Pierre Louÿs


Le Soir à la campagne


 

À mon ami André Gide


Tout est silence et calme, et les vents sont tombés.
Les arbres onduleux ont étendu leurs branches,
Et le soleil, dardant ses rayons orangés,
Incendie au couchant les longues fermes blanches.
 
Les ombres sur le sol rampent démesurées ;
Et les filles des champs, revenant du lavoir,
Foulent de leurs pieds nus les terres labourées,
Alanguissant le pas dans le calme du soir.
 
Les humides prairies au couchant étendues
Se voilent de vapeurs qui montent lentement
Et vont couvrir bientôt les terres disparues
Sous les brouillards bleuis qui tremblent faiblement.
 
Le ciel est rose tendre et l’azur sans frissons.
Au ras du sol mouillé l’ardent soleil flamboie,
Et la nuit toute grise envahit les sillons
Et atteint chaque chose et la baigne et la noie.
 

6-7 heures du soir


 

*


 
Oh ! quel bonheur tranquille !... Hélas ! est-il possible
Que ce que je sens là se soit toujours senti,
Que tous les jeunes gens au cœur tendre et sensible
Au spectacle du soir se soient émus aussi !
 
Que mon enthousiasme ardent et poétique
Pour tout ce que je sens ne soit pas même à moi,
S’étant développé de manière identique
Chez tous les jeunes gens d’après la même loi !
 
Oh ! rien d’original ! Rien de nouveau !... J’enrage !
Rien qui ne se soit vu! Rien qui ne se soit dit !
Et pas un sentiment qui n’ait eu son langage !
Pas un état d’esprit qu’un penseur n’ait traduit !
 
Hélas ! Je suis banal quand je veux exprimer
Que le printemps est doux, que les filles sont belles,
Que j’ai besoin de jouir, que j’ai besoin d’aimer,
Et que les nuits d’été semblent surnaturelles !
 
L’amour, brutalité ! Le printemps, lieu commun !
Eh bien ! moi, j’ai besoin de parler de ces choses,
Des immenses forêts, de leur âcre parfum,
De la nuit et du soir, des femmes et des roses !
 
Et je veux découvrir des accents inconnus
Pour peindre les bonheurs énormes de la vie
Et pour chanter enfin mes désirs éperdus,
Mes enthousiasmes fous et ma joie infinie.
 
La jeunesse et l’amour débordent de mon âme,
Et la sève envahit mon corps de dix-sept ans,
Et j’ai besoin d’aimer, d’adorer une femme,
Car mon âme s’emplit des souffles du printemps !
 

Dizy, 6 avril [18]88. 9-11 h. du soir

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μussеt : Lе Fils du Τitiеn

Dеrèmе : «Сhаmbrе d’hôtеl mоrоsе еt vidе. Un œillеt pеnсhе...»

Rоnsаrd : «Αmоur еst sаns miliеu, с’еst unе сhоsе ехtrêmе...»

Klingsоr : Lеs Ânеs

Τristаn Klingsоr

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Εrik Sаtiе

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

☆ ☆ ☆ ☆

Μаupаssаnt : Τеrrеur

Rоllinаt : Lе Vаl dеs Rоnсеs

Сrоs : Ρаrоlеs pеrduеs

Сrоs : Dаns lа сlаirièrе

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Viviеn : Sоnnеt à unе Εnfаnt

Klingsоr : Klingsоr

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Fils du Τitiеn (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur Ρаris vаissеаu dе guеrrе (Ρéguу)

De Сосhоnfuсius sur «Si сеlui qui s’аpprêtе à fаirе un lоng vоуаgе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Féеriе (Vаlérу)

De Соrnu sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Сurаrе- sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur «Dе vоtrе Diаnеt (dе vоtrе nоm ј’аppеllе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Βеl аlbâtrе vivаnt qu’un fin сrêpе nоus сасhе...» (Lа Rоquе)

De Hоrаtius Flассus sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ιо Kаnааn sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе