Louvigné du Dézert

Le Carquois du Sieur Louvigné du Dézert, 1912


Sonnet pour un Tableau sans légende

représentant un jeune homme courant
en qui le Poète creut recognoistre Hyacinthe


Où cours-tu, plein de souffle, et beau comme Hyacinte ?
Au bord de l’Eurotas Appollon rejoins-tu,
Dont le Luth sans honneur, à Delphes suspendu,
Livre aux vents inexperts ses chordes et sa plainte ?
 
Ouy ! c’est Sparte, là-bas. Guerrière sans enceinte....
Dans ces aspres rochers, Apollon sest rendeü,
Et tu vas, gay mortel, à ce Maistre esperdu,
Offrir ton corps lascif et ta paupière esteinte.
 
Arreste, fils d’Amicle ! ah ! demeure en ce lieu !
Tantost tu dois périr sous le palet du Dieu :
Arreste, o bel Enfant ! ta course est la dernière !...
 
Mais tu n’entens, tu fuys, avide du Trespas,
Ce pendant qu’amoureux de tes propres appas,
Tes piés couleur de rose encensent ton Derrière !
 

Commentaire(s)
Déposé par Cochonfucius le 17 juillet 2018 à 11h48

Quelques fruits bizarres
-----------------------------

Fruits exoplanétaires à l’insolite teinte,
On les a par magie, et toi, en voudras-tu ?
Dans la salle d’honneur un panier suspendu
Te les offre à loisir, emporte-les sans crainte.

Ils viennent en effet d’une planète sainte
Où jadis l’Enchanteur du donjon s’est rendu ;
Il y vit tournoyer des oiseaux éperdus
Sous un très vieux soleil à la vie presque éteinte.

Bien peu de voyageurs parviennent en ce lieu,
Même sur les vaisseaux qui sont guidés par Dieu ;
Et pour plusieurs d’entre eux, la course est la dernière.

Combien de ces héros, affrontant le trépas,
Ont-ils fait de ces fruits leur ultime repas?
L’astre mort les baigna de sa faible lumière.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Curare- le 17 juillet 2018 à 21h57

’’L’amour c’est quoi ? ça se mange ? " Curare-

Et quand l’amour . .

Et quand l’amour furtif s’est enfui effrayé
Qu’en silence éternel né d’1 lien éphémère
Il a vaincu l’espace à l’état de chimère
Il a réduit sa rage et il s’est enrayé

Avec renoncement sans heurt sans s’effrayer
Et de penser après à l’onde douce-amère
Exponentielle 1 temps d’une clarté primaire
Pour être propagée aux coeurs émerveillés

Pourquoi après l’amour chaque heure est poussiéreuse
Et le monde bruyant la mémoire douloureuse
Pourquoi les nuits les jours derrière ce dieu

*S’érigent dans du plasma où seul le non-lieu
Prend parti des victimes à l’évidence trompeuse
Cet univers mort né d’une union bienheureuse

* Allusion au livre de Lorand Gaspar - Derrière le dos de Dieu -

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βlаisе Сеndrаrs

Сеndrаrs : Соntrаstеs

Hеrvillу : Ρuérilités

Dеsfоrgеs-Μаillаrd : Lе Τаbас

Μеndès : Lе Rоssignоl

Αntоinе dе Νеrvèzе

Νеrvаl

Viеlé-Griffin : «Dоrmir еt rirе d’аisе...»

Hugо : Lе Μеndiаnt

Lаhоr : Οurаgаn nосturnе

☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «Αmоur, је nе mе plаins dе l’оrguеil еndurсi...»

Rоnsаrd : «Νi lа dоuсе pitié, ni lе plеur lаmеntаblе...»

Νеlligаn : Lа Ρаssаntе

Vаlérу : «Lа lunе minсе vеrsе unе luеur sасréе...»

Hugо : Viеillе сhаnsоn du јеunе tеmps

Lе Ρеtit : Αu Lесtеur сuriеuх

Dеsbоrdеs-Vаlmоrе : Αllеz еn pаiх

Сrоs : Siх tеrсеts

Hugо : Βêtisе dе lа guеrrе

Hugо : Lе Sасrе dе lа Fеmmе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfаitсhius sur Lеs Ρоrсs : «Αvес lеurs grоins...» (Vеrhаеrеn)

De Сосhоnfuсius sur «Μоn insоmniе а vu nаîtrе lеs сlаrtés grisеs...» (Gаrnеаu)

De Сосhоnfuсius sur «Сасhе tоn соrps...» (Μауnаrd)

De gаutiеr sur Lеs Αssis (Rimbаud)

De Сосhоnfuсius sur Lа Сigаrеttе (Lаfоrguе)

De Lа Μusérаntе sur «Ν’еst-се pаs еn vоtrе présеnсе...» (Urfé)

De Lа Μusérаntе sur L’Éсhеllе (Αutrаn)

De Didiеr СΟLΡΙΝ sur «Αmоur, је nе mе plаins dе l’оrguеil еndurсi...» (Rоnsаrd)

De Μаriа sur «Αprès unе јоurnéе dе vеnt...» (Rilkе)

De Vinсеnt sur «Αu prеmiеr trаit, quе mоn œil rеnсоntrа...» (Τуаrd)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De vinсеnt sur «Ν’еs-tu lаssе, аussi, dе rêvеr d’hiеr ?...» (Viеlé-Griffin)

De Vinсеnt sur Lа Grеnоuillе blеuе (Fоrt)

De L’аmоr sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ρiеrrоt sur Sоnnеt à lа nuit (Rоllinаt)

De Ρеrvеrs nаrсissе sur «Ρuisquе lеs сhаmps јоuissеnt dе mа bеllе...» (Τоurs)

De Vinсеnt sur «Εst-il riеn dе plus vаin qu’un sоngе mеnsоngеr...» (Сhаssignеt)

De ΒiΒ lа bаlеinе sur «Quаnd је tе vis еntrе un milliеr dе Dаmеs...» (Βаïf)

De Сhristiаn sur Lеs Ρоrсs (Vеrhаеrеn)

De Αmаndinе ΟZΑUR sur Sоnnеt fоutаtif (Lе Ρеtit)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz