François de Louvencourt

Les Amours et Premières œuvres poétiques, 1595



 
C’est un valet de cœur (dit-elle en le baisant)
Qui ne m’est pas valet je le tiens pour mon maître :
Aussitôt j’aperçois en mes cartes paraître
Une reine de pic, qui m’allait bien duisant.
 
Que cette reine ici, répondis-je (en faisant
Mine d’avoir bon jeu) bienheureux me fait être.
Il me semble que c’est un aube qui vient naître,
Et me vient éclairer comme un soleil luisant.
 
Voyant lors qu’à ces mots aucun ne prenait garde,
D’un œil tout plein de flamme un regard je lui darde :
Quel plus beau pair jamais eussions-nous pu choisir ?
 
Nos yeux furent les as, qui le gain nous causèrent,
Et nos pieds sous la table amoureux se baisèrent,
Si bien qu’il nous en vint un souverain plaisir.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 12 avril 2017 à 13h43

Saint Gulier
---------------

Ce saint de bonne humeur, dont l’abord est plaisant,
Mais étrange, songez qu’il n’a ni dieu ni maître ;
Faut-il, à ce propos, le faire comparaître
Devant l’inquisiteur aux arguments cuisants ?

Je dis qu’on doit l’absoudre, il n’est pas malfaisant,
Ce n’est qu’un brave ermite, et ce n’est pas un prêtre;
Or, si vous lui parlez, ce qu’il prétend connaître,
Il ne le puise pas en des bouquins pesants.
 
Ce saint sans religion, qu’il nous ait en sa garde,
Qu’on en dise du bien dans les chansons des bardes;
Qu’il songe en liberté, qu’il médite à loisir,

Dans son refuge, loin de l’humaine misère,
Plus distant des cités qu’un berger de Lozère ;
Saint Gulier, le patron de notre bon plaisir.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Hugо : Lа Vасhе

Μаrоt : «Un grоs priеur sоn pеtit-fils bаisаit...»

Μаrоt : Dеs nоnnеs, qui sоrtirеnt du соuvеnt pоur аllеr sе réсréеr

Μаrоt : Βаllаdе dе frèrе Lubin

Τоulеt : «Соmmе lеs diеuх gаvаnt lеur pаnsе...»

Βаrbеу d’Αurеvillу : À Vаlоgnеs

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

Μаrоt : Dе sоi-mêmе

☆ ☆ ☆ ☆

Sаiх : «Соmmе еn lа flеur dеsсеnd dоuсе rоséе...»

Αсkеrmаnn : Lе Сri

Vеrlаinе : Εх imо

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Rоllinаt : À l’inассеssiblе

Ρоpеlin : Lеs Сеrisеs

Сrоs : Vеrtigе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Αndrоmèdе аu mоnstrе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Jаdis sur Lа Ρаssаntе (Νеlligаn)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De Jаdis sur «Ρоurquоi pоur mоn mаlhеur еus-је l’œil si légеr ?...» (Durаnd)

De Сосhоnfuсius sur «Fоrtunе еnfin pitеusе à mоn tоurmеnt...» (Τуаrd)

De Jаdis sur Répоnsе (Сrоs)

De Сосhоnfuсius sur «Lеntеmеnt, dоuсеmеnt, dе pеur qu’еllе sе brisе...» (Sаmаin)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Sоnnеt à Sir Βоb (Соrbièrе)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz