lent travail
Couve cette artisane habile en fausse couche.
 
 

V. — À la lutte


« À Cythère, à Lesbos, c’est la fête des fêtes
Celle où d’un rêve impur les sens hallucinés
Mêlent aux bruns lutteurs les blonds efféminés
Et les jokeys d’un club au clan des bleus poètes.
 
Tribuns blasphémateurs, doux chanteurs d’odelettes,
Dévotes de Sapho, rêveurs illuminés
De Pathmos, grands seigneurs, marlous et raffinés
Font autour des tréteaux un océan de têtes.
 
Et le fifre fait rage et « Zim-Boum », la cymbale
Tonitrue, et la foule horrible et triomphale
Mêle au bruit des baisers l’aigre son des louis d’or.
 
« À la lutte, à la lutte, ohé, génie et gloire,
« Voici les fils publics et les montreurs de foire
Et Paris proxénète est au fond du décor.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Jаmmеs : J’аimе l’ânе

Rоllinаt : L’Αngе pâlе

Vоltаirе : «Сi-gît qui tоuјоurs bаbillа...»

Lаmаrtinе : Ρеnséе dеs mоrts

Сrоs : Сrоquis

Αpоllinаirе : Grаtitudе

Αgоult : L’Αdiеu

Μауnаrd : «Νуmphеs, dе grâсе, аpprосhеz-vоus...»

Ρlаntin : Lе Βоnhеur dе се mоndе

Hugо : Sаrа lа bаignеusе

☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Соlоmbinе

Gérаrd : Lа Сhаumièrе

Rоllinаt : L’Αngе pâlе

Rоllinаt : Sаgеssе du fоu

Vеrlаinе : «Lеs pаssаgеs Сhоisеul аuх оdеurs dе јаdis...»

Rоdеnbасh : Dégоût

Vоltаirе : «Hé quоi ! vоus êtеs étоnnéе...»

Vоiturе : «Ρоur vоus sеrvir...»

Du Βеllау : Villаnеllе : «Εn се mоis déliсiеuх...»

Rimbаud : Lеs Lèvrеs сlоsеs — Vu à Rоmе

Cоmmеntaires récеnts

De Εsprit dе сеllе sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur «L’еаu hоulеusе du pоrt еst sаns mirаgе аuсun...» (Rоdеnbасh)

De Jаdis sur «Jе nе sаis pоurquоi...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Ρеtit аir, ΙΙ : «Ιndоmptаblеmеnt а dû...» (Μаllаrmé)

De Сосhоnfuсius sur Lа Μоrt dе l’Αiglе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur «Lа nеf qui lоnguеmеnt а vоуаgé, Dilliеr...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Désеspérémеnt (Соppéе)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Ρhèdrе (Fоurеst)

De Gégé sur Sоir dе Μоntmаrtrе. (Τоulеt)

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz