Pierre Louÿs


Tristesse


 
La brise du matin chantait sur les îlots.
Tout bruissait, à l’heure où tout est près d’éclore.
La nature amoureuse était pleine d’aurore
Et berçait ma tristesse au rythme des grands flots.
 
La mer rose semblait, elle aussi, du complot ;
Sa tendresse m’était une souffrance encore,
Et, quand l’Astre surgit de la plaine sonore,
Le soleil de mon cœur sombrait dans un sanglot.
 
Je pleurais, et la mer exultait, triomphante ;
Et tous les désespoirs que la douleur enfante
Comme des cris d’oiseaux s’en allaient dans les vents.
 
Pourquoi tout cet amour, quand l’homme n’est que haine ?
Pourquoi les jeunes flots et les soleils levants
Devant l’éternité de la misère humaine ?
 

Octobre 1889.

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 6 juin 2015 à 11h53

Lyre d’argent
---------------

Une lyre sonnait dans la mer sans îlots ;
C’était plaisir d’entendre une harmonie éclore,
Comme la nuit profonde accouche d’une aurore
Ou qu’Aphrodite, un jour, semble naître des flots.

Le dragon du ciel d’or en oublie ses complots,
Sûr que la mélodie va le bercer encore,
Ému par les accents de l’instrument sonore
Qui passe en un instant du sourire au sanglot.

De gueules, c’est le ciel qui, plein de joie, enfante
Un vaste soleil d’or aux clartés triomphantes,
Baignant dans la chanson que répète le vent.

Et ce poème unit la lyre à voix humaine
Avec le dragon vert qu’abandonne la haine,
Et le ciel rouge et jaune, et le soleil levant.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 29 juin 2017 à 12h32

La Dame Robinsonne
----------------------------

La Dame Robinsonne occupe un grand îlot,
Contente de laisser sa solitude éclore,
Aimant le crépuscule, et préférant l’aurore,
Le silence du ciel, le murmure des flots.

Dame de cour, jadis, au milieu des complots,
Elle en cultive un peu le souvenir, encore
Et retrouve l’écho des discussions sonores,
Des rires contenus, des soupirs, des sanglots.

Au coeur de l’océan, rien de tel ne s’enfante,
Jamais il n’est question d’intrigues triomphantes,
Le seul qui peut troubler cet ordre, c’est le vent.

Ce poème qui dit la solitude humaine
Raconte aussi les jours sans amour et sans haine,
Et le jardin qui dort dans le soleil levant.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Сhаrlеrоi

Οrléаns : «Ρuis çà, puis là...»

Νоuvеаu : «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...»

Sаint-Αmаnt : Sоnnеt inасhеvé

Νоаillеs : Lе Jеunеssе dеs mоrts

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Αpоllinаirе : Un pоèmе

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Riсhеpin : Βеrсеusе

☆ ☆ ☆ ☆

Οrléаns : «Fiеz-vоus-у...»

Gаlоу : Νаturе pаrisiеnnе

Соrbièrе : Lе Μоussе

Νеlligаn : Évаngélinе

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Βruаnt : À lа Glасièrе

Dеlillе : Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ...

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Νаturе pаrisiеnnе (Gаlоу)

De Сhristiаn sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Сосhоnfuсius sur Lе Rishi (Μénаrd)

De Jаdis sur «Lе Μаriniеr qui plus аgité n’еrrе...» (Lа Gеsséе)

De Сосhоnfuсius sur «À bеаuсоup dе dаngеr еst suјеttе lа flеur...» (Сhаssignеt)

De Jаdis sur «Νе ditеs pаs...» (Μоréаs)

De Jаdis sur «Dаns lе lit vаstе еt dévаsté...» (Τоulеt)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

De Vinсеnt sur «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...» (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur Âmе dе nuit (Μаеtеrlinсk)

De Εsprit dе сеllе sur Sur lе présеnt d’un vаsе dе сristаl (Βеrtаut)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе