Jean Lorrain

Modernités, 1885


Modernité


 
Modernité, Modernité !
À travers les cris, les huées
L’impudeur des prostituées
Resplendit dans l’éternité.
                                           
Comme autant de roses mousseuses,
Les folles jupes des danseuses,
Étoiles des ciels étoilés,
Ondoient, leurs crins d’or emmêlés
Aux rousses perruques fantasques
Des clowns au long rictus de masques,
Dont les méplats enfarinés
Ont un papillon sur le nez.
                                           
Modernité, Modernité !
 
Sous l’éclatant maillot de soie,
Mettant les yeux de femme en joie,
Les reins vigoureux des lutteurs
Confondent leurs âcres senteurs
Avec les parfums de vanille,
Montant des seins nus de la fille
Qui songe, accoudant au rebord
Des loges son bras cerclé d’or.
                                           
Modernité, Modernité !
À travers les cris, les huées,
L’impudeur des prostituées
Resplendit dans l’éternité.

Triomphantes d’être enfin nues,
Surgissez, épaules connues
Sous le blême et limpide éclair
Des joyaux, et vous, fleurs de chair,
Gonzesses aux gros chignons rouges,
Qui dansez dans l’ombre des bouges
Aux bras suants des gars nerveux,
Éparpillez vos clairs cheveux ;

Allumez le ciel qui s’enflamme,
Emplissez-le de chairs de femme,
Soyez les astres et l’enfer
Des firmaments des nuits d’hiver,
Et du coin de vos genoux roses,
Montrés dans d’énervantes poses,
Fouaillez du désir qui mord
Le boucher et le fils de lord.

Modernité, Modernité !
À travers les cris, les huées,
L’impudeur des prostituées
Resplendit dans l’éternité.

Auprès de vos amants en blouses,
Dont les copailles¹ sont jalouses,
De Saint-Lazare aux abattoirs
Fleurissez, roses des trottoirs,
Et, filles de luxe ou faunesses,
Marchandant ferme vos jeunesses
Aux vieux, qu’a grisés votre odeur,
Enthousiasmez Paris rôdeur.

Modernité, Modernité !
 
Roulant de chutes en culbutes
Des hauteurs de Montmartre aux Buttes
Chaumont, où dorment les voyous.
Au rude vent de vos crins roux
Faites tourner l’aile squelette
Du vieux moulin de la Galette,
Tombeau de vos virginités ;
Et, rieuses Modernités,

Sous vos rapides pirouettes
Balayant, vagues silhouettes,
Le groom en culotte de peau
Et le vieux monsieur en chapeau
Gris souris des Champs-Élysées,
Le nez rose et poudrerisées,
Passez, trombe et troupeau vainqueur,
Sur le fumier de notre cœur.

Modernité, Modernité !
À travers les cris, les huées
L’impudeur des prostituées
Resplendit dans l’éternité.
 
_________________
1. En argot, troisième sexe.

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Lаfоrguе : Dimаnсhеs : «Οh ! се piаnо, се сhеr piаnо...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Ρеllеrin : «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...»

Соrbièrе : Lе Ρоètе еt lа Сigаlе

Соrbièrе : Lа Сigаlе еt lе pоètе

Fоrt : Εn rеvеnаnt dе Sаint-Μаrtin

Vеrlаinе : Ρrоlоguе : «L’аmоur еst infаtigаblе !...»

Vеrlаinе : Сhаrlеrоi

☆ ☆ ☆ ☆

Vignу : Lа Frégаtе Lа Sériеusе

Αpоllinаirе : «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...»

Vеrlаinе : «Lе sоlеil, mоins аrdеnt, luit сlаir аu сiеl mоins dеnsе...»

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Vignу : Lеs Dеstinéеs

Rоnsаrd : «Ρоurtаnt si tа mаîtrеssе еst un pеtit putаin...»

Lоrrаin : Déсаdеnсе

Rоmаins : «Un dе сеuх...»

Dеshоulièrеs : Stаnсеs : «Αgréаblеs trаnspоrts qu’un tеndrе аmоur inspirе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Сi-gît qui fut dе bоnnе tаillе...» (Sсаrrоn)

De Сосhоnfuсius sur «Ρlus millе fоis quе nul оr tеrriеn...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...» (Αpоllinаirе)

De Сосhоnfuсius sur Luttеurs fоrаins (Соppéе)

De Jаdis sur «Τоut hоmmе а sеs dоulеurs...» (Сhéniеr)

De Jаdis sur «Lе sоlеil, mоins аrdеnt, luit сlаir аu сiеl mоins dеnsе...» (Vеrlаinе)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Сhristiаn sur Lа dеrnièrе rоndе (Frаnс-Νоhаin)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

De Сhristiаn sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz